Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 07:10

Verdun et la Somme

Tranchées  -  hors-série n° 3

 img152.jpg

Voilà un bon récit des événements militaires de cette année 1916, à la fois si importante et si insatisfaisante pour les deux alliances en lutte. Ce dossier s’ouvre sur un article de présentation, « Un plan allié contrarié », de la situation générale des Alliés, puis aborde l’histoire de « La 36th (Ulster) Division à Thiepval », qui va perdre plus de 5.000 hommes les 1er et 2 juillet (mais, contrairement à ce qui est envisagé en conclusion, cette hécatombe n’a rien à voir avec le maintien de la province au sein du Royaume-Uni cinq ans plus tard). Deux articles plus importants (« Somme 1916, la percée impossible », pp. 30-44 ; et « L’ultime effort allemand. Verdun, juin-juillet 1916 », pp. 46-68) permettent de suivre le déroulement et de faire le bilan de ces deux offensives.

Un original dernier article enfin, « Sur les pas des défenseurs de Souville », nous entraîne, aujourd'hui, sur le terrain, à la recherche des traces conservées des combats et des monuments commémoratifs ultérieurement érigés (alternance de photos d’époque et de clichés d’aujourd’hui, avec position GPS des sites présentés, etc.).

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 07:00

La capture de Samory (1898).

L'achèvement de la conquête de l'Afrique de l'Ouest

Julie d'Andurain

Lettre827.jpg

Avec ce volume d'un peu plus de 200 pages, Julie d'Andurain (qui avait soutenu en 2009 une thèse remarquée sur le général Gouraud pendant la Grande Guerre) poursuit et élargit le champ de ses recherches à la fois sur Gouraud lui-même, mais aussi sur la constitution de l'empire colonial dans toutes ses dimensions. L'ouvrage s'ouvre sur un avant-propos du général d'armée (2S) Thorette, "colo" et ancien CEMAT, qui précise très justement : "Le récit de la capture de Samory devient alors un prétexte à la narration de la longue conquête de l'Afrique de l'Ouest par la France". Par ailleurs, le professeur Frémeaux, dans sa préface, confirme que cette opération audacieuse ne saurait être isolée "d'un environnement complexe, à la fois militaire et politique". Dans son introduction, l'auteur met en garde : "Il appartient en effet à l'historien de ne pas écrire l'histoire à rebours, de manière téléologique, mais au contraire de montrer comment, dans le déroulé des événements, la part de l'incertain, de l'empirisme et de l'adaptation l'a emporté le plus souvent sur celle du prévisible et du planifié".  Elle ajoute : "On ne saurait comprendre l'occupation de l'Afrique par les Occidentaux sans revenir sur les conditions politiques locales et générales expliquant leur implantation".

Il résulte de ces considérations liminaires que La capture de Samory va bien au-delà du seul récit de l'événement. Julie d'Andurain a divisé son livre en trois chapitres et elle fait le choix (à première vue un peu étonnant, peut-être, mais en réalité judicieux) de "commencer par la fin". La chapitre 1 décrit donc par le menu la capture finale de Samory et de ses fidèles par Gouraud, puis son exil au Gabon. Mais il se poursuit, dans le chapitre 2 par un rappel de l'ensemble des opérations depuis Borgnis-Desbordes dans la logique de la liaison Sénégal-Soudan, par une explication des à-coups politiques (parisiens) de la politique de conquête coloniale et par une approche de ce fameux "parti colonial", groupe de pression multiforme encore mal connu. Le chapitre 3 élargit encore le spectre de l'analyse en s'intéressant aux "Heurts des impérialismes" dans ce vaste espace ouest-africain autour de la boucle du Niger et à ce que l'on a appelé "la course au clocher". Pour boucler son étude, elle revient au final sur l'encerclement ultime de Samory replacé dans le contexte de la rivalité coloniale franco-britannique, sans oublier les polémiques qui entourent la "reconnaissance" du succès. Le lecteur a ainsi pu suivre, avec précision, le développement de la campagne militaire, et celle-ci a toujours été re-contextualisée.

En conclusion enfin, après avoir analysé les faits en détail, Julie d'Andurain s'intéresse à la mémoire (aux mémoires) de Samory, instrumentalisée après les indépendances africaines et présentée ("non sans arrières-pensées politiques") par Sékou Touré comme un précurseur, "farouche combattant contre la colonisation française". Elle revient également sur la question du "parti colonial", dont l'étude reste à entreprendre, "au croisement du fait militaire, des relations diplomatiques et internationales, de la construction d'un discours républicain très largement sentencieux". On apprécie les cartes en noir et blanc, parfaitement claires et lisibles, l'index complet et la riche bibliographie finale à laquelle il ne semble manquer aucun ouvrage sérieux sur ces sujets.

Facile à lire et complet, voilà une étude qui mérite de figurer dans toute bibliothèque bien tenue.

 

Colection Outre-mer, Ed. SOTECA (diffusion Belin), Saint-Cloud, 2012, 208 pages. 25,0 euros.

ISBN : 978-2-9163-8545-7

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 07:15

John Keegan

1934  -  2012

 

  john-keegan.jpg

Le grand historien britannique est décédé au début du mois, dans la torpeur estivale et sans que l'événement ne fasse la Une des médias. Auteur à la fois prolifique et d'une grande profondeur, élément moteur de la grande école historique anglo-saxonne (même si cela ne fait pas toujours plaisir aux Français parfois si frileux), il a marqué des générations de jeunes historiens, civils et militaires. Parmi les quelques hommages aussitôt rendus, on lira en particulier ceux de Michel Goya (La voie de l'épéeici, de Jean-Dominique Merchet (Secret Défenseici, et de Stéphane Mantoux (Historicoblog) ici, ainsi que les recensions de l'édition française de son Anatomie de la bataille, mise en ligne sur Bir-Hakeim en août 2009 et de La guerre de Sécession sur Historicoblog en décembre 2011.

john-keegan1.jpg

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 07:10

Occupation et résistance

en Belgique et en France occupées

14-18 Magazine  -  n° 58

 img154.jpg

Ce numéro d’août-octobre 2012 s’ouvre sur un dossier de François Cochet qui présente, en une trentaine de pages, les formes prises par l’occupation allemande dans le nord de la France et en Belgique. Accompagné de fréquentes références et d’une riche bibliographie, il met en relief sa brutalité mais aussi la diversité des situations et en identifie les invariants. On observe que les illustrations, extraites de la documentation de l’époque, sont nettement plus dures (la « barbarie allemande » mise en image par la propagande) que le texte courant, plus subtil. Un dossier que l'on conservera pour son caractère aussi complet et objectif que possible en quelques dizaines de pages.

On relève également l’excellent article présentant « Le général Pellé, soldat diplomate et artiste » (par Isabelle Saniford-Pellé), qui fait écho à l’exposition éponyme du Mémorial de Fleury, et celui sur « Les troupes portugaises en France (1917-1918) », sur la piètre qualité desquelles (en particulier son encadrement en officiers) il y aurait encore à écrire, et à mettre en parallèle avec l’inefficacité absolue des contingents lusitaniens outre-mer.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 07:00

Un peuple en armes

Avec l’armée allemande sur le front occidental

Sven Hedin

img111.jpg

Sur l’étal d’un brocanteur cet été, tout dans la couverture de ce livre attire le regard et intrigue : l’auteur (célèbre explorateur suédois qui restera germanophile jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale), le titre (relatif à l’armée allemande en campagne pendant la Grande Guerre, mais rédigé en français), la date et le lieu d’édition (en Allemagne en 1916, en pleine Grande Guerre). Il est peu connu, presque introuvable, par ailleurs en bon état général : il n’y a pas à hésiter, les quelques euros demandés ne sont rien.

Il s’agit effectivement d’un ouvrage (155 pages) de propagande, sans doute destiné prioritairement à la Suisse neutre, mais pour une part également appelé à circuler en France et dans les territoires francophones engagés dans la guerre contre l’Allemagne. L’auteur fait le récit de son séjour et de ses déplacements dans la  zone des armées impériales en campagne, entre septembre et novembre 1914 et, sous couvert d’un « reportage » réalisé par un neutre, dresse un tableau systématiquement élogieux de l’armée allemande, de ses généraux, ses officiers et ses soldats ; se montre toujours courtois et souvent affable à l’égard des Français ; témoigne de toute son hostilité à la Grande-Bretagne et à la Russie.

Au fil des pages, certaines descriptions peuvent faire sourire (les excès de vocabulaire sont rarement crédibles, même s'ils sont dans le style de l'époque), mais le livre est plus particulièrement intéressant sur deux points. D’une part, il exprime clairement les « axes de communication » de la propagande allemande : Guillaume II (« un pas ferme et tranquille », « stature puissante », « grande personnalité », « intelligence acérée et brillante faculté de caractérisation », etc.) aime la paix et « il plaignit la nécessité qui l’avait forcé contre son désir de conduire ses armées contre les Français et il espérait que le temps viendrait où les Allemands et les Français pourraient maintenir des rapports de bon voisinage ». Outre-Rhin, le peuple et l’armée sont unanimes derrière leur souverain, l’organisation rationnelle du pays et la saine gestion de ses ressources permettront de poursuivre la guerre jusqu’à la victoire, etc. D’autre part, les Britanniques et les Russes menacent directement non seulement l’Allemagne, mais plus largement la paix du monde elle-même et les équilibres planétaires. Ce sont eux qui ont voulu, et qui entretiennent la guerre. La France ne devrait donc pas poursuivre dans cette alliance avec ceux qui sont les "vrais" ennemis de la paix.

A propos des destructions et des crimes contre les populations civiles en Belgique, Sven Hedin minimise les accusations des Alliés (pour l’hôtel-de-ville de Louvain, « avec la meilleure volonté du monde, je ne pus découvrir la moindre égratignure sur ses murs … Peut-être se trouve-t-il quelque part l’éraflure d’un éclat d’obus qui a échappé à mon attention ») et poursuit à propos des exécutions sommaires : « Les Allemands eux-mêmes ont vivement regretté d’être forcés malgré eux de recourir à de pareils procédés » contre des irréguliers francs-tireurs dont la présence est fermement affirmée.

Relevons également ces quelques phrases significatives à propos de la propagande, sous la plume d’un « neutre » : « Dans les nations de l’Entente, … comme les bonnes nouvelles n’y sont récoltées que rarement, elles sont fabriquées dans les rédactions des divers journaux. La presse allemande n’a pas besoin d’enflammer le courage de la nation, il brûle d’une flamme claire et pure. Le peuple allemand exige de la presse qu’elle lui dise toute la vérité, bonne ou mauvaise soit-elle. On ne fait pas mousser les bonnes nouvelles, on n’atténue pas les mauvaises »… Un bijou !

Bref, un document étonnant et utile qui mérite d’être convenablement conservé.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 07:10

Viêtnam : 20 idées fausses qui ont la vie dure

Guerres & Histoire  -  n° 8

Guerre_-_histoire.jpg 

On ne présente plus désormais Guerres & Histoire, solidement installé dans le paysage de la presse périodique. Et l’on est, avec chaque nouveau numéro, séduit par la diversité des thèmes abordés, avec le double souci d’une part de combattre les idées reçues et les a priori et d’autre part d’expliquer pédagogiquement la réalité non seulement des faits mais aussi des enchainements des causes et des conséquences.

Outre le dossier central consacré aux « 20 idées fausses qui ont la vie dure » sur la guerre américaine du Vietnam, nous avons particulièrement apprécié l’article de Roger Crowley sur « L’arsenal de Venise, première usine du monde », créé au XIIe siècle et qui atteint son apogée au XVIe ; celui d’Eric Tréguier sur les campagnes de Pyrrhus Ier, roi d’Epire, contre Rome et ses victoires si chèrement acquises ; celui enfin de Pierre Journoud qui revient sur la guerre franco-thaïlandaise de 1940-1941, dont on connait un peu la victoire navale de Koh Chang mais dont on oublie les échecs terrestres et dont on néglige l’armistice finalement imposé par le Japon. Parmi les nombreuses rubriques ponctuelles qui contribuent à la richesse de chaque numéro, n’oublions pas l’excellente chronique de Laurent Henninger, ce mois-ci sur le thème du « Wargame, machine à remonter le temps militaire », outil complémentaire de l’historien.

A lire et à relire, à conseiller et à conserver.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 07:05

Vietnam, 1968-1976

La sortie de guerre

Pierre Journoud et Cécile Menétrey-Monchau (Dir.)

  Vietnam.jpg

Pierre Journoud, qui s’avère être, de plus en plus, l’un des meilleurs spécialiste français de l’Extrême-Orient et du Sud-est asiatique, propose ici, avec sa collègue Cécile Menétrey-Monchau, les actes d’un colloque qui s’était tenu à Paris il y a quatre ans. A travers plus de vingt contributions, françaises, américaines mais aussi vietnamiennes, les auteurs abordent toutes les facettes de l’histoire diplomatique (et au-delà) de la fin de la guerre du Vietnam. Soulignons également que le volume est accompagné d’un DVD qui, de même, regroupe les témoignes filmés d’acteurs français, américains et vietnamiens des conversations officieuses, puis officielles, qui aboutissent aux Accords de Paris de 1973. Enfin, la « Bibliographie suggestive » finale présente les sources, ouvrages et articles français, anglophones, japonais, vietnamiens et chinois du dossier, ce qui complète les très nombreuses notes de bas de page des différents textes et donne à l’ensemble davantage encore d’ampleur, de densité et de cohérence.

L’ouvrage s’ouvre sur une préface de Robert Frank, qui retrace rapidement le contexte diplomatique de guerre froide et rappelle que, dans les conflits de ce type, « la victoire ne se mesure pas par les objectifs militaires obtenus sur le terrain, mais par la capacité à atteindre l’objectif politique défini lors du recours à la force armée », leçon trop souvent oubliée. Elle est suivie par une introduction de Pierre Journoud, qui précise l’environnement et les données du débat jusqu’aux conséquences des Accords de Paris : « l’histoire est une discipline vivante, en perpétuelle évolution, qui s’enrichit en permanence du présent tout en aspirant à l’éclairer ».

Les contributions (en français ou en anglais) des différents intervenants sont ensuite regroupées en cinq grandes parties, toutes d’une grande richesse : « Le Vietnam dans la guerre froide, 1968-1973 » pose en particulier la question de la priorité à accorder aux combats ou à la négociation et précise la place et le rôle de la Chine et du Japon dans le contexte géopolitique ; « La confrontation diplomatique américano-vietnamienne, 1968-1973 » développe longuement les débats intérieurs de l’administration américaine durant cette période ; « La France, la guerre du Vietnam et les négociations de Paris, 1968-1973 » revient sur le rôle original du gouvernement français, mais aussi sur l’action du P.C.F. et le mouvement « Front Solidarité Indochine » ; « L’accord de Paris et ses suites, 1973-1976 » étudie les analyses du Politburo et la place de l’URSS ainsi que la question des réparations de guerre entre les Etats-Unis et le Vietnam ; « Epilogue : du Vietnam à l’Irak, 1968-2008 » permet d’étudier (et de relativiser) le poids des intellectuels et des opinions publiques dans l’évolution de la guerre.

On le voit, un ouvrage d’une très grande densité, qui fait honneur aux directeurs de ces travaux et qui trouve parfaitement sa place dans les collections de référence de l’éditeur Peter Lang. Un outil absolument indispensable pour aller au-delà des seules questions tactiques, de l’offensive du Têt ou des bombardements des B 52.

 

Collection ‘Enjeux internationaux’ n° 17, P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2012, 378 pages.

ISBN : 978-90-5201-744-0

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Extrême-Orient
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 07:00

La guerre robotisée

Didier Danet, Jean-Paul Hanon, Gérard de Boisboissel

img149.jpg 

Ce beau volume de plus de 330 pages constitue les actes d'un colloque international organisé en novembre 2011 par le pôle Action globale et forces terrestres du Centre de recherche des Ecoles de Saint-Cyr - Coëtquidan. Affirmons le immédiatement : il constitue dès à présent un ouvrage de référence pour trois raisons : il s'agit d'un sujet relativement neuf, abordé dans sa globalité, par une équipe internationale. Tactique et stratégie, économie et technique, morale et droit, mais peut-être surtout une vraie question politique. Les très nombreuses pistes ouvertes au fil des différentes contributions intéresseront tous ceux qui s'interroge sur les guerres de demain... et celles d'aujourd'hui !

 

Plus d’une vingtaine d’intervenants donc, militaires et civils, pour une « première » aussi complète que réussie. La première partie (« Robots et action globale des forces terrestres ») pose la question de l’intervention actuelle et future des robots dans les conflits, de la préparation des chefs militaires à l’optimisation de leur emploi et des conséquences organiques que cela peut engendrer. La seconde (« Mutations technologiques et industrielles ») s’intéresse aux coûts relatifs, aux investissements nécessaires et à la problématique de recherche et développement. La troisième (« Questionnements socio-politiques ») revient sur les obstacles éthiques, moraux et juridiques qui surgissent sans qu’une réflexion préalable, en amont, n’ait réellement permis d’envisager des réponses satisfaisantes. La conclusion enfin (« Réflexions prospectives ») s’attache à préciser ce que pourra être demain la robotisation non seulement du champ de bataille en général mais des unités en tant que telles. Tout au long de l’ouvrage résonnent, comme un fil d’Ariane, les échos du débat qui, souvent (et depuis longtemps) oppose, pour faire simple, les adeptes de la technicité aux partisans de la rusticité. Que l’on soit au non favorable à cette évolution, que l’on appartienne à un camp ou à l’autre, les derniers mots de la préface du général Bonnemaison s’imposent tout au long du livre : « Penser cette dimension particulière de la conflictualité contemporaine est donc une impérieuse nécessité pour les forces terrestres qui sont concernées au premier chef ». On ne peut en effet pas se contenter de refuser la réalité.

 

(En aparté, nous pouvons une nouvelle fois nous étonner de l’extrême froideur de la plupart des grands éditeurs vis-à-vis des actes de colloque et des ouvrages collectifs, au prétexte que, ne s’agissant pas d’un récit unique grand public, le livre serait moins « vendable ». Ces publications en réalité, nous en avons eu (et nous en aurons encore) maints exemples, constituent les véritables bases de l’apprentissage et de la connaissance dans les domaines les plus variés, par la diversité des interventions sur un sujet commun et par la richesse des pistes ouvertes par les meilleurs spécialistes. Il nous faut donc ici remercier et féliciter les derniers éditeurs -parmi lesquels Economica, dans le cas présent, mais aussi SOTECA 14-18, Riveneuve Editions, PIE Peter Lang ou les Presses Universitaires par exemple- pour avoir encore le courage de produire des volumes de cette qualité.)

 

Editions Economica, Paris, 2012, 336 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-7178-6499-1

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire économique et technique
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 07:10

L’Afghanistan

Terre de conflits de l’Antiquité à nos jours

Champs de bataille thématique  -  n° 27

 Champs_bataille.jpg

Nous aimons bien la revue, mais le pari était cette fois peut-être trop audacieux, sans doute trop difficile à tenir. Vouloir, dans les 100 pages d’un magazine (par ailleurs largement illustré de photos, cartes et profils de matériels, ce qui réduit d'autant en proportion la place du texte) traiter à la fois des campagnes d’Alexandre le Grand (pp. 4-14), des guerres anglo-afghanes (pp.16-25), de la guerre soviéto-afghane (pp. 26-70) et enfin de l’intervention occidentale depuis 2001 (pp. 72-77) était probablement trop ambitieux. Ce numéro se lit certes facilement, les cartes sont de qualité, les photos bien choisies, mais… Si la partie « Guerre soviéto-afghane », avec près de la moitié de la pagination rédactionnelle, bénéficie d’une place suffisante pour être bien abordée, les trois autres sont réduites à la portion congrue. Huit à dix pages (dont moins de la moitié de textes) pour étudier d’aussi longues opérations militaires aux ressorts et aux conséquences complexes est notablement insuffisant et ne permet aux rédacteurs que d’aborder quelques points très connus.

Peut-être aurait-il été préférable de consacrer à cette aire géographique particulière deux numéros hors-série successifs, afin d'aller davantage "au fond des choses" ?

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 07:10

Home Front Posters of the Second World War

Susanna Walker

IWML.jpg

Ramené d'une visite à l'Imperial War Museum de Londres et d'un passage dans la "boutique" de cette vénérable institution, ce petit volume (48 pages) absolument "délicious" qui présente les affiches les plus originales de "front intérieur britannique" durant la Seconde guerre mondiale, en les recontextualisant rapidement.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile