Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 06:25

La Vienne d'Hitler

Les années d'apprentissage d'un dictateur

Brigitte Hamann

En fait, le livre va bien au-delà de ce que le sous-titre, un peu accrocheur, peut laisser penser. Certes, le jeune Hitler y est présent, du premier au dernier chapitre, mais c'est surtout un tableau très complet de la capitale des Habsbourg et de sa société que nous propose Brigitte Hamann.

Au fur et à mesure des chapitres ("La vienne de la Modernité", "La ville impériale", "Au parlement", "La question sociale", "Peintre dans un foyer pour homme", "Théoriciens de la race et de l'univers", "Les modèles politiques", "Les Tchèques à Vienne", "Les Juifs à Vienne", "Le jeune Hitler et les femmes"), nous suivons Hitler dans son installation très "rustique" à Vienne, avec la misère au quotidien jusqu'à parfois souffrir de la faim, les co-locations et sous-locations dont le coût ne cesse d'augmenter, les amis d'enfance, dont on retrouve la (modeste) trace après l'accession au pouvoir et jusque dans l'après-guerre. Brigitte Hamann nous détaille l'attrait pour les musées, les arts, l'opéra et par là même nous visitons les bâtiments prestigieux et les lieux artistiques de Vienne. L'auteure revient également longuement sur l'idéologie développée par quelques personnalités extrémistes pangermanistes tout-à-fait atypiques, comme l'innénarable Schönerer, "qui abolit le calendrier chrétien" et remplace "les noms de mois romains par de vieux noms germaniques". C'est à Vienne qu'Hitler serait devenu antisémite : dans la grande ville cosmopolite, dont une élite juive assure une partie du rayonnement intellectuel, l'artiste quasi-prolétaire Hitler découvre un monde dont il est exclu. Les derniers chapitres sur les modèles politiques et les Tchèques sont tout-à-fait intéressants, de la description du maire de la ville, le tribun Lueger (qui repousse et fascine à la fois Hitler) à la perception de ce qui selon lui distingue les "Allemands", la langue, la culture ou le sang. En 1913, après un séjour de sept ans dans la capitale autrichienne, Hitler et un nouvel ami, Haüsler, émigrent : ils quittent Vienne pour Munich, qu'ils s'imaginent comme un endroit magnifique et propre à satisfaire leurs goûts et leurs ambitions.

En résumé, un livre très complet, cohérent, riche d'informations, qui permet de mieux comprendre les évolutions ultérieures du futur maître du Reich.

Editions des Syrtes, Paris, 2014, 511 pages. 30,18 euros.

ISBN : 978-2-9405-2307-8.

Vienne, avant 1914
Repost 0
Published by guerres-et-conflits
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 06:20

Difficile !

Trois gagnants uniquement au jeu-concours sur le thème de la bataille navale de Trafalgar. Nos questions étaient sans doute trop "pointues", car la quasi-totalité des réponses reçues n'étaient pas totalement exactes. Nous avons donc fait le choix de limiter cette fois le nombre de gagnants aux trois premiers courriels de réponse.

Très vite, un nouveau jeu, sur une autre bataille et une nouvelle période historique !

Bonne chance ! ... Et soyez attentifs !

Jeu-concours "Trafalgar"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 06:30

Le monde en marche

Renaud Girard

Journaliste et correspondant de guerre, Renaud Girard livre ici son témoignage et son analyse sur les évolutions majeures du monde dans la période la plus récente et sur la façon dont il évalue l'année 2013.

En une cinquantaine de brefs chapitres, rédigés d'une plume alerte, il passe de Libye en Grèce, de la péninsule arabique au Moyen-Orient, de la Tunisie au Mali, de l'Iran en Chine, d'Egypte aux Etats-Unis, d'Europe en Russie. A la fin de chaque partie, une utile page de repères chronologiques et parfois une carte. Le texte vif est truffé d'anecdotes et de cas concrets, qui souvent font réfléchir. On peut trouver l'auteur un peu trop optimiste, mais il présente à plusieurs reprises des situations dont on parle peu dans les grands médias, ou du moins raconte des événements de façon moins systématiquement négative qu'au journal de 20 heures. Il sait aussi s'intéresser à des sujets peu porteurs, comme la situation critique des coptes ou le drame des chrétiens d'Orient. Ses propos peuvent aussi surprendre, ou choquer (parler du "génie de Karzaï" en géopolitique est peut-être un peu rapide...), mais l'on y trouve des formules qui touchent ("En fait, Israël est confronté à un empilement de trois ennemis, qui ne sont pas de même nature. Il y a l'ennemi émoussé : l'idéologie baasiste qui lui fit la guerre en 1948. L'ennemi fabriqué : l'Iran d'Ahmadinejad. L'ennemi irréductible : le fanatisme sunnite. Tout l'enjeu de la prochaine décennie pour les stratèges israéliens sera de bien faire la différence entre ces trois types d'ennemis"). Et quelques constats bien sentis, comme à propos de la Syrie : "Les gentils et les méchants, comme dans un western. Ce manichéisme, issu de l'hollywoodisation du journalisme télévisuel, finit par tout brouiller pour le public"... Et oui ... 

On peut (on doit) considérer qu'il est risqué d'essayer de tirer à chaud les enseignements de tel ou tel événement, et certains commentaires del'auteur n'emporteront pas toujours l'adhésion. Il n'empêche que chacun trouvera dans ce volume une masse d'informations précises qui l'aideront à mieux comprendre son (notre) monde. 

CNRS Editions, Paris, 2014, 376 pages, 19 euros.

ISBN : 978-2-271-07991-6.

Secousses géopolitiques
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 06:25

La Grande Guerre d'Apollinaire

Un poète combattant

Annette Becker

Réédition d'un ouvrage paru en 2009 sous le titre Apollinaire, une biographie de guerre, qui nous présente un autre regard sur la période de la Grande Guerre, qui parle de la guerre sans réellement la préciser, à travers l'oeuvre d'Apollinaire.

On connait la formule : "J'ai tant aimé les Arts que je suis artilleur" ... Ce livre n'est donc pas comme tous les autres, ne serait-ce que parce que les pages comptent de très nombreuses citations et extraits de textes publics ou privés du grand poète, mais aussi s'ornent, de temps en temps, en particulier au début, de reproductions de "calligrammes". Les différents emplois tenus, les rapports entre le front et l'arrière, les sources d'inspiration, la relation amoureuse, les liens avec les autres artistes (en particulier les peintres), les valeurs illustrées, jusqu'à l'épidémie de grippe espagnole : le livre s'intéresse à des facettes très différentes de la vie et de l'oeuvre du personnage. Il est ainsi toujours au carrefour de l'action et des arts, de l'héroïsme des uns et de "l'embuscage" des autres, de l'attente et de la peur mais de l'engagement et des illusions aussi.

Un petit livre que tous les amateurs de littérature et de poésie sont susceptibles d'apprécier. Et qui permet sur la période un regard à la fois décalé et distancié.

'Texto', Tallandier, 2014, 265 pages. 9,50 euros.

ISBN : 979-10-210-0455-9.

Un poète en guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 06:30

La catastrophe allemande

1914-1945

Nicolas Patin

L'ouvrage de Nicolas Patin s'intéresse à l'histoire de l'Allemagne entre 1914 et 1945. Il n'est pas le seul dans ce cas et la notion de "guerre de trente ans" a été popularisée depuis de nombreuses années. Mais son originalité réside d'abord dans le choix de son angle d'approche : il travaille et raisonne à partir du destin des 1.674 parlementaires que le pays compte durant cette période.

Divisé en trois grandes parties scandées par les fractures de la défaite et de la prise du pouvoir national-socialiste, symboliquement marquée par l'incendie du Reichstag ("Dans les orages d'acier", "Weimar, ou la crise permanente", et "Les parlementaires et la victoire national-socialiste"), les quelques 250 pages de texte courant nous proposent une vision quasi-complète de la vie parlementaire et politique allemande, non seulement à travers les actions de quelques grands noms, mais grâce à l'exploitation de centaines de fonds privés, de milliers de pages de comptes rendus et débats, etc. Il décrypte la composition sociale de chaque parti, la réalité et l'évolution de sa représentation, les failles et fractures qui les traversent. Nicolas Patin s'intéresse également, en "fil rouge", à l'empreinte laissée par la guerre dans la vie politique et les parcours des parlementaires, jusqu'aux années de l'immédiat avant-deuxième guerre mondiale, du fait en particulier d'un quasi rapt des idées de camaraderie du front et de sacrifice pour la patrie par le NSDAP. Et au fil des pages des éclairages parfois ahurissants, comme la démonstration de l'utilité d'une élection au parlement pour le parti nazi : le nouveau député dispose désormais d'une carte permanente de circulation gratuite dans tous les transports, ce qui lui permet de conduire sa propagande jusque dans les plus petits villages... Et de prouver sa démonstration avec les correspondances des nouveaux élus eux-mêmes !

Le livre étant tiré d'une thèse de doctorat, on apprécie la qualité des références archivistiques et de la bibliographie. En résumé, une étude originale, à la fois très précise et transverse, qui aide à mieux connaître, et comprendre, l'évolution politique générale de l'Allemagne dans la première moitié du XXe siècle.

Fayard, Paris, 2014, 330 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-213-66817-8.

La guerre de trente ans
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 06:25

Trafalgar, 21 octobre 1805

Le Waterloo maritime

Rémi Monaque

La défaite fut sanglante et son nom reste gravé dans la mémoire populaire. En voici une présentation lumineuse, aussi bien dans le détail des événements que dans la remise en contexte.

Dans ce livre paru pour la première fois en 2005, en douze chapitres solidement référencés mais toujours faciles à lire, Rémi Monaque,lui-même ancien marin, brosse un tableau complet de la marine napoléonienne au début du règne. Une première partie (chap. 1 à 5) s'intéressent aux opérations navales dans les mois et années qui précèdent, présentent les principaux acteurs, les plans de campagne et insistent sur l'importance (très souvent ignorée) des campagnes navales conduites aux Antilles. La seconde (chap. 6 à 12) est consacrée à la bataille elle-même et à sa postérité. L'auteur commence par présenter les matériels (navires et artillerie) et les hommes en présence (Français, Espagnols et Anglais) avec un luxe de détails et quelques tableaux de synthèse bienvenus, puis s'intéresse dans un bref mais dense chapitre aux idées tactiques des amiraux quis ce font face, personnalités fort différentes. Après avoir décrit le déplacement et les manoeuvres des escadres, il revient sur différents témoignages complémentaires et s'attache à déterminer de façon aussi précise que possible le bilan des pertes humaines et le sort des blesés et prisonniers. Dans un dernier chapitre, Rémi Monaque tente de caractériser les conséquences immédiates et ultérieures de cette bataille navale pour les trois belligérants, s'interroge sur les résultats de la guerre de course que la France est désormais contrainte d'adopter, mais aussi sur les conséquences doctrinales (y compris aux Etats-Unis) et psychologiques dans chaque nation.

Soixante pages d'annexes (d'une grande richesse), références d'archives et bibliographie et deux index complètent et terminent ce volume, ponctué de huit cartes. Un excellent volume qui se lit aisément, sur une période où l'on parle plus souvent de campagnes terrestres que de guerre navale. 

Tallandier, Paris, 2914, 393 pages. 24,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0438-2.

Désastre naval
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 06:30

1914-1918

La violence de guerre

Stéphane Audoin-Rouzeau

Un très bel album qui se distingue par la qualité des photos, issues pour l'essentiel des collections du SHD.

Dans la présentation qui est faite du livre, l'éditeur (et l'auteur des textes ?) précise que "c'est par sa violence propre qu'il convient d'aborder les années 1914-1918, violence sans laquelle toute approche du premier conflit mondial constitue une proposition absurde". La plupart des photos reproduites et (brièvement) commentées sont extraites des albums privés d'Henri Pétin, Jean Pochard et Robert Musso, dont Stéphane Audouin-Rouzeau évoque en introduction "la dimension inouïe de certaines scènes". J'ai bien regardé toutes les photos... Et à l'exception de quelques unes, en particulier au chapitre "Mort des hommes" (pp. 103 et suivantes), je n'en ai pas vraiment trouvé qui présente un caractère exceptionnel tel qu'il distinguerait fondamentalement la Grande Guerre des précédentes, ou des suivantes. Dans la plupart des cas, les quelques lignes de commentaires qui accompagnent les photos sont assez convenues et elles extrapolent souvent vers "ce qui pourrait être dit ou pensé" (emploi très fréquent du conditionnel ou de qualificatifs suggérant le doute). Par exemple, les considérations sur le poste de secours "rudimentaire et en désordre" (pp. 98-99) dans l'immédiat arrière-front semblent ignorer les conditions matérielles d'organisation de ces premiers points de recueil des blessés. Les photos, par contre, sont à bien des égards tout à fait exceptionnelles et, à ce titre, l'album mérite pleinement toute votre attention. Organisé par thématiques ("Combattre", "Armes", "Prisonniers", Tranchées", "Arrière-fronts", "Blessés", etc.), il offre un très large panorama de ce qu'a pu être le quotidien d'un poilu ou d'un officier de contact de la Grande Guerre. Elles "sonnent vrai" et l'on ne peut qu'apprécier leur réalisme, dans de très nombreux cas dénué de toute mise en scène.

Un volume qui trouve toute sa justification (pleine et réelle) dans l'image.

Editions Gallimard, Paris, 2014, 154 pages. 29,50 euros.

ISBN : 978-2-07-014257-6.

La violence ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 06:25

L'histoire de

l'aviation légère de l'armée de terre

1794-2014

Général André Martini

Nouvelle édition d'un ouvrage paru pour la première fois en 2005, sous la signature d'un officier général ayant servi pendant une trentaine d'années dans l'ALAT.

Comme le précise le général chef d'état-major de l'armée de terre dans sa préface, "l'aérocombat s'impose incontestablement comme un facteur décisif permettant d'emporter la décision, au ras du sol et au coeur des opérations". Il était donc utile que ce livre, issu d'une thèse de doctorat, soit complété et réédité, et le professeur Jauffret précise judicieusement dans un avant-propos de l'édition de 2005, ici conservé, que le propos de l'auteur sait être nuancé tout en ignorant la langue de bois. Des premiers aérostiers de Fleurus à la Première Guerre mondiale, des "voilures tournantes" de l'entre-deux-guerres et des autogires aux guerres de décolonisation  (l'ALOA en Indochine et l'ALAT en Algérie), des réorganisations de la guerre froide (en particulier les études des années 1970 et le tournant des années 1980) à la création de la Division AéroMobile, du révélateur de la guerre du Golfe jusqu'aux règlements d'emploi des années 2000, aux dernières OPEX et à l'épineuse question de "l'interarmisation", le lecteur bénéficie d'une véritable et complète histoire de l'aviation légère de l'armée de terre, dans son organisation, ses moyens et ses missions. On apprécie tout particulièrement le nombre et la diversité des annexes, ainsi que la richesse des sources, bibliographie et archives, listées sur une dizaine de pages.

Parfaitement complémentaire de récentes publications relatives à l'ALAT que nous avons chroniqué, mais davantage liées à l'actualité récente, ce livre (presque) complet est dès à présent une véritable référence pour quiconque s'intéresse à la question.

Lavauzelle, Panazol, 213, 447 pages

ISBN : 978-2-7025-1602-7.

ALAT
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes unités services
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 06:30

L'empire napoléonien

Une expérience européenne ?

François Antoine, Jean-Pierre Jessenne, Annie Jourdan et Hervé Leuwers (Dir.)

Au-delà des conquêtes, le Premier empire fut-il une première expérience de création d'un "espace européen" au sens moderne du terme ? Une trentaine d'intervenants venus d'Europe et des Etats-Unis tentent de répondre à cette questiion, avec le risque inhérent à ce type d'exercice : "Dans la perspective d'une histoire qui ne soit pas seulement celle du régime et encore moins celle de l'empereur, mais bien celle des Européens". Or, comment consolider une histoire "hors sol" ? Si nous sommes persuadés que l'Empire fut bien une histoire européenne, il n'empêche que tous les Européens n'étaient pas également moteurs de l'histoire. Des histoires nationales connectées, oui, c'est non seulement utile mais indispensable, mais à la poignée d'éventail il y a bien un pays, un régime, un homme qui imposent leur vision et leur tempo. Alors, Napoléon, une histoire européenne ?

L'ouvrage est divisé en cinq grandes parties qui abordent un très large panel de thématiques et d'approches. Toutes les contributions ne susciteront pas l'adhésion immédiate des lecteurs, mais toutes proposent un autre regard et finalement (le mot revient à plusieurs reprises dans différents textes) un constat "paradoxal". Dans la grande diversité (et la grande richesse) des communications proposées, on apprécie en particulier les articles de Marie-Pierre Rey ("Alexandre Ier versus Napoléon : un autre projet pour un autre modèle européen"), de Natalie Petiteau ("Mémoires d'un empire européen de Napoélon"), d'Annie Jourdan ("La réunion de la Hollande à la France : histoire d'un processus, 1810-1811"), de John Dunne et de Malcom Crook ("Les premières élections européennes ? Organiser les élections dans les départements réunis à l'empire napoléonien : Quand ? Où ? Pourquoi ?" et "La pratique électorale dans les départements réunis sous le Premier Empire"), de Matthieu de Oliveira ("Quelle(s) monnaie(s) pour l'Empire ?"), de Laurent Brassart ("Une politique agricole pour l'Europe ?"), de Michel Broers ("Un Empire des lois ? Les peuples de l'empire et l'ordre juridique napoléonien"), de Pedro Rujula ("Conquête et administration. Suchet et le projet impérial dans la péninsule ibéique, 1809-1814"), de Jacques Hantraye ("La diffusion de l'état civil dans l'Europe napoléonienne"), de Cédric Istasse ("Appartenance à la Grande Armée et identité nationale : étude des cadres géographiques de référence des soldats belges à travers leurs correspondances"), ou de Nicolas Todorov ("La langage comme indicateur du brassage culturel à l'époque du Premier empire : l'exemple de l'Allemagne").

En réunissant jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, les directeurs de l'ouvrage ont permis d'ouvrir plus largement le champ de questionnements et ont choisi de favoriser le foisonnement des recherches, dont il est impossible de rendre compte en quelques lignes. Même s'il ne fallait conserver que cet atout, ce volume mérite pleinement de figurer dans toute bonne bibliothèque napoléonienne.

Armand Colin, Paris, 2014, 492 pages, 33 euros.

ISBN : 978-2-200-28777-1.

Napoléon et l'Europe
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 06:25

Lawrence d'Arabie

Thomas Edward, cet inconnu

François Sarindar

Une nouvelle biographie de Lawrence ? Oui, mais pas seulement, car l'auteur sait ouvrir des pistes de réflexion originales.

Le livre nous entraîne donc logiquement de la naissance et de l'environnement familial de Lawrence et son accident et à son décès. On apprécie tout particulièrement la densité du texte et l'abondance des références et des citations, ainsi que l'ouverture d'esprit de l'auteur qui n'hésite pas à poser toutes les questions, y compris les plus génantes pour la légende dorée du héros. Sa brève carrière d'archéologue est bien décrite et ses travaux sur les châteaux-forts francs exposés, avec les interrogations qui subsistent. De longs chapitres sont bien sûr consacrés à la place et au rôle de Lawrence dans le cadre de la révolte arabe pendant la Grande Guerre, à ses rapports avec Fayçal et à sa conception d'un Etat hachémite. Face à un personnage aussi complexe (torturé ?) et polémique, on peut ne pas être d'accord avec toutes les affirmations de l'auteur, en particulier sur les relations entre Lawrence et les officiers français de la mission du Hedjaz ou sur la prise d'Akaba (voir les archives de Vincennes qui, semble-t-il, ne sont pas évoquées), mais ces débats entre historiens n'enlèvent rien au sérieux du livre qui se distingue, il faut insister, par le nombre et la qualité des références. Les rapports immédiatement après la guerre entre Lawrence et le journaliste américain Lowell Thomas auraient sans doute pu être davantage creusés, car ils tiennent probablement une place importante dans la "mise en scène" pour le grand public du roi secret de l'Arabie de son vivant et expliquent sans doute en grande partie sa notoriété ultérieure. Enfin, sept chapitres abordent l'après-guerre, du rôle de Lawrence auprès de Fayçal, sa déception ultérieure, ses errances professionnelles, ses écrits aussi somptueux (Les sept piliers de la sagesse) ou plus torturés, les circonstances de son départ de l'armée et de sa mort, sans oublier les hommages posthumes.

La longue bibliographie finale (parfois commentée, merci pour les quelques lignes à propos de l'un de mes anciens articles) sera extrêmement utile à tous. Une prochaine étape pourrait-elle être une étude comparée du rôle des soldats français et britanniques dans cet "Orient mystérieux" à l'époque de la Grande Guerre ?

Editions L'Harmattan, Paris, 2010, 331 pages. 31,50 euros.

ISBN : 978-2-296-11677-1.

Le "roi secret" d'Arabie
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile