Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 06:25

Gettysburg

1er - 3 juillet 1863

Farid Ameur

Excellent connaisseur des Etats-Unis et de la guerre de Sécession à laquelle il a déjà consacré plusieurs ouvrages, Farid Ameur nous offre aujourd'hui une belle synthèse sur cette bataille emblématique.

Le premier chapitre rappelle le contexte dans lequel, deux ans après le début de la guerre civile et peu après sa victoire de Chancellorsville, le général Lee est conduit à reprendre l'initiative pour rechercher une victoire stratégique contre les troupes de l'Union. On sait peu en France qu'au cours de cette première guerre moderne "environ 3 millions d'Américains revêtiront l'uniforme, dont les deux tiers du côté nordiste" et que pour les soldats, déjà, la pelle est une arme aussi utile que le fusil. Pour protéger définitivement la capitale du Sud et la Virginie, la campagne  est lancée le 30 mai et les Confédérés progressent pendant près d'un mois jusqu'à entrer en Pennsylvanie. Mais les combats sont restés indécis et les Nordistes n'ont pas été écrasés. Le 15 juin, le président Lincoln décrète l'état d'urgence, appelle à la mobilisation générale et modifie le commandement. Farid Ameur présente les différents chefs militaires sur le terrain, leurs conceptions de manoeuvre, leurs ordre (reçus ou donnés), les réussités ou les échecs des différentes grandes unités. La grande bataille commence le 1er juillet au lever du jour, l'armée confédérée attaquant par le nord et l'ouest tandis que les Nordistes commencent par se replier vers le sud. Mais déjà les pertes sont lourdes pour les Confédérés qui, en dépit de leur courage, sont surclassés par le moderne armement de leur adversaire ("On aurait dit une vague grise dans une mer dorée"). Les mouvements des divisions, brigades et régiments sont décrits avec précision, qu'il s'agisse des combats eux-mêmes ou des mouvements des renforts. Le lendemain 2 juillet, les combats s'intensifient au nord-est et à l'ouest de la vile. Les Confédérés gagnent encore un peu de terrain, mais la résistance nordiste devient plus rude. L'auteur souligne une nouvelle fois les approximations des ordres de Lee et le manque de coordination entre les généraux sudistes voisins. Sur l'aile gauche de l'Union, les positions sont perdues et reprises à cinq reprises. Au soir, l'armée fédérale, mieux tenue en main par ses chefs est parvenue non seulement à consolider ses positions, mais même à reprendre l'initiative. Les combats vont se poursuivre jusqu'au milieu de la nuit, et le commandant en chef nordiste affirme au général Gibbon lors d'un conseil de guerre nocturne : "Si Lee attaque demain, ce sera sur votre front, au centre. Tenez-vous prêt !". Les opérations reprennent effectivement dès 4h00 du matin, à l'initiative cette fois des soldats de l'Union. Les Confédérés ne parviennent pas à rompre la ligne de Cemetery Ridge, puisamment défendue, au sud de la ville (les artilleurs sudistes tirent pourtant 20.000 obus sur leurs ennemis). C'est l'heure de la célèbre charge du général Pickett avec sa division de Virginie : "la masse grise s'avance dans un ordre magnifique", mais se heurte à la résistance farouche des Nordistes et à la précision de leurs pièces d'artillerie et va perdre sans résultat les deux tiers de ses hommes. L'Union ne sait pas profiter de l'état de quasi-effondrement de l'armée sudiste, "saignée à blanc", dont les survivants parviennent à se replier. A la mi-juillet, les positions se rétablissent sur le Potomac, mais c'est déjà "le début de la fin" pour la Confédération.

Agrémentée de 5 cartes qui permettent en particulier de suivre le déroulement de la bataille jour par jour, et complétée par une dizaine de pages de références bibliographiques, l'ouvrage constitue une véritable 'première' à l'attention du grand public en français : "C'est un mythe fondateur de la nation américaine. Aucune bataille s'étant déroulée sur son sol n'a donné lieu à une telle foison de légendes et d'images d'Epinal".

Tallandier, Paris, 2014, 220 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0433-7.

Le tournant d'une guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Amériques
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 06:20

Commémorer

Inflexions - n° 25

Le dernier numéro de la revue de sciences humaines Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire est consacré à un thème tout-à-fait important, d'autant plus important que la période de "commémorativite" aiguë dans laquelle nous sommes pose nécessairement question.

Selon l'usage, le sujet est abordé sous de nombreux angles, de la littérature aux cérémonies traditionnelles, de la place du vétéran aux usages internes à l'institution, des musées au législatif, au culturel et au politique. Parmi la quinzaine d'articles qui constituent ce numéro, nous avons particulièrement apprécié en 'varia' le texte de Xavier Bagot : "Mais où est donc passé le colonel Moutarde".

Nous ne résistons pas au plaisir de vous dévoiler le début de l'introduction : "Quelle surprise de découvrir que, dans la version 2008 (du Cluedo), Hasbro avait 'modernisé' le jeu : exit la bibliothèque, devenue la salle de Home cinéma ; le jaccuzzi a remplacé le jardin d'hier ... Mais c'est des personnages que je veux ici vous entretenir : si le professeur Violet ou mademoiselle Rose ont survecu, le 'colonel' Moutarde, en revanche, a été dégradé au rang de 'monsieur' ; il n'est plus militaire à la retraite mais ... animateur sportif ! Sans conservatisme désuet, cette adaptation m'a interpellé : ne souligne-t-elle pas un certain 'déclassement' du militaire dans la société contemporaine ? ... Le présent article se propose de revenir sur cette question de la place de la 'parole' militaire dans le débat national". Et il ne s'agit pas des sujets militaires au sens large, mais de la prise de parole par les militaires eux-mêmes, avec ce rappel de la formule du maréchal Juin : "Privé du droit d'écrire, les militaires avaient perdu l'habitude de penser". Article très vivement recommandé.

Le sommaire détaillé : ici.

 

 

Très bon sujet !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Défense"
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 06:30

Deux passions françaises

Pierre Mendès France et Charles de Gaulle

Robert Frank et Eric Roussel (Dir.)

Les directeurs de l'ouvrage ont rassemblé près d'une vingtaine de contributeurs, parmi lesquels une pléïade de noms connus (Serge Bernstein, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Georges-Henri Soutou, etc.), pour cette analyse des perceptions réciproques entre Pierre Mendès France et Charles de Gaulle, des rapports parfois compliqués entre eux et d'une analyse comparée de leurs conceptions politiques.

Contrairement aux apparences, malgré leurs différences, les deux hommes s'apprécient ("Ce qui les ressemblait était aussi important que ce qui les séparait"). Les textes proposés nous entrainent de leur première rencontre à Londres en février 1942 à leurs conceptions de l'Etat (l'Etat, la loi, les partis, etc.), leurs apports respectifs dans la modernisation de la France (économie, éducation, questions sociales et culturelles) et leur rôle dans le rayonnement international du pays (de la décolonisation aux relations transatlantiques). Un autre point rapproche Mendès France et de Gaulle : "Hommes d'exception, ils ont eu en commun de n'être tolérés qu'en périodes d'exception. En commun de ne pas savoir s'entendre avec les partis politiques, tant ils étaient au dessus ou au-delà. Mendès France aurait-il jamais accédé au pouvoir sans Dien Bien Phu ? De Gaulle y serait-il revenu sans le drame algérien ?".

On l'a compris également, pas d'analyse "révolutionnaire" ici, pas de proposition iconoclaste. On est entre gens de bonne compagnie, dans le consensuel. Alors, au bilan, une excellente étude académique en hommage à deux icônes des années 1950-1960, qui apporte de ce point de vue de très nombreuses précisions et informations, et que l'on croisera avec d'autres réflexions plus critiques : il est parfois bon de déboulonner les idoles.

CNRS Editions, Paris, 2014, 366 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-271-07995-4.

 

Confrontation en tête-à-tête
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 06:25

Les poilus du Sud-Ouest

Le 18e Corps dans la Grande Guerre

Vincent Bernard

Vincent Bernard, animateur du site Le Cliophage, se frotte ici à un essai d'histoire régionale. Un ouvrage grand public mais fort bien documenté.

Procédant selon le principe du sablier, l'auteur consacre son chapitre 1 à présenter "La France et son armée" à la veille de la guerre, puis centre son propos sur sa région, dont il détaille les unités, du corps d'armée aux bataillons. Il traite ensuite de la mobilisation à proprement parler, du départ pour le front du Nord-Est et des premiers engagements : "Les premiers Sud-Ouest véritablement 'tués à l'ennemi' sont sans doute ceux du 15e dragons de Libourne" (un jeune lieutenant). Ce sont ensuite les combats de Charleroi, de Guise, puis la Marne et l'Aisne et une première longue halte au Chemin des Dames. La suite de la guerre est (en proportion de la pagination) plus rapidement traitée, avec deux chapitres consacrés aux tranchées (chap. 5) et à l'amère victoire (chap. 6). Au fur et à mesure, la localisation des régiments est précisée, les pertes évaluées, les participations aux "mutineries" de 1917, les conditions de vie des poilus précisées à partir de leurs témoignages. 

Ponctuellement, un tableau rappelle tel point d'organisation, les implantations ou les taux des pertes. On apprécie les quelques cartes, le cahier photos central, les nombreuses références (dont 17 témoignages de poilus du Sud-Ouest en bibliographie finale), et une annexe qui récapitule les inscriptions aux drapeaux et récompenses collectives des régiments de la région. Une bonne étude qui prend soin de replacer régulièrement le cas particulier d'une région dans le contexte plus large de la situation nationale.

Editions Sud-Ouest, Bordeaux, 2014, 183 pages. 17,90 euros.

ISBN : 978-2-8177-0328-2.

Histoire régionale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 06:15

Jeu-concours

Gettysburg

Très nombreux messages, presque tous les participants ayant les bonnes réponses. Il a donc été nécessaire de recourir à l'heure de réception des courriels. Nos gagnants sont (dans l'ordre d'arrivée, comme au quinté !) : Michaël Bourlet, Emmanuel Thiry, Louis Verdon, Frédéric Gamba et Vincent Bernard. Ils recevront directement leurs livres dans les prochains jours.

Et devant le succès rencontré, nous allons très vite renouveler l'opération ! Soyez attentifs : la mise en ligne peut intervenir n'importe quel jour, nos articles sont toujours publiés entre 06h00 et 07h00 du matin. Que les plus rapides gagnent !

Les gagnants sont ...Les gagnants sont ...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 06:30

Petit éloge de l'héroïsme

Ariane Charton

Dans ce petit volume inédit (et à petit prix), Ariane Charton revient avec finesse et pudeur sur cette notion presque anachronique dans notre monde, l’héroïsme : « Si en ce début de second millénaire le héros a souvent perdu de sa splendeur, s’est dilué dans le banal et le fictif, le terme d’héroïsme, lui, renvoie moins au romanesque qu’à l’histoire et, précisément, à la guerre ».

Après avoir expliqué comment, à titre personnel et familial, elle en est venue à s’intéresser à cette question, en particulier dans le contexte de la Grande Guerre, elle aborde dans une première partie les considérations morales et le thème du pacifisme. Son propos est large : « Refuser de tuer en cas de guerre, c’est se sacrifier inutilement ou faire preuve d’un pacifisme dont beaucoup diront qu’il cache une simple lâcheté. C’est parfois le cas, … [mais] proclamer haut et fort son antimilitarisme, c’est s’exposer avec courage ». Elle s’intéresse ici, bien sûr, au cas bien connu de Romain Rolland, mais aussi à celui de Barbusse et de Giono. C’est ensuite la question de la femme (« Sont-elles plus morales que les hommes ? ») et d’éventuelles particularités du courage féminin, « d’ordre plus intime et généralement sans armes, courage de la persévérance, fidélité, sens du sacrifice ». Au fil des pages, Duhamel, Cendrars, Péguy, Bernanos, Céline…  En contre-point des actions d’éclats, l’attente et l’ennui, « l’inaction et l’incertitude » : « Apollinaire explique qu’il grossit, faute de faire de l’exercice, et souligne que le plus difficile est finalement de supporter de ne rien faire ». Dualité et contrastes de la guerre. Dans la seconde partie, elle s’attache à trois personnages, « trois morts au champ d’honneur », Péguy, Jean de La Ville de Mirmont et Alain-Fournier, dont elle définit le courage comme ayant une origine « d’ordre moral ou existentiel ». Puis elle prend les exemples de Blaise Cendrars et de Guillaume Apollinaire, « deux étrangers combattant pour la France », un « héroïsme lyrique » (« J’ai tant aimé les Arts que je suis artilleur »).

Finalement, « le véritable héros est celui qui cherche à se dépasser tout en prenant conscience qu’il n’est qu’un homme fragile, mortel, sans doute voué à l’oubli ». Un texte à la fois profond et vif qui se lit aisément.

Folio, Paris, 129 pages, 2 euros.

ISBN : 978-2-07-045638-3.

Hommage
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 06:25

14-18

Quatre ans cachés dans le grenier

Dominique Zachary

Comme le précise Jean-Yves Le Naour dans son introduction, on connait des cas relativement nombreux au début de la Grande Guerre de soldats français dépassés par l'avance allemande, isolés de leurs unités et qui soit ont été pris après quelques semaines, soit ont pu passer aux Pays-Bas.

Mais l'exemple qui nous est compté ici est tout-à-fait extraordinaire puisque Alfred Richy et Camille Muller, de la 13e compagnie du 164e RI, parviennent à rejoindre la ferme de la famille Richy à Baslieux, après la chute de Longwy. Ils ne pensaient dans un premier temps qu'effectuer une halte de quelques jours sur place avant de rejoindre leur grande unité repliée vers Verdun. Mais, finalement, bloqués par la présence de nombreux Allemands dans le petit village, ils vont passer les 51 mois de guerre à venir dans un grenier , dont ils ne pourront sortir que brièvement et en de très rares occasions : derrière "un énorme tas de fagots de bois", ils "bénéficient d'un petit espace de quelques mètres carrés". Une partie non négligeable du volume reste consacrée à des explications plus larges (évolutions de la situation militaire, représailles allemandes contre les populations civiles et rigueurs de l'occupation, vie quotidienne, etc.), car les sources sont naturellement peu nombreuses : un petit carnet tenu par Alfred Richy (dont on ne sait pas exactement ce qu'il représente) et des souvenirs de famille racontés par les descendants (qui se traduisent par quelques anecdotes). Les deux jeunes hommes seront libérés avec leur village, le 18 novembre 1918, par un détachement de la 3e Armée US. Ils rejoignent alors Verdun, puis Paris, pour régulariser leur situation militaire et seront finalement démobilisés au début du mois d'août 1919. L'auteur est journaliste et non historien : le propos est parfois approximatif ou excessif (les lois Dalbiez -et non Dolbiez- et Mourier "intensifient le dépistage des embusqués"), et les digressions peuvent être un peu longues ou répétitives, mais il faut bien en passer par l'environnement pour reconstituer la vie des deux soldats, puisque la base documentaire directement liée à leur situation est bien mince.

Mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un petit livre attachant car ce grenier-refuge fut une véritable prison et la situation des deux anciens poilus fut parfois paradoxale durant l'entre-deux-guerres. Le récit d'une expérience tout-à-fait exceptionnelle par sa durée.

Editions Jacob-Duverney, Paris, 2013, 213 pages, 18 euros.
ISBN : 978-2-84724-506-6.

Incroyable aventure
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 06:20

Comme beaucoup de centres départementaux d'archives, celui du Territoire de Belfort s'efforce de faire connaitre la richesse des fonds conservés. Deux publications récentes, réalisées parallèlement à des expositions, retiennent l'attention.

Un territoire de défense

Dix siècles de présence militaire dans le département

Depuis Vauban, puis le général Haxo, la présence militaire est extrêmement visible dans cette région frontière et, fort logiquement, les archives conservent de très nombreux documents liés à la présence des troupes. A travers les XIXe et XXe siècles essentiellement, une très riche iconographie originale permet de retrouver ce que représentait l'armée dans les différents domaines, de l'infrastructure à la santé, des conséquences économiques de sa présence à sa participation à la vie culturelle, sans oublier les portraits de quelques "Officiers remarquables" en fin de volume

Un Belfortain sur le front d'Orient

Pierre Jaminet, carnets et photographies

Un petit livre à bien des égards exceptionnel, puisqu'il nous offre le plaisir de la découverte d'un fonds photographique d'autant plus intéressant qu'il est en grande partie centré sur le front d'Orient. Les photos (commentées) nous entrainent ainsi du front d'Alsace aux premiers jours de la Grande Guerre (Thann, Burnhaupt-le-Haut, Masevaux) à celui de Salonique (Negotin, Samli, Florina, Cerovo, Monastir, etc.), avant de revenir en Alsace. Un beau témoignage qui méritait d'être porté à la connaissance du public.

 

Ces brochures, liées à des expositions régulièrement organisées par les archives départementales, sont disponibles sur simple demande : ici.

Valorisation des archives
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 06:35

Tous les jours,

suivez l'actualité de la recherche et de l'édition en histoire

grâce au bouquet de la Chouette :

Guerres-et-Conflits

votre site de référence, consacré aux présentations et recensions de revues et de livres. Entre 1 et 3 chroniques de nouveautés chaque jour.

Guerres-et-Conflits Facebook (ici)

entre 10 et 15 brèves quotidiennes

pour se tenir au courant de l'actualité, exposition, vidéo, articles, livres,

en abordant toutes les périodes historiques

(avec néanmoins une priorité aux XIXe et XXe siècles)

jusqu'aux opérations les plus récentes.

Maréchal Joffre Facebook (ici)

pour accompagner la sortie de la biographie du

premier commandant en chef de la Grande Guerre,

démultiplier les informations et proposer un lieu d'échanges et de discussion.

 

Relayez, partagez, "likez" !

Le "bouquet" de la ChouetteLe "bouquet" de la ChouetteLe "bouquet" de la Chouette
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 06:30

Chambres de reportages

Marc Charuel

préface de Tim Page

Les livres de photos de guerre ne manquent pas. L’attirance pour l’esthétique bien particulière de ces images de conflit, de ces reconstructions du réel en état de chaos contribue à encourager la fabrication de ces ouvrages. Parmi ces publications, le livre de Marc Charuel détonne par son parti pris : face à chaque photo prise sur des terrains de conflits actuels ou passés, aux côtés de combattants engagés ou à l’entraînement, aux côtés aussi des civils vivant en zone de guerre ou de criminalité, est placée la photo du lieu où le photographe a dormi lors de son séjour. C’est parfois une chambre luxueuse comme celle dans laquelle il loge à Hô Chi Minh Ville en 2006. C’est souvent beaucoup plus rudimentaire ; en témoigne cette tente, avec un fusil pendant au-dessus de sa couche, dans laquelle il dormit, en 1974, à Santa-Maria au Sud-Vietnam, alors qu’Hô Chi Minh Ville s’appelait encore Saigon. Ce regard sur le lieu de sommeil, de repli, de confort bien réel ou ténu, de repos entre deux périodes de tension, a un immense mérite : il rappelle au lecteur à quel point toute photo est affaire de point de vue. Chaque photo de chambre indique une part du point de vue de Marc Charuel. La photo de guerre n’est pas la même selon que l’on couche dans la jungle avec les combattants d’une guérilla, dans les cantonnements d’une armée occidentale partie prenante d’un conflit, dans un hôtel confortable, alors qu’au dehors les enfants mendient et que les femmes se prostituent, ou, finalement, sur un lit d’hôpital où l’on échoue à cause du paludisme.

La démarche n’est pas nombriliste : Marc Charuel est invisible sur ces photos, à quelques rares exceptions près : il faut parfois voir son corps allongé au sol pour comprendre que la vague toile qui le sépare de la terre humide était, justement, son lit, sa « chambre de reportage » ; c’est le cas à Mae La en 1985 alors qu’il suit la guérilla karen. Le plus souvent, la photo de la chambre, en petit format sur la page de gauche, est « raccord » avec celle de la zone de conflit qui suit. A terrain « chaud », chambre rudimentaire. Parfois en revanche, le contraste est frappant, comme à BintJbail, au Liban, en 2006 : dans la chambre aux rideaux épais et fermés, une lampe de chevet éclaire un lit parfaitement fait ; c’est confortable, chaleureux. Sur la page de droite, ce n’est que ruine et amas de pierre ; aucun signe de vie. Ne demeure que l‘immense portrait de l’ayatollah Hassan Nasrallah resté suspendu à un mur. La photo de gauche est en couleur, celle de droite en noir et blanc. Le contraste en est d’autant plus saisissant. En quelques images beaucoup est dit de la position des photographes en zones de conflit ou de criminalité, de ces témoins du chaos que ne font que passer pour en conserver une trace.

A l’appui des photos, des textes, courts, de Marc Charuel lui-même, permettent de situer le contexte de son voyage. Comme bien des gens de ce métier, comme bien des reporters de guerre, il raconte en introduction quels sont les visages qui demeurent dans son esprit de son premier voyage à Belfast en 1972 à ses derniers reportages en Afghanistan (2008) ou au Mali (2013). Marc Charuel précise dans son introduction : « Lorsque je me décidai enfin à trier ces photos, il m’apparut qu’aucune d’elles n’avait jamais changé le monde, bien sûr, contrairement à ce qu’on espère en embrassant ce métier ». S’il les a sorties de leur boîte, c’est que Tim Page, un très grand photographe, en particulier de la guerre du Vietnam, le lui a suggéré et lui a glissé l’idée de ces diptyques répétitifs composés des photos de chambre et des photos de guerre. L’idée était bonne. Et le livre est très réussi.

Bénédicte Chéron

Editions Valmonde, Paris, 2014, 203 pages, 32 euros.

ISBN : 978-2-86401-133-0.

Splendide album photos
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile