Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 00:01
Quelques conseils...

A propos des livres d'histoire...

Quelques conseils de lecture

Depuis bientôt 10 ans et après plus de 5000 billets mis en ligne pour présenter l'actualité de l'édition et de la presse en histoire, et en particulier en histoire militaire, nous recevons régulièrement des courriels demandant que penser de tel ou tel titre, ou quel(s) ouvrage(s) privilégier sur telle ou telle période. De façon générale, voici quelques conseils qui peuvent s'appliquer à tous les sujets et qui permettent de ne pas (trop) se tromper :

1. Faire la distinction entre lecture "plaisir", pour se détendre et passer agréablement le temps, et lecture "d'apprentissage", lorsque l'on souhaite pour une raison ou une autre creuser spécialement un sujet. Pour la première, aucun problème : tout ce qui peut favoriser le développement d'un goût du public pour l'histoire est bon, de la BD au roman. Pour la seconde par contre, des précautions s'imposent.

2. Pour aborder sur le fond un sujet particulier, commencer par un ouvrage général, un classique référencé, parfois un peu ancien mais dont la qualité des sources et de la synthèse est unanimement reconnue. Ne lire qu'ensuite les récits sectoriels qui viennent le compléter et en dernier lieu les témoignages des acteurs, toujours plus ou moins enclins à l'autojustification.

3. Sur les sujets qui suscitent des débats publics parfois passionnés, des guerres de Vendée à celle d'Algérie par exemple, ne lisez pas simplement les ouvrages qui confortent votre point de vue, au contraire ! Lisez des livres représentatifs de toutes les opinions, en particulier opposées, d'abord parce que rien n'est tout blanc ou tout noir et que l'histoire s'écrit souvent en gris, d'autre part parce qu'il est toujours préférable de bien connaître le raisonnement et les arguments de "l'adversaire".

4. Emettez systématiquement les plus extrêmes réserves pour les volumes qui présentent des dialogues "reconstitués" alors qu'il n'existe aucun procès-verbal ou enregistrement de la réunion ; les livres qui abusent de qualificatifs excessifs ("extraordinaire", "héroïque" à chaque ligne, etc.), d'une ponctuation "dynamique" (points d'exclamation multiples par exemple) ou d'affirmations péremptoires à chaque fin de paragraphe ; les ouvrages enfin qui ne précisent ni leurs références, ni les archives consultées, ni la bibliographie conseillée (et si possible plus qu'une demi-douzaine de titres…) et ceux des auteurs qui ne croisent pas leurs références (critique des sources).

5. Soyez réservés sur les ouvrages qui omettent de préciser soigneusement le contexte d'un évènement. Il n'y a pas d'histoire "hors sol", inopinément surgie du néant. Il y a toujours une évolution dans le temps (plus ou moins) long, des contraintes diverses, des moyens variables, des personnalités plus ou moins adaptés, etc. Sans être exclusif, tout cet environnement doit être pris en compte.

6. Accorder plutôt votre confiance aux auteurs qui n'hésitent pas à reconnaître que l'historiographie et l'état de la recherche sur un sujet n'autorisent pas à donner une réponse tranchée mais simplement à émettre des hypothèses.

7. Ne vous laissez pas abuser par un vocabulaire inutilement compliqué, "pour faire intellectuel" (ce qui se conçoit bien s'énonce simplement). L'histoire doit élever l'esprit, mais ne doit pas ennuyer. Elle doit au contraire aiguiser les neurones, permettre d'envisager toutes les pistes, développer notre sens de l'analyse et notre goût pour la recherche (découvrir l'inconnu, place de l'imagination constructive).

En résumé, les lectures les plus complètes et les plus précises sur un sujet donné doivent être à la fois sources de connaissances nouvelles étayées et de plaisir.

Bonnes lectures ! 

Quelques conseils...

Partager cet article

Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 00:01

Retrouver la Minerve

Hervé Fauve et Léonard Lièvre

Disparu il y a plus de 50 ans sans laisser de trace, le sous-marin Minerve a refait la Une de l'actualité il y a quelques mois lorsque son épave a été retrouvée à 45 km au sud-ouest de Toulon.

Ecrit par le fils aîné du commandant du bâtiment, qui a joué un rôle important pour que l'on oublie pas les disparus, le livre raconte en près de 50 brefs chapitres de quelques pages l'histoire du sous-marin, ce que l'on a dit, ce que l'on sait, ce que l'on peut légitimement supposer sur sa disparition, dont il détaille tous les éléments connus. Il raconte l'angoisse pendant les recherches, la peine des familles du commandant et des 52 sous-mariniers, la cérémonie d'hommage national, les difficultés induites en termes de recrutement de sous-mariniers, l'enquête officielle et les difficultés à obtenir des informations claires de l'administration militaire. Puis vient le temps du cinquantenaire de l'évènement et de la médiatisation, de l'ouverture des archives et de la décision en 2018 de reprendre officiellement les recherches. Vient enfin le temps des hypothèses, dont celle d'un abordage par un navire se trouvant dans la zone, et celui de l'hommage ultime : "Pour la première fois dans l'histoire de la marine française, une plaque commémorative vient d'être déposée sur un navire englouti". Et la fin d'un long parcours, d'un long combat de près de quarante ans, pour celui qui était le fils du commandant du navire.

Un beau témoignage et un bel hommage, humain, mais aussi une enquête rigoureuse. Un livre qui mérite d'être connu.

Editions Konfident, Paris, 2020, 296 pages. 19,50 euros.

ISBN : 978-2-956-98371-2.

Hommage

Partager cet article

Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 00:01

La guerre d'Algérie,

une guerre sainte ?

Roger Vétillard

Près de deux ans après sa première publication sur ce sujet (La dimension religieuse de la guerre d'Algérie, ici), Roger Vétillard publie une nouvelle étude, complémentaire et étoffée sur la place de l'islamisme dans la guerre d'Algérie.

Sur la base de nouveaux témoignages et de nouvelles références, il met en avant le rôle des oulémas ("Après l'indépendance, ils ont travesti l'histoire de l'Algérie en prenant idéologiquement le pouvoir") dans le conflit et détaille l'influence de l'Islam dans tous les domaines ("Double discours et taqiya", "L'application de la charia", "La prière obligatoire en prison", "L'appel au djihad et les massacres dans le nord-Constantinois", "Le mythe de l'invincibilité des moudjahidin", etc.). Il s'appuie en particulier sur les écrits de responsables algériens (Ben Bella, Boumedienne, etc.), qui prône souvent son utilisation pour mieux rallier une population essentiellement rurale, et note la proximité avec les Frères musulmans. Après avoir passé en revue le rôle de l'Islam dans l'Algérie indépendante ("une prégnance croissante") mais aussi "l'aveuglement (volontaire ?) de la gauche française", il développe longuement ses conclusions. Tout en notant bien que la guerre d'Algérie ne fut pas, bien sûr, qu'une guerre de religion, il observe (ce que de nombreux auteurs oublient de souligner) que l'Association des Oulémas "a permis à l'arabo-islamisme d'être la référence culturelle de l'Algérie indépendante tout en maquillant le discours des indépendantistes".

S'appuyant sur de très nombreuses citations référencées, complété par une douzaine d'annexes et une importante bibliographie, ce livre constitue une indiscutable plus-value à notre connaissance de la guerre d'Algérie.

Editions Atlantis, Friedberg (D), 2020, 300 pages, 24,- euros

ISBN : 978-3-932711-68-8.

Guerre d'Algérie

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 00:01
Actes de colloques

Les gouverneurs militaires de Paris de la Grande Guerre

Actes des colloques

organisés par la réserve citoyenne de l'armée de Terre

Ce fascicule reprend les communications présentées lors de deux journées d'études organisées aux Invalides par la réserve citoyenne auprès du GMP, la première en octobre 2014, "Général Galliéni, gouverneur militaire de Paris", l'autre en décembre 2018, "Les gouverneurs militaires de Paris pendant la Grande Guerre".

Général Galliéni, gouverneur militaire de Paris

Sept contributions autour de la personne et du rôle du général Galliéni, abordant la question de ses rapports avec les autres chefs militaires, les autorités politiques, ses innovations pour la défense de Paris (aviation et DCA). J'interviens sur le thème des rapports avec la politique (non sans avoir, à la surprise d'une partie de l'auditoire, changé mon texte au dernier moment pour rectifier certaines affirmations précédentes).

Les gouverneurs militaires de Paris dans la Grande Guerre

Huit contributions autour du rôle des GMP successifs de la Grande Guerre, avec des personnalités aussi prestigieuses que Berdoulat, Guillaumat, Gouraud, Gallieni, Dubail. Outre leur rôle à proprement parler dans la défense de Paris et la vie de la capitale d'un pays en guerre, on relève également une intervention sur la place des Invalides en matière de communication durant le conflit et une autre sur la création du Bleuet de France.

Enfin, le volume contient les trois interventions d'une séance tenue à l'école militaire en novembre 2015 sur le thème "Regards croisés franco-allemands. Les réservistes dans la Grande Guerre".

Ce petit volume qui mérite d'être connu ne semble pas commercialisé, mais il doit être possible de se le procurer en prenant contact avec le bureau Communication / Rayonnement du GMP : www.gmp.terre.defense.gouv.fr

Actes de colloques

Partager cet article

Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 00:01

B-29 sur le Japon

Batailles aériennes  -  n° 92

Voici la quatrième partie de l'impressionnante étude consacrée à l'action des bombardiers américains sur le Japon, pour ce numéro à l'hiver 1944-1945. A partir de la Chine continentale ou des îles du Pacifique, les opérations aériennes contre l'empire nippon se multiplient, en dépit de problèmes techniques, avec des résultats très moyens. Après les sites industriels, les zones urbanisées deviennent des cibles. L'étude est riche de nombreuses citations et d'une iconographie exceptionnelle. Photos aériennes d'époque, cartes, profils, tableaux de synthèse (liste des pertes par exemple) et encarts complètent le texte courant. En fin de volume, présentation des groupes de chasseurs japonais engagés contre les Américains. Un ensemble très complet.

Une publication Lela Presse, un dossier rédigé par Bernard Baéza.

 

Guerre aérienne

Partager cet article

Repost0
20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 00:01

La marine impériale russe

de 1870 à sa chute

Marc Saibène

Honnêtement, que savons-nous de la marine impériale russe durant les quelques décennies qui précèdent la Grande Guerre ? Pas grand chose. Emerge bien sûr la guerre russo-japonaise et le nom de Tsoushima, ou une photo d'une visite de bâtiments russes à Toulon, et encore. Voici un ouvrage absolument passionnant qui vous (nous) en apprendra beaucoup.

En sept chapitres chrono-thématiques ("Un programme naval, une flotte moderne", "L'alliance franco-russe", "La marine impériale russe de 1871 à 1904, le virage industriel", "La guerre russo-japonaise, du 8 février 1904 au 5 septembre 905", "1905-1917, la reconstruction et la guerre", "La guerre sur mer, 1914-1917", et "La guerre civile"), Marc Saibène dresse un tableau visiblement très complet de l'histoire de la marine russe. Chacun pourra y trouver son intérêt, qu'il s'agisse des aspects politiques, techniques et industriels, militaires et opérationnels. Les bâtiments de différents types et modèles sont présentés avec leurs principales caractéristiques (dimension, déplacement, armement, motorisation, équipage, etc.) et un résumé de leur carrière. Une abondante iconographie donnera satisfaction aux plus exigeants, tandis que de nombreuses citations et extraits de témoignages accompagnent et complètent le texte courant. Le chapitre consacré à l'alliance franco-russe est tout à fait complet, avec la longue série des visites réciproques, les engagements à coopérer mais aussi les réserves mises en pratique par les officiers russes. Sur le plan de l'emploi, sont traitées avec précision la guerre russo-turque de 1877, la guerre des Boxers et la problématique de l'Extrême-Orient, la guerre russo-japonaise sous l'angle de la guerre navale, la Grande Guerre en Baltique, en mer Noire (principal théâtre naval), dans le Pacifique et dans l'océan Arctique (et même en Méditerranée orientale avec l'Askold), et enfin la guerre civile (sur les mêmes mers). Vous y découvrirez par exemple l'emploi des sous-marins russes, dont on ne parle jamais. Pour chacun de ces conflits, les principes d'engagement, les combats, les bilans sont précisés, et l'on est presque surpris par l'importance que prend finalement cette marine. Au fil des pages, des cartes très claires présentent la situation générale, les ports, les voies de communication, etc. De nombreux encarts permettent de préciser un certain nombre de points, comme la liste exhaustive des forces maritimes russes de l'océan Arctique entre 1914 et 1917, ou les navires de la flotte "blanche" de Wrangel gardés en gage par la France et transférés à Bizerte après le départ de Crimée.

En résumé, un volume à la fois beau et très intéressant. Une belle réussite qui apporte une réelle plus-value à notre connaissance de plusieurs conflits des XIXe / XXe s.

Lela Presse, Le Vigen (87), 2020, 383 pages. 49,90 euros.

ISBN : 978-2-37468-028-6.

Excellentissime

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 00:01

Les vérités cachées de la défaite de 1940

Dominique Lormier

Avec une constance remarquable, Dominique Lormier poursuit la publication d'ouvrages "journalistico-historiques" sur la Seconde guerre mondiale.

Depuis ses premières publications sur ce thème dans les années 1990, il a vraisemblablement accumulé une documentation qui lui permet de reprendre dans ce livre sous une forme résumée nombre de ses ouvrages antérieurs. La forme est toujours identique : des affirmations rapides, des références approximatives ("Archives militaires françaises -ou allemandes-), des témoignages non croisés, une anglophobie affichée ("La propagande britannique insulte l'histoire"... ), etc. Quelles sont donc ces "vérités cachées" ? Les succès de Hannut et Gembloux, les combats de La Horgne, de Stonne, de Montcornet, sur la Somme et sur l'Ailette, de la ligne Maginot et de l'armée des Alpes, etc. On le voit, rien que des nouveautés dans l'historiographie, de vraies "découvertes"... Il aurait même pu, avec une lecture attentive de la presse spécialisée, trouver bien d'autres exemples de micro-tactique où telle ou telle unité française a opposé une solide (pardon, "héroïque") résistance. Mais il aurait aussi pu s'intéresser aux milliers de dossiers de la sous-série 14P des archives de Vincennes (Commission d'enquête sur les repliements suspects). Alors redisons-le : oui, dans leur majorité, les soldats français se sont bien battus, et ne ressemblaient pas aux "héros" de la 7e Compagnie, mais là n'est pas la question. Il s'agit indiscutablement d'une des défaites les plus rapides et les plus complètes de toute l'histoire de France. On peut donc difficilement accuser le hasard ou le manque de chance… Il doit bien y avoir des causes militaires, lointaines et immédiates, dans la doctrine comme dans la mise en œuvre, au sein du commandement comme dans la troupe, chez les soldats comme chez les officiers. Sans que cela soit une généralité, mais sans le méconnaître, dans toute la complexité d'une réalité cruelle. Bref, il peut être utile d'utiliser une méthodologie d'historien.

A trop vouloir systématiquement valoriser l'armée française de 1940 et en brodant sur le thème des "clichés les plus méprisants de la francophobie" prêtés aux historiens anglo-saxons, l'auteur multiplie les généralités, perd en crédibilité et manque totalement son objectif.

Editions du Rocher, Monaco, 2020, 322 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-268-10361-7.

Excessif

Partager cet article

Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 00:01

La bataille de Sedan

10-14 mai 1940

Général Yves Lafontaine

Le petit-fils écrit sur son grand-père. Le général écrit sur le général. Le grand-père commandait la division enfoncée par les Allemands à Sedan. On pourrait s'attendre à une œuvre en défense et illustration de l'action du général Henri Lafontaine en mai 1940. Pourtant ce n'est pas le cas et ce volume mérite réellement d'être connu.

Sans être historien mais à partir de son expérience d'officier, le général Yves Lafontaine reconstitue les combats au débouché des troupes allemandes dans la région de Sedan. Après avoir présenté les forces en présence et les principaux acteurs du drame, il détaille les opérations du 10 au 14 mai dans ce secteur de la Meuse. Il utilise abondamment les JMO des unités engagées et les témoignages des acteurs, français comme allemands. Ces sources sont longuement citées, ce qui donne au volume à la fois une densité et une forme de proximité avec l'évènement. Au fil des jours, heure par heure, nous suivons les différentes formations de la 55e D.I. (dont l'auteur ne nous cache pas les faiblesses et les déficits), mais aussi celles de la 1ère Panzer (sans oublier le rôle très actif de la Luftwaffe). Au rapport d'un maréchal des logis ou d'un lieutenant-colonel français succède celui d'un capitaine allemand et les témoignages s'enchainent après que chaque situation tactique ait été décrite. Yves Lafontaine reprend bien sûr les arguments de Frieser (Le mythe de la guerre-éclair), et les soumet à une critique "technique", celle du professionnel de la guerre, avec minutie et souci du détail.

A un autre niveau, le livre interpelle sur la valeur des témoignages. On sait bien que le vainqueur n'hésite pas à valoriser son adversaire pour rendre plus éclatant son succès ("A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"), tandis que le vaincu explique en détail tout ce qu'il a pu faire, ses initiatives, ses choix, pour tenter de renverser la situation (la résistance doit avoir été acharnée avant la défaite). On en connait de nombreux exemples pendant la Première Guerre mondiale, et il en est de même pour la Seconde. Ainsi, par exemple, utiliser à de nombreuses reprises les mémoires de Guderian dont on sait qu'ils sont assez peu fiables (beaucoup d'autojustification) peut poser question.

Finalement, Yves Lafontaine établit que les soldats français de mai 1940 se sont dans l'ensemble bien battus, et il confirme qu'en terme d'équipements et d'instruction les déficits étaient tels que l'issue des combats était pratiquement écrite. On peut raisonnablement penser que les responsabilités du général Henri Lafontaine ne sont pas aussi entièrement engagées que ce qui a pu être dit pendant des années, mais il n'en demeure pas moins qu'il était sur place et qu'il exerçait le commandement d'une part, et qu'il s'agit d'une indiscutable défaite d'autre part... Un livre important qui permettra à tous les amateurs de suivre avec une grande précision ces dramatiques évènements et qui leur permettra de les analyser avec l'aide d'un praticien de l'art militaire.

Editions de Fallois, Paris, 2020, 238 pages, 23,- euros.

979-10-321-0241-1.

Analyse

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 00:01
La Grande Guerre au jour le jour

Chronologie commentée

de la Première Guerre mondiale

Canal académie  -  Novembre 2011

L'une de mes premières émissions de radio, avec les défauts inhérents à cette découverte, pour parler de ma "Chronologie commentée de la Grande Guerre", qui m'a valu un prix de l'Académie des sciences morales et politiques. Tous les fronts, tous les domaines d'une guerre devenue totale.

Pour écouter l'émission : ici.

La Grande Guerre au jour le jour

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 00:01
Mobilisation industrielle

Mobilisation industrielle et guerre totale :

1916, année charnière

RHA  -  n° 242 / 2006

Le processus empirique de mobilisation industrielle commencé dans la douleur à l'automne 1914 commence à porter ses fruits deux ans plus tard et trouve son aboutissement (provisoire) dans la création du ministère de l'Armement. Une expérience hélas rapidement oubliée. Article paru en 2016 dans la Revue Historique des Armées.

Pour lire l'article complet : ici.

Mobilisation industrielle

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile