Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 06:25

Un avion de reconnaissance et un hydravion de chasse…

Avions - n° 197

Ce numéro nous permet de traverser tout le XXe siècle, d’un bout à l’autre du globe avec des avions souvent fort peu connus. Si l’article de Une est consacré à l’appareil japonais de reconnaissance stratégique de la Seconde guerre mondiale, on apprécie également celui qui traite avec précision du « Loire 210 », dernier hydravion de chasse (et oui !, cela a existé) de l’aéronautique maritime française ; et l’original « Les dessous de l’histoire », qui rappelle les atterrissages (volontaires ou accidentels) dans Paris, entre 1910 et 1918. Enfin, le long témoignage de Les Anderson sur son expérience professionnelle (« J’étais pilote de Canberra dans la RAF ») nous permet de (re)découvrir le célèbre premier bombardier à réaction britannique de la guerre froide.

 

Originalité des sujets
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 06:20

Les porte-avions de l’US Navy

(3e partie)

Navires & Histoire - Hors-série n° 19

Avec ce troisième opus, Jean-Marie Krausener termine chronologiquement son histoire des porte-avions américains. Il nous entraîne ici à travers la construction, les équipements (sans oublier l’aviation embarquée), l’emploi et les évolutions des générations les plus récentes, des Kitty Hawk aux Enterprise puis aux Nimitz, et jusqu’à la prochaine génération des Ford, dont le premier exemplaire rejoindra la flotte en avril 2015.

Une étude tout particulièrement détaillée, accompagnée de nombreuses photos et planches, qui séduira les amateurs. Pour chaque bâtiment (ou presque) un chapitre est consacré à sa carrière opérationnelle, ce qui permet de suivre les différents déploiements sur les points chauds du globe, où la diplomatie navale américaine et l’action militaire de force se sont manifestées depuis un demi-siècle.

Apothéose de la puissance
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:30

Mémoires

Colonel Jean Leddet, 1878-1958

Publiés en 2011 avec un tout petit tirage, ces souvenirs du colonel Leddet ne semblent pas avoir été destinés à être largement diffusés, ce qui est dommage. Ils sont complétés par Lignes de tir, les carnets d’un artilleur pendant la Grande Guerre que nous chroniquions le 12 octobre 2012 (ici) et qui ne sont que résumés dans ce volume.

Revus et mis en page par sa famille, ces souvenirs ont été rédigés a posteriori, au cours des années 1940-1950, et, après une présentation de la famille du futur colonel Leddet au XIXe siècle, ils couvrent l’ensemble de sa carrière militaire. A la suite de sa formation à Polytechnique puis à Fontainebleau (il choisi l’artillerie par goût pour … l’équitation), il rejoint un premier régiment à Bourges. Dès les premières pages, le ton est libre, le propos vif et les souvenirs visiblement précis. Le portrait qu’il dresse du (malheureux) général commandant la 16e division et sa description des grandes manœuvres valent réellement le coup… On comprend beaucoup mieux les limogeages du début de la Grande Guerre ! C’est ensuite le camp de Châlons (« un peu une garnison de pénitence »), dont le colonel fait espionner ses cadres, avec au passage quelques anecdotes (dont une croustillante concerne directement le général Herr) ; puis Rennes juste avant la Grande Guerre, avec presque plus de détails sur la vie sociale de garnison que sur la formation et l’entrainement au régiment, ce qui témoigne en creux de l'importance relative des deux activités...

Le récit reprend donc avec l’annonce de l’armistice (une surprise pour lui), l’affectation au 452e RAL (« Un vrai régiment de Bohémiens ») et une succession rapide de déplacements et de garnisons (Angoulême, Strasbourg, Neustadt en occupation en Allemagne -avec un portrait au vitriol du général Alexandre qui commande alors l’artillerie du 32e corps-) et des qualificatifs peu élogieux pour les unités qui composent l’armée du Rhin. Affecté à Metz (alors la plus grosse garnison de France) dans une unité de DCA, il y croise de nombreux officiers, parmi lesquels de Barescut et de Lardemelle, et n’hésite pas à présenter la misère matérielle et d’équipement des régiments de l’entre-deux-guerres. D’autres affectations, d’autres chefs, d’autres camarades au cours des années qui suivent, dont un séjour au 40e d’artillerie nord-africaine au camp de Châlons, sous les ordres du général Pichot-Duclos commandant la 2e DINA, et ici un avis très réservé sur les gradés indigènes : « Nous sommes obligés d’avoir dans nos régiments nord-africains ou coloniaux, une quantité de cadres très supérieure à celle qu’emploient les Anglais pour leurs régiments hindous par exemple … Ces braves gradés indigènes se conduisaient quelquefois très bien pendant des mois et des années, puis, d’un coup, faisaient les pires bêtises : alors one les cassait et puis, au bout de cinq à six mois, quand ils avaient fait amende honorable, on les renommaient, etc. ». Il s’insurge contre le poids de la routine dans les activités et s’étonne des carences de l’instruction. La deuxième moitié des années 1930 est marquée par une succession de réorganisations et il quitte le service pour un emploi civil en 1937 : « J’avais toujours appréhendé le moment où je quitterais l’armée, où j’avais vécu pendant 36 ans et qui m’avait imprégné jusqu’aux moelles de sa mentalité particulière … Rentrant chez moi, je quittais mes vêtements militaires, croyant bien que c’était pour toujours : je ne croyais pas devoir les reprendre, et pour de bon, 18 mois plus tard ».  Son récit de la « drôle de guerre », résumé par sa fille, fait la transition avec les derniers chapitres, consacrés à la campagne de mai-juin 1940 (« 16 mai : Hier soir, les nouvelles étaient bonnes. On avait réduit en partie la poche de Sedan. Aujourd’hui, c’est moins brillant »), avec les observations indignées ou désabusées sur une situation qui devient « abracadabrante ». Les fausses alertes aux avions et aux parachutistes se succèdent, et il est nommé, le 8 juin ( ! ), commandant de la défense de Châlons, « ce qui ne m’enchante point, n’ayant jamais organisé de défenses d’infanterie et n’ayant comme troupes qu’un bataillon d’instruction et deux compagnies du 64e régional, sans un seul canon de 25 ». L’ouvrage se termine sur quelques descriptions mi-amusantes, mi-affligeantes de la situation durant l’Occupation, la Libération (« le pays n’a pas dessoûlé pendant trois jours ! ! ! ») et au cours des premières années d’après-guerre avec les questions politiques nationales et locales.

Bref un récit parfois décapant, souvent surprenant. Si par hasard vous pouvez vous procurer ce livre, surtout n’hésitez pas, il est, à bien des égards, aussi original qu’intéressant !

Editions Anovi, 2011, 421 pages, 40 euros.
ISBN : 978-2-914818-51-3.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Récits et témoignages
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 06:30

Hitler, le pouvoir et l'argent

Gérard Chauvy

On sait depuis longtemps que le caractère « socialiste » du régime nazi était pour le moins contestable et que de nombreux grands industriels et financiers avaient apporté une aide significative à Hitler (tout en en retirant de substantiels bénéfices). Le tout, paarfois, sans la moindre considération idéologique, mais simplement dans une logique économique de "gagnant-gagnant".

Dans cette large synthèse qui traite essentiellement des années 1920 et 1930, Gérard Chauvy reconstitue, dans un cadre chronologique, le puzzle des réseaux économiques et financiers du parti national-socialiste puis du IIIe Reich. Après quelques pages d’introduction consacrées à la jeunesse assez misérable d’Hitler en Autriche-Hongrie et en Bavière, l'auteur traire de ses premiers mois d’après-guerre dans la ville de Munich agitée par les mouvements révolutionnaires, et enfin des débuts laborieux du futur Führer en politique jusqu’à son premier séjour à Berlin en 1920, qui lui ouvre quelques portes dans la bourgeoisie huppée. Au fil des années, quatre étapes principales se distinguent : « le temps de l’apprentissage » jusqu’au putsch manqué de 1923, les années 1924-1929 marquées par la rencontre avec Schacht, de la Reichsbank, la marche vers le pouvoir entre 1930 et 1933, avec les nouveaux « amis capitalistes » du parti et de son chef, le temps de la Chancellerie avec les liens désormais presque institutionnalisés et qui passent désormais par le « marchandage » des commandes d’Etat, sans oublier les nombreux soutiens étrangers, européens et américains, aussi bien dans le monde de la finance que dans celui de la grande industrie ou des matières premières, et parfois jusque fort tard dans la guerre. Un ultime chapitre revient sur le sort des ces appuis et soutiens après la fin de la guerre, et il se confirme qu’ils ne connurent que rarement la sanction, au contraire ; tandis que les dernières pages sont consacrées aux deux testaments successivement rédigés par Hitler (sans que l’on voit pour autant directement le lien avec le reste de l’ouvrage).

Un livre facile à lire, qui (en procédant par aller-retour et par présentation des parcours des différents interlocuteurs) ouvre également sur de nombreuses autres pistes. La bibliographie finale regroupe des titres d’intérêt variable, mais comporte les principaux ouvrages sur la question. Une étude qui éclaire d’un autre jour l’arrivée, puis le maintien au pouvoir, la préparation puis la conduite de la guerre, par le parti nazi et le IIIe Reich.

Ixelles Editions, Paris, 2013, 349 pages. 22, 90 euros.

ISBN : 978-2-87515-197-1.

Ach ! La misère, gross malheur !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 06:30

Le crocodile et le scorpion

La France et la Côte d'Ivoire (1999-2013)

Jean-Christophe Notin

Jean-Christophe Notin semble vraiment avoir réussi sa "reconversion" de l'histoire à l'étude des opérations les plus récentes.

Sur la base de très (très) nombreux témoignages, d'une bibliographie actualisée et d'une exploitation extrêmement large de la presse et des sites internet, il nous propose une histoire complète des relations politico-militaires entre la France et la Côte d'Ivoire durant ce que l'on a appelé la "crise ivoirienne", présentation replacée non seulement dans le contexte général des échanges entre les deux pays depuis plusieurs dizaines d'années, mais aussi dans celui plus large des incidences régionales (l'engagement pas tout-à-fait innocent du Nigéria) et diplomatiques, sans oublier les aspects économiques (qu'il s'agisse de la "crise de cacao", de la "guerre du carnet de chèques" ou de l'annulation par la France de 99,5 % de la dette ivoirienne en 2012). Il insiste longuement sur les aspects politiques, revient à plusieurs reprises sur les échanges directs des principaux acteurs avec le président de la République, souligne le rôle des services de renseignements (pas toujours écoutés). Ses entretiens avec les plus hauts responsables militaires (chefs d'état-major, cabinet de la présidence ou du ministre de la Défense) lui permettent de reconstituer des dialogues, de préciser la position des uns et des autres, etc. En proportion, la question tactico-tactique des opérations militaires sur le terrain sont relativement moins traitées (à l'exception notable des hélicoptères, assez présents), mais elles apparaissent bien sûr à l'occasion de plusieurs chapitres, pour les représailles après l'attaque aérienne de Bouaké ou l'assaut final contre le refuge de Gbagbo.

Comme pour ses ouvrages précédents (Afghanistan, Libye), on sent bien que l'auteur n'est défavorable ni à la politique générale de la France, ni à son intervention militaire. Mais voilà le premier livre de synthèse à destination du grand public sur une opération récente, à bien des égards exemplaire, et qui s'efforce de toujours recontextualiser les événements. A lire sans hésitation.

Editions du Rocher, Monaco, 2013, 441 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-268-07548-8.

Licorne
Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:30

L'Italie par elle-même

Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours

Mario Isnenghi (Dir.)

Voilà un ouvrage collectif tout à fait original et tout aussi intéressant. Partant du constat de la relative jeunesse de l'unité italienne d'une part et des épreuves traversées par le pays depuis sa constitution sous une forme contemporaine, les contributeurs rassemblés autour de Mario Isnenghi brossent pour nous un tableau extrêmement vivant et contrasté des complexes mémoires italiennes.

Contrairement à ce qu'une lecture trop rapide du titre peut laisser penser ("mea maxima culpa"), les "lieux" au sens géographique du terme ne constituent pas le point nodal du sujet. Seule la première partie ("Milieux") s'y intéresse, en sept chapitres qui nous entrainent de l'identification des différents "pays" italiens à la place de la commune, aux noms des rues, aux lycées, et jusqu'à la mafia et à son histoire dans le pays. La seconde grande partie traite des grands événements qui marquent l'histoire italienne, de la révolution de 1848 à Milan à la Grande Guerre (mais si Caporetto est bien sûr cité, aucun chapitre n'y est consacré ?), puis à la Seconde, avec l'engagement puis la retraite d'une armée italienne sur le front de l'Est, le basculement d'alliance par Badoglio en septembre 1943 et l'arrivée des alliés (et en particulier des Américains) au cours des mois qui suivent. La troisième partie enfin, "Symboles", décrit l'influence ou le souvenir de deux grandes figures bien différentes (Garibaldi et Mussolini), la présence du "mythe" de l'Amérique (en particulier à travers l'immigration) et la place et le rôle des Papes depuis Pie IX et le repli de la souveraineté temporelle des Pontifes sur l'Etat-cité du Vatican. Cette répartition du livre en trois parties aussi différentes s'explique par son origine : l'édition italienne, en 1996-1997, comprenait trois tomes distincts et nous avons ici une sélection des contributions jugées les plus significatives. Au bilan, l'ensemble est néanmoins extrêmement large, très intéressant et permet de mieux approcher les évolutions et les réactions de nos amis transalpins.

Un livre qui passionnera tous les amateurs d'histoire italienne des deux derniers siècles, d'autant qu'il est heureusement complété par une chronologie détaillée (1796-2013).

Editions de la rue d'Ulm, Paris, 2013, 518 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-7288-0502-0

Mémoire(s) italiennes
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe du Sud
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 06:45

Le Service de Santé des Armées

pendant la Première Guerre mondiale

Alain Larcan et Jean-Jacques Ferrandis

Ce volumineux ouvrage, illustré par plus de 450 documents, bien que paru il y a quelques années, conserve toute son importance. Il constitue dans la bibliographie actuellement disponible la présentation la plus large et la plus complète de l'action du service de santé pendant la Grande Guerre.

Le livre est divisé en trois grandes parties qui permettent de suivre, après un tableau rapide de la situation durant le XIXe siècle et des évolutions d'avant-guerre, puis des premières opérations et du "désastre initial" d'août-septembre 1914 :

- Deuxième partie : "L'organisation du service de santé et son évolution au cours des hostilités", avec les structures de commandement, les différentes catégories de personnel, les formations aux armées et les structures de soin, les innombrables hôpitaux, mais aussi une intéressante analyse du fonctionnement (dans la durée) de la chaîne d'évacuation et une étude des "Opérations envisagées au point de vue de la tactique sanitaire" en fonction des grandes batailles et des différentes phases.

- Troisième partie : "Progrès techniques". Les différents chapitres apportent chacun (ou presque) leur lot de découvertes, de la chirurgie de guerre, de l'examen et du traitement des plaies selon la partie du corps blessée, la question du "triage" (le mot est très laid, mais le procédé indispensable), des questions aussi diverses que l'anesthésie, la transfusion sanguine, les maladies infectieuses, la paludisme, la grippe espagnole, la psychiatrie de guerre, etc. Les auteurs n'oublient pas d'évoquer la question plus large de l'hygiène ou celle plus technique du ravitaillement sanitaire.

En résumé, un livre-bilan extrêmement intéressant, qui apporte une foule de détails, de chiffres, de dates, de précisions, etc. Une belle synthèse (peu critique, certes, mais très dense) qui apporte une indiscutable plus-value à votre bibliothèque sur la Grande Guerre.

LBM, Paris, 2008, 596 pages, 49 euros.

ISBN : 978-2-9153-4763-0.

Les éditions LBM proposent pour les fêtes une offre spéciale

de deux livres Grande Guerre, dont celui-ci, pour 48 euros : ici.

Noble mission
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 06:40

L'oncle Sam et le mandarin

Général Henri Paris

Dans ce volumineux ouvrage, Henri Paris dresse un constat et tente de faie preuve de prospective. Il en ressort le sentiment d'une incompréhension des fondamentaux de la puissance asiatique par les Occidentaux et l'on apprend beaucoup sur les forces armées chinoises.

Divisé en treize chapitres assez brefs, le livre présente les deux pays à tour de rôle et décortique d'abord la réalité de la puissance américaine au plan économique et sous l'angle diplomatique (en particulier à travers les traités régionaux), qu'il analyse à travers trois situations concrètes : la crise syrienne et les alliances avec le Japon d'une part et la Corée du Sud d'autre part. Il termine cette présentation par la description des forces américaines présentent dans la région, nucléaires et conventionnelles, et par un effort d'évaluation des armées des alliés des Etats-Unis. Puis il s'intéresse ensuite à la Chine, dont le brosse, en miroir, le tableau intérieur (menaces de crises permanentes) et extérieur, à l'égard des différents continents, en tenant compte des facteurs industriels et économiques, des matières premières et de l'influence sur cette doctrine de principes chinois anciens hérités de Confucius, mais la Chine a aussi des alliés difficies qu'elle contrôle parfois mal (Corée du Nord, Iran). Concernant l'armée chinoise, il décrit successivement son organisation générale, ses principes stratégiques, son budget et ses principaux équipements, conventionnels, nucléaires et "cyber" (sur ce dernier point, il s'agit plus d'une présentation générale qu'une analyse précise). Il termine son étude par la présentation (un peu longue à notre goût, mais il considère ce point comme essentiel) de la problématique du bouclier anti-missile, pour les deux pays. Considérant en conclusion que "la présence de deux superpuissances sur une même zone, aussi grande soit-elle, comme l'océan Pacifique, les conduit inévitablement au conflit", il estime que la concurrence des deux systèmes "ne peut durer éternellement". Il s'inquiète des investissements dans la recherche sur le bouclier anti-missiles qui "relance la course aux armements", sans oublier de rappeler que, fondamentalement, les deux peuples se méprisent. Il n'en envisage pas pour autant une conflagration directe et se déclare plutôt préoccupé par l'apparition de nouveaux conflits, locaux et limités, en particulier en Afrique par le biais d'Etats en faillite.

Bref, une vaste fresque, un large panorama, mais l'on aurait aimé aussi quelques données chiffrées supplémentaires, des tableaux, des statistiques plus nombreuses. Un livre qui n'en demeure pas moins en français une étude d'ensemble rare et qui mérite d'être connue.

Editions Nuvis, Paris, 429 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-36367-058-8

Duel sino-américain
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie et principes de la guerre
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 06:30

Dictionnaire des corsaires et des pirates

Gilbert Buti et Philippe Hrodej (Dir.)

Voilà une véritable somme qui nous fait voyager, d'une mer et d'un océan à l'autre, dans le temps et dans l'espace, tranquillement installé dans notre fauteuil (un vieux rhum à la main ?), dans le monde merveilleurs et bien réel de "capitaine Crochet" et de "Barbe noire". 

600 entrées, plus de 50 contributeurs, pour un volume qui, de bernard-Anselme d'Abbadie de Saint-Castin, rejeton d'un noble français qui au début du XVIIIe siècle mène à partir de l'Acadie la guerre de course contre la marine britannique, à Zubiaur Pedro, basque au service des rois très catholiques d'Espagne au XVIe siècle, nous entraîne dans le réalité et l'imaginaire, le vécu et les reconstitution, l'histoire et les histoires autour de ces personnages qui ont, depuis si longtemps, enflammé l'imagination populaire. Saviez-vous que Morlaix fut une base corsaire ? Connaissez-vous Jacques Léger, flibustier de Saint-Domingue ? Avez-vous entendu parler des redoutables pirates du Maroc atlantique ou de la terrible famille Zheng en mer de Chine ? Savez-vous enfin que "les Etats-Unis n'ayant pas signé le traité de Paris de 1856 interdisant la pratique de la course, celle-ci demeure légale" et qu'en 2007 "la société privée de protection maritime Pistris Inc. aurait reçu une lettre de marque pour armer sous pavillon américain un navire pour traquer les pirates dans le golfe d'Aden"

De l'Antiquité à nos jours ... Et si la très "moderne" privatisation de la guerre remettait à l'honneur les fils de Surcouf et de Jean Bart ? Sous réserve que les valeurs illustrées soient du même ordre... Mais peut-être que le prochain trésor de l'île de la Tortue sera protégé dans les coffres du Liechtenstein ou de Singapour ? Comme tous les volumes de ce type, ce dictionnaire peut se lire (se savourer) à petites doses, entrées par entrées, thèmes après thèmes. Un volume qui mérite très grandement d'être connu.

CNRS Editions, Paris, 2013, 990 pages, 39 euros.

ISBN : 978-2-271-08060-8.

Boucaniers et flibustiers
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Marine
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 06:25

Le crime organisé

Du Canada à la Terre de Feu

Alain Rodier

Disons le tout net, ce n'est ni du Victor Hugo, ni du Proust, ni du Stendhal (pourquoi cet usage abusif de "Pour information", "Toutefois" et autres "En fait" au début de tant de phrases ?). Par contre, le texte "coup de poing" est digne d'un thriller.

Si chacun connait au moins de nom des différentes mafias américaines, si nous avons tous entendu parler des narcotrafic, ce livre dresse un tableau sans faiblesse de la gangrène qui s'impose dans la quasi-totalité des pays, au point parfois de contraindre les gouvernements à négocier avec les réseaux de truands. Du tranquille Canada, que l'on attendait pas en si mauvaise posture, au Mexique en bord de la guerre civile en permanence et où l'Etat central ne contrôle plus des provinces entières ; du Honduras, le pays le plus criminogène au monde, au Suriname, dont le président ne serait rien d'autre qu'un baron local de la drogue ; de la Colombie, dont on parle moins mais où la situation reste confuse, au Guatemala, au Venezuela, au Pérou, à l'Equateur, au Brésil (bienvenu pour la coupe du monde et les jeux olympiques !), sans oublier bien sûr les Etats-Unis de la mafia traditionnelle, des gangs et des "meutes", voilà une photographie bien inquiétante des trois Amériques. D'autant plus inquiétante que l'on apprend au détour d'un chapitre que, via l'Espagne, des têtes de pont sont dès à présent jetées vers l'Europe...

Un livre vite et facilement lu, qui déborde d'information, de noms , de chiffres, de dates (souvent très récentes, entre 2010 et 2013). Un tableau que l'on ne souhaite surtout pas voir se matérialiser sur notre continent. Mais, finalement, les gouvernants ont-ils encore la force et la capacité d'agir quand l'on constate les montants astronomiques des sommes en jeu ? ...

Editions du Rocher, Monaco, 2013, 286 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-268-07557-0.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Amériques
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile