Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 06:55

Europe Mad Max demain ?

Retour à la défense citoyenne

Bernard Wicht

Quelque part entre la bataille de Sempach (en 1388) et Mad Max ? Voici un livre curieux, parfois inquiétant ou irritant, mais qui pousse au questionnement et à la réflexion.

Enseignant et publiciste suisse, Bernard Witch développe ici un thème qui lui est cher et sur lequel il travaille depuis plusiurs années. Selon lui, nos sociétés traditionnelles, nos Etats-Nations connaitraient actuellement une phase de bouleversements complets, d'émiettements et de dislocation, alors que les organisations armées non régaliennes (mafias, terrorisme, sociétés privées, etc.) ne cessent de se développer. Ceci annonce la fin (ou l'impuissance) des armées nationales, le retour des "bandes" et des menaces directes contre les simples citoyens oubliés de leurs élites officielles : "ce double phénomène laisse le citoyen désarmé tant du point de vue politique que militaire". Les conflits sont de plus en plus fréquents et les dangers sont de plus en plus imprévisibles, ce qui sonne le glas des stratégies traditionnelles. Face à l'anarchie qui menace, se pose une question, pour préserver sa liberté et survivre : "Vers quel type de structure s'orienter lorsque la cité se défait ?". Il deviendrait donc indispensable, selon l'auteur, que les citoyens, à l'image des Grecs des cités antiques, s'arment pour se défendre de la "guerre civile moléculaire", et reconstituent en quelque sorte à l'échelle de leurs communautés l'union des hommes libres, donc armés.

Une vision apocalyptique de l'avenir du continent (le dernier chapitre est titré "Vers la défense citoyenne (Swissbollah)" en écho moderne au Schwitzer werden du Moyen-Âge) dont on peut trouver des approches similaires sur d'autres territoires, comme parmi certains groupes radicaux américains. La solution serait donc locale par la construction d'un projet de société communautaire intégrant une milice qui garantirait cette conception de la liberté des groupes sociaux ou ethniques. On voit bien la piste dangereuse vers laquelle ce raisonnement peut entraîner, mais il témoigne de l'évolution (au moins intellectuelle pour l'instant) d'une partie de la société : "On pourrait dire simplement que le système d'arme, c'est un citoyen avec son fusil à l'instar du Minuteman des jeunes colonis américaines, du Franc-Tireur des sociétés de tir vosgiennes, du Kibboutznik israélien ou du soldat suisse", dont la version post-moderne serait "le citoyen-soldat 2.0"... contre les nouvelles hordes barbares.

Inquiétant, irritant, disions-nous en introduction. En effet, à partir de quelques constats objectifs et d'interrogations légitimes (sur les rapports fondamentaux entre liberté et sécurité par exemple, mais on observe que l'auteur cite fréquemment Hobbes), Bernard Witch enmène son lecteur très (trop ?) loin. A lire avec intérêt comme réflexion presque philosophique sur l'avenir de nos sociétés, et de ce point de vue la contribution de l'auteur est utile, mais à manier avec le plus grand soin et à passer au crible de la critique en fonction de nos valeurs.

Editions Favre SA, Lausanne (CH), 2013, 148 pages, 14 euros.

ISBN : 978-2-8289-1355-7.

Communautés organisées et légitime défense ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie et principes de la guerre
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 06:45

D'une révolution à l'autre

Histoire des circulations révolutionnaires (18e -21e s.)

Universités de Paris-Est Marne-la-Vallée et de Paris 7 Diderot

12-14 juin

On sait bien que les grandes secousses politiques et la guerre sont souvent étroitement liées. Il y aura donc nécessairement de nombreux thèmes politico-militaires, en relation en particulier avec les guérillas et insurrections les plus diverses, abordées au cours de ces trois journées au programme exceptionnellement varié.  Si les années 1960 et 1970 sont particulièrement bien représentées, les auditeurs seront aussi transportés, au fil des communications, de Valachie au Bengale, d'Amérique latine à la guérilla maoïste, de la Commune de Paris à la guerre de Sécession, d'Espagne à Naples ou de la révolution castriste aux Jeunes Turcs !

Les deux premières journées (12 et 13 juin) se dérouleront sur le site de l'université de Marne-la-Vallée, la troisième (14 juin) sur celui de l'université Paris 7 Diderot.

Programme détaillé : ici

Contacts et renseignements :

maud.chirio@univ-mlv.fr ; mathilde.larrere@univ-mlv.fr ou eugenia.palieraki@univ-cergy.fr

 

Les révolutions et les guerres
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 07:05

Le Sahara

Histoire, guerres et conquêtes

Bernard Nantet

Le désert du Sahara fait l’objet de nombreux ouvrages récents destinés à satisfaire l’intérêt du grand public pour cette région en pleine actualité. Bernard Nantet, archéologue et journaliste spécialiste du continent africain, déjà auteur d’une Histoire du Sahara et des Sahariens, nous propose ici un libre destiné aux lecteurs désireux d’aborder l’histoire et les problématiques de cette région méconnue avec son nouveau livre, Le Sahara : histoire, guerres et conquêtes qui paraît aux éditions Tallandier. Il dresse un tableau général d’un immense territoire allant de Dakar à Khartoum et d’Alger à Ndjamena en passant par les célèbres Tombouctou ou Koufra.

Avec cet ouvrage à la visée avant tout vulgarisatrice, on est amené à parcourir 500 ans d’histoire de ce désert entouré de mystères. L’auteur découpe son livre en 8 parties chronologiques, toutes abordables indépendamment l’une de l’autre, allant du début XVe siècle jusqu’à l’intervention française au Mali en janvier 2013. Dès le premier chapitre, « Le Roi de l’Or », Bernard Nantet nous montre que l’attrait des Européens pour les nombreuses richesses, comme l’or ou le sel, de ce mythique désert est ancien. Dès le début du XVe, des navigateurs sous pavillon portugais ou espagnol viennent sillonner les côtes du Sahara occidental et établissent quelques comptoirs pour commercer avec les peuples du désert. Ces nombreux peuples font l’objet de la seconde partie, « Les peuples du Sahara », qui dresse un panorama des populations et tribus qui composent la mosaïque ethnique de ce grand désert et de la région sahélienne, comme les Touaregs, les Peuls, les Maures ou les Toubous, tout en nous racontant la période tumultueuse des XVIIe et XVIIIe siècles. Il n’oublie pas de mentionner l’installation de comptoirs européens toujours plus nombreux, agrandissant le nombre des acteurs présents dans la région.

Vient ensuite un temps plein de légendes et d’exploits du siècle suivant avec « Les explorateurs du Sahara ». Si l’auteur met en exergue les nombreuses expéditions infortunées qui se terminent souvent par une mort tragique, c’est pour mieux expliquer la prouesse de René Caillé, premier explorateur du Sahara à voyager de Saint-Louis du Sénégal jusqu’à Tombouctou (et surtout à en revenir !) en 1828, qui fait l’objet de plusieurs pages passionnantes. C’est le début d’une lente mais inexorable pénétration du désert par les puissances européennes qui n’ont de cesse de pousser toujours plus en avant pour « effacer le blanc des cartes ». Il nous montre par ailleurs les premières et timides formes de la colonisation qui annoncent un XIXe siècle guerrier.

Cette conquête du Sahara par les Européens, pilier central de l’ouvrage, est abordée par en trois parties, « La conquête du Sahara occidental », « La conquête du Sahara central » et « La conquête du Sahara oriental ». Si l’approche choisie semble géographique, l’auteur démontre vite qu’elle suit parfaitement la chronologie. Il porte principalement son attention sur la conquête française de ce grand désert, à juste titre puisque la France possède environ les deux tiers du Sahara lorsque la Première Guerre Mondiale éclate. On assiste donc aux actions célèbres de Faidherbe sur le Sénégal, au siège de Tombouctou, à la conquête du Tchad tout cela amenant à la crise de Fachoda. Cependant l’auteur n’oublie pas les colonisations britanniques et italiennes en nous donnant une image générale intéressante du Soudan anglo-égyptien et de la Libye italienne, dont les résistances ont été plus importantes que ce qu’on l’on imagine généralement. On remarque un ensemble de pages consacrées au rôle de l’Islam dans cette résistance à la conquête européenne, paragraphes qui révèlent des thématiques intéressantes au lecteur non-spécialiste.

L’avant-dernier chapitre, « La colonisation du Sahara », est consacré à l’action de la colonisation par les puissances européennes avec le souci de la délimitation des frontières, le développement des routes et des voies de communication du désert, l’exploitation de ses ressources et les dernières résistances à l’occupation coloniale comme celle de la confrérie des Senoussi. La Seconde Guerre mondiale et ses évènements cruciaux servent de tremplin à la dernière partie du livre.

« L’indépendance et après » nous propose un panorama des cinquante dernières années et des problèmes induits par une décolonisation souvent hâtive. La question du Sahara occidental et de son conflit avec le Maroc, l’instabilité de la Mauritanie, les Touaregs oubliés et divisés sont autant de questions qui reviennent dans l’actualité. Il aborde aussi les interventions françaises au Tchad et le rôle que joue l’ancienne métropole dans les affaires sahariennes. Bernard Nantet donne les origines de toutes ces actualités géopolitiques avec un bon esprit de synthèse (on reconnaît là le journaliste) qui n’est cependant pas présent dans tout le livre.

 

L’ouvrage souffre en effet de quelques défauts qui gênent le plaisir de la lecture. Trop porté sur des données factuelles ou des anecdotes, l’auteur semble se refuser parfois à présenter plus simplement des sujets qui auraient dû l’être. La partie sur les peuples du Sahara, par exemple, ne permet pas au lecteur de se faire une idée claire de la myriade d’ethnies qui constituent le visage du Sahara, de leurs différences et de leurs mentalités. On aurait aussi apprécié une cartographie plus développée pour aider le néophyte à concrétiser les connaissances que nous apporte la lecture du livre et à localiser lieux et peuples cités. Néanmoins, Le Sahara : histoire, guerres et conquêtes constitue un ouvrage de vulgarisation tout à fait intéressant sur la région, complété par une bonne bibliographie. Un livre à lire si l’on souhaite poursuivre par des lectures complémentaires.

Thierry Barroca

Tallandier, Paris, 2013, 399 pages. 22,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0239-5.

Touareg, Maures et Toubous
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Afrique
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 06:55

Cent ans d'opérations en montagne

Permanences, adaptations, procédures

Grenoble - 18 / 19 juin 2013

Nous envisagions il y a peu un café historique de La Chouette sur le thème des chasseurs. Voici annoncé un grand colloque co-organisé par le Service historique de la Défense, l'IEP de Grenoble, la 27e BIM et la ville de Grenoble sur le thème des combats en montagne. Il se déroulera au musée de la ville, 5 place de la Valette, de 09h00 à 17h00 les 18 et 19 juin. Le très riche programme (une vingtaine d'interventions d'universitaires et d'officiers) est organisé par demi-journées en 4 grandes sessions : "La montagne militaire" et "Commander en montagne" le 18, "La guerre en montagne" et "Représentations et rayonnement du soldat montagnard" le 19.

Programme complet : ici.

Pour tous renseignements complémentaires :

04 38 37 44 05 ou mtm.bastille@gmail.com

 

Chasseurs alpins
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 06:50

60 ans de la Patrouille de France

en images

Avions  -  hors-série n° 35

Après les manifestations largement médiatisées de la semaine dernière, et pour en conserver le souvenir, un numéro hors-série de la revue Avions entièrement consacré à l'histoire de la Patrouille de France, depuis la création en 1931 de la première unité française de ce type "à l'initiative d'un groupe de moniteurs de l'école de perfectionnement au pilotage (EPP) d'Etampes-Mondésir". Tout est passé à la loupe, (listes des pilotes, insignes, types d'appareils, etc.), émaillé de témoignages et superbement illustré (magnifiques photos en particulier pour la période la plus récente). On apprécie le "coup de chapeau rendu à la fin du volume aux appareils d'accompagnement, dont on ne parle jamais.

 

Hommage aux virtuoses
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 07:00

Mermoz

Michel Faucheux

« Voler, c’est courir le danger, tel Icare, de retomber ».  

« Mermoz n’est pas né aviateur. Mais ce tournant n’en sera que plus déterminant. Si on ne nait pas héros, on le devient ». Tel est, en substance, le fil conducteur de Mermoz, ouvrage éponyme sur le très célèbre pilote de l’Aéropostale. Maître de conférence à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, Michel Faucheux s’attache notamment à l’histoire des idées ainsi qu’à la transversalité qui peut se tisser entre littérature et philosophie, mythe et science, science et imaginaire, autant de domaines qui animent la figure de Jean Mermoz.

L’auteur s’attaque donc au mythe qu’est devenu Jean Mermoz, largement aidé en ce sens par la première biographie du pilote, livrée en 1938 par Joseph Kessel, journaliste et ami de Mermoz : « Grâce à Kessel, une vie légendaire devient légende. Son livre est une machine d’alchimiste, une machine à fabriquer l’or. L’or qu’il fabrique n’est pas de ce monde et, pour le rendre visible, il y frappe sans cesse le profil de son ami. Or léger. Médailles innombrables ! Ce livre vous entraine à la surface de eaux lourdes. Êtes-vous écœurés de racontars ? Ouvrez-le. C’est une cure d’altitude que je vous recommande ». Tels sont les mots employés par Jean Cocteau pour qualifier cette biographie, alors inédite, à figure d’hagiographie.

En effet, et l’auteur le rappelle à juste titre, l’œuvre et le rôle de Joseph Kessel ont largement contribué à placer Mermoz au sommet du panthéon de l’Aéropostale, à l’édifier en tant que mythe portant en avant la société moderne. Héros de l’aviation, porté par la presse et la littérature se chargeant de son « héroïsation », le rôle de Joseph Kessel dans la constitution de la légende est essentiel, il est le héraut d’une vie que Mermoz a voulu mener en héros.

Mais la pertinence de l’ouvrage de M. Faucheux réside dans sa capacité à remettre en question, non pas systématiquement mais à bon escient, l’œuvre de Kessel, jusqu’alors érigée en texte fondateur voire sacré, seule à détenir la vérité sur la vie du pilote parti prématurément. Ainsi l’auteur n’hésite pas à pointer les inexactitudes que recèle l’œuvre de référence, pour tenter offrir au lecteur une biographie débarrassée du mythique. Par ailleurs, afin de déchiffrer au mieux le vrai du faux, le mythe de la réalité, le héros du pilote, M. Faucheux s’appuie sur une bibliographie richement pourvue. Ainsi grâce à de nombreuses sources, il nous livre un ouvrage précis retraçant la vie du pilote, de la très petite enfance de Mermoz à son intégration dans l’armée où il développe son appétit grandissant et jamais rassasié pour l’aviation. La soif de découverte de Mermoz va croissant, au fil de son exploration du monde, de l’Espagne à la Syrie, du Sénégal au Brésil, « inlassablement je voudrais tout voir, découvrir toujours ce qui est pour moi l’inconnu des êtres et des choses, et il y a tant à voir, tant à découvrir, tant à apprécier, tant à admirer, que tout ce que j’ai pu connaître jusqu’ici me semble minime ».

Toutefois, M. Faucheux n’en aborde pas moins l’épisode politique controversé du pilote, membre des Croix-de-feu du général de la Rocque et du Parti Social français. Mermoz permet au lecteur de comprendre l’engagement politique du pilote au service de ses convictions et de ses valeurs d’héroïsme afin de porter haut l’aventure de l’aviation et de l’Aéropostale, qui se transforme alors en une cause patriotique dont il devient l’ambassadeur.

Michel Faucheux rend ici une biographie véritablement plaisante à lire et qui ouvrira très certainement l’appétit d’un lecteur néophyte en matière d’aviation, ou plus simplement d’histoire, voire d’aventures, et comblera celui d’un lecteur averti, en réussissant son défi initial de se détacher le plus souvent possible de la puissance du mythe associé à la figure de l’emblématique pilote.

Précisément, la vie de l’aviateur se situe dans cet entre-deux, entre le réel et le mythe, la littérature et la réalité, que M. Faucheux aura tenté d’éclaircir. Écrire la biographie d’un personnage tel que Mermoz est donc une entreprise complexe car si la vie du pilote parait, de loin, aisément racontable, elle en se résume pas à une succession de faits héroïques et d’évènements glorieux qui conduisent à l’apothéose du sacrifice un matin de décembre 1936, aux commandes du Latécoère 300 Croix du Sud. Cependant, de près, il est souvent délicat de discerner le vrai du faux, l’événement de la légende, et l’entreprise biographique oblige à questionner le rôle du texte littéraire, qu’il s’agisse du récit de Kessel ou de l’activité de Jean Mermoz lui même.  Michel Faucheux s’attache enfin à ramener à sa juste place l’idée largement entendue de l’histoire littéraire qui fait de Saint-Exupéry l’écrivain de l’aviation et le romancier de l’Aéropostale. Certes, Mermoz n’aura de cesse d’écrire, poèmes, textes, articles, discours. La correspondance conservée d’avec sa mère en témoigne : il aura vécu sa vie tout en la racontant, mais si la littérature n’en est pas en dehors de sa vie, elle n’en est pas non plus au cœur.  Ecrire la biographie d’un être tel que Mermoz est donc un exercice paradoxal : ce n’est pas démythifier une vie mais montrer comment celle-ci, au contraire, s’est construite comme mythe et prolongée dans l’imaginaire. Bien qu’il se soit attaché à cette œuvre et malgré cet ouvrage qu’il nous propose, l’ultime sentiment de l’auteur n’en est finalement pas très éloigné :  « La vie de Mermoz doit être lue comme l’écriture d’une épopée, d’une légende et d’un mythe ».

Conscient de faire pleinement parti du mythe de l’aviation et du gotha des pilotes, il revenait à Jean Mermoz lui-même de conclure : « L’aviation, comme toutes les grandes œuvres humaines qui ont bouleversé le monde, est née avant tout d’une mystique. Le besoin idéal de s’évader de soi-même, la volonté de s’élever des contingences d’une vie terrestre trop étroite ont fait se cristalliser peu à peu l’idée du vol humain dans le cerveau des hommes […] L’aviation fut le résultat d’une œuvre de foi. C’est pourquoi elle a sa mystique, son apostolat, son martyrologue ».

Bérenger Caudan-Vila

Folio Biographies, Paris, 2013, 294 pages. 8,10 euros.

ISBN : 978-2-07-044723-7.

Légende de l'Aéropostale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Aviation
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 06:55

La guerre froide vue d'en bas

colloque CNRS - IHTP

6 - 7 juin 2013

Une période si longue (plus de quarante ans) de graves troubles et difficultés internationales a nécessairement des répercussions locales, dans le quotidien des populations. Comment s'est-elle traduite en province ? Quels ont été ses échos dans les territoires ? Ce colloque se propose de les identifier. La journée du 6 juin (à partir de 9h30) est consacrée à trois thématiques : "Maintenir l'ordre" (matinée), "Les départements dans la guerre froide" et "Le contact avec l'autre" (après-midi). Les séances du 7 juin seront consacrées aux "Emotions", "Mémoires", "Représentations" et aux politiques municipales.

Le colloque se tient à l'auditorium Marie Curie, 3 rue Michel-Ange, 75016 Paris

(métro Michel-Ange Auteuil)

Renseignements et inscription : coll.Guerre-Froide@ihtp.cnrs.fr

La guerre froide au quotidien
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 06:50

L'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

(1808-1914)

José Maigre

Dans cet article de 17 pages, le conservateur du musée du lycée militaire de Saint-Cyr retrace l'histoire, parfois mouvementée au XIXe siècle, de son établissement ( et de ses élèves), de sa création à la Grande Guerre.

Pour lire le texte intégral : ici.

 

Un "lycée" entré dans l'histoire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire sociale et culturelle
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:00

L'affaire Farewell

vue de l'intérieur

Raymond Nart et Jacky Debain

"L'affaire Farewell", puisque c'est ainsi qu'elle est connue, a déjà fait l'objet (bien que relativement récente) d'une abondante littérature, mais souvent "fantasmée" et c'est à notre connaissance la première fois qu'elle est racontée et replacée dans son (ses) contexte(s) par les acteurs eux-mêmes.

On se souvient que le recrutement (un peu par hasard d'ailleurs) du colonel Vladimir Vetrov, haut responsable du complexe militaro-scientifique soviétique, fut considéré comme le plus grand succès français de la guerre froide dans le domaine du renseignement. Raymond Nart et Jacky Debain furent en effet de bout en bout, dès le printemps 1981, les responsables de ce dossier à la DST, dont ils connaissent parfaitement bien les usages, les rouages, les cadres et agents. Le récit qu'ils nous livrent n'en est donc que plus intéressant. Très détaillé, écrit dans un style clair et dynamique (chacune des sept parties du livre est divisée en six à neuf brefs chapitres), l'ouvrage présente aussi l'intérêt, au-delà de l'affaire elle-même dont chaque phase est décrite avec précision, de proposer de nombreux "coups de projecteur" sur l'environnement : politique française (rapport présidence de la République/Intérieur/Défense), système soviétique, relations avec les Etats-Unis, rapports entre les services français, etc. On reste par exemple étonné du peu de moyens mis à la disposition de la toute petite équipe chargée "d'exploiter" cette source essentielle, qui a pourtant permis aux Français de "lire par-dessus l'épaule d'Andropov". On constate qu'au plus haut niveau de l'Etat, l'affaire est conduite par un ou deux hommes seulement, avec l'aval du président de la République, le soutien discret du chef d'état-major des armées, mais que Charles Hernu, ministre en titre, est considéré comme peu fiable et laissé en dehors de l'affaire (tandis que le ministre des Affaires étrangères "ergote"). On en apprend également un peu plus sur le programme de "guerre des étoiles" soviétique, condamné à stagner par manque de moyens. Plus humoristiques, les quelques lignes consacrées ici ou là à l'action des services soviétiques à Paris ne manquent pas de saveur. De même, on se rend compte que le débriefing aux Etats-Unis d'un important officier soviétique passé à l'Ouest a été conduit par ... une taupe du KGB au coeur même de la CIA et que c'est très vraisemblablement à une infiltration du même ordre que l'existence de Farewell sera connue des Soviétiques via Washington ! Mais pourquoi ce nom de code, Farewell : les deux auteurs l'expliquent au début du livre : pour donner une consonnance anglo-saxonne au dossier et détourner l'attention vers d'autres horizons en cas d'indiscrétion.

Par ailleurs, l'ouvrage se termine sur quelques photos et documents reproduits pro-format ajoutés en annexe, et sur une bibliographie assez large qui permet d'aller plus loin. Bref, un volume tout-à-fait passionnant : quand l'histoire se lit comme un roman. Une contribution très utile à la connaissance de ces milieux et de cette période, dont on devrait pouvoir commencer (c'était il y a plus de trente ans...) en croisant les sources désormais nombreuses à rédiger le déroulement précis.

Nouveau Monde éditions, Paris, 2013, 336 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-36583-841-2

Succès français
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Renseignement - Espionnage
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:55

Notre guerre serète au Mali

Les nouvelles menaces contre la France

Isabelle Lasserre et Thierry Oberlé

Les deux auteurs, journalistes et grands reporters, reconstituent à la fois l'historique de la crise dite "malienne" et les modalités de l'intervention militaire française.

Isabelle Lasserre et Thierry Oberlé bénéficient en fait d'une relative antériorité sur le sujet, puisque depuis plusieurs années ils ont publiés différents articles sur les trafics, les réseaux, l'islamisme dans cette région sahéienne oubliée non seulement des grands pays mais même de son (ses) propre(s) gouvernement(s). Ils retracent donc les événements antérieurs au 12 janvier 2013 (on apprécie la référence au travail de Mériadec Raffray, page 162) et, à partir de cette date, suivent l'armée française dans sa rapide progression vers le nord. Pas de révélation ici, mais quelques chiffres (logistique, armes saisies, etc.) utiles et des observations (presque) "à chaud". Ils s'intéressent également longuement à la question des otages français dans la région, à la fois source de revenus pour les groupes islamistes et sujets de préoccupation des autorités comme des industriels concernés. Ils abordent enfin les questions "franco-françaises" : relations civils-militaires au plus haut niveau de l'Etat, place du ministère (et du ministre) de la Défense dans l dispositif, rôle du quai d'Orsay, "aux abonnés absents", la relation très particulière avec l'Algérie, etc. Clin d'oeil amical : on apprécie également que les derniers mots, la dernière citation de la dernière page soit une référence à Michel Goya !

Très peu de références (un article du Monde ici, un autre du Figaro là, une émission d'Europe 1, quelques livres récents) et un récit très factuel donc. Mais un bon travail de journalistes et un livre qui, dans l'attente de publications ultérieures plus fouillées à partir de sources indiscutables, contribue à mieux faire connaître et comprendre les causes et le déroulement de l'opération Serval.

Fayard, Paris, 2013, 249 pages, 17 euros.

ISBN : 978-2-213-67794-1.

Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile