Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 06:20

Femmes sur le pied de guerre

Chronique d'une famille bourgeoise, 1914-1918

Jacques Resal et Pierre Allorant

Aller-retour permanent entre l'avant et l'arrière à travers les correspondances de quatre femmes de la même famille. Original dans ses sources, le livre l'est aussi sur le fond et l'on s'aperçoit que pour cette famille bourgeoise profondément républicaine la notion de patrie s'impose naturellement par un engagement de tous et de tous les instants : "les quatre fils au combat sont soutenus inlassablement par la correspondance, les colis, la réception lors de leurs permissions de trois générations de femmes unies comme au front".

Proche de quelques généraux (dont Lanrezac) et de personnalités politiques (dont Clemenceau), la famille est donc farouchement patriote et l'introduction souligne bien que les lettres n'ont rien à voir avec l'idée selon laquelle "la femme pacifiste parce que mère" serait naturellement plus opposée à la guerre. Reproduites dans l'ordre chronologique, année par année, ces lettres permettent une compréhension très complète de la vie d'une famille et des sentiments de ses différents membres, y compris dans leurs erreurs d'interpétation ou dans le discours de propagande qu'ils relaient. Une véritable "coupe" sociale, une "tranche de vie" familiale, un peu comme les archéologues travaillent sur des couches successives de terre. C'est riche, dense, dans le sens front-arrière comme de l'intérieur vers l'avant, et l'on y trouve différentes observations sur des spécialités techniques (artillerie, téléphonistes, aviation, etc.).

Un recueil de correspondances privées qui forme un ensemble complet et cohérent et qui passionnera sans aucun doute tous ceux qui s'intéressent à la Grande Guerre

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2014, 469 pages, 29 euros.
ISBN : 978-2-7574-0690-8.

Correspondances de femmes
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 06:25

Syrie

Pourquoi l'Occident s'est trompé

Frédéric Pichon

Déjà auteur en 2012 d'une Géopolitique du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Frédéric Pichon nous propose aujourd'hui un petit livre sur le drame syrien, à la fois "coup de coeur" (avec ce que cela suppose de prise de position) et analyse géopolitique.

L'avant-propos de Renaud Girard donne le ton : "Comment expliquer qu'on se soit autant trompé, en Occident, sur le dossier syrien ? C'est le résultat d'un cocktail d'ignorance historique, de manichéisme politique et de wihsful thinking diplomatique. Nous ne comprenons plus rien à ce qui se passe en Syrie parce que notre vision des sociétés orientales est teintée d'européanocentrisme" ; et Frédéric Pichon rappelle en exergue de son avant-propos cette citation de Raymond Aron : "Ce n'est jamais la lutte du Bien contre le Mal, c'est le préférable contre le détestable". Le propos s'organise ensuite en cinq grandes parties qui contribuent à décrypter le conflit (ou au moins une partie du conflit) : "Un pays mosaïque", avec la question des minorités religieuses et des clans dont les Alaouites et la famille Assad ; "L"euphorie du printemps arabe", avec les approximations des analyses occidentales et des exemples de désinformation sous nos cieux : "Ce qui est en cause, c'est une méthode, probablement inconsciente, qui vise à tordre les faits pour les plier à l'opinion générale qu'ont les journalistes". La troisième revient sur "L'impossible intervention internationale", et l'on note au passage l'importance des liens entre Chrétiens d'Orient et Orthodoxes de Russie avec ce chiffre étonnant : "On dénombre en Syrie près de 50.000 couples mixtes (pour la plupart comprenant un conjoint chrétien)". Sans oublier, bien sûr, les relations anciennes et étroites dans le domaine militaire et de l'armement entre Moscou et Damas. La question de la longue sous-estimation des djihadistes internationaux aux portes de l'Europe est également posée : était-elle volontaire ? "Pour dîner avec le diable, il faut, dit-on, une longue cuillère. Mais la nôtre est terriblement courte. Si la fin justifie les moyens, alors l'éthique mais aussi le réel se chargeront de nous rattraper". La quatrième s'interroge sur "L'insoutenable légéreté de la France", accusée d'avoir torpillé une solution russe de conférence de paix et, au minimum, d'avoir "perdu un temps précieux ... L'émotion, la grandiloquence, la morale ne font pas une politique étrangère". Un chapitre est bien sûr consacré à "Nos amis du Quatar", dont le rôle n'est même plus trouble dans ce dossier, et conduit l'auteur à se poser la question du rapport éventuel entre les contrats commerciaux en direction de la péninsule arabique et les choix diplomatiques, entre les grandes firmes industrielles françaises et les autorités politiques : une bien piètre image d'une France sans volonté ni valeurs. La dernière partie enfin constate "L'échec de l'occidentalisme" et rappelle le retour sur la scène internationale de la Russie. Et un manque de crédibilité accentué de la France dans la région aussi bien que dans les grandes capitales, affirme l'auteur reprenant Olivier Zajec : "L'Elysée et le Quai d'Orsay auront réussi le tour de force simultané d'exaspérer Washington, de gêner Londres, de faire lever les yeux au ciel à Berlin, de désespérer Beyrouth, de déclencher un concert de soupirs à Bruxelles et d'amuser les joueurs d'échecs de Moscou", sans oublier un abaissement significatif de la position traditionnelle de la France au Moyen-Orient. Et puis, il faudra bien que le rôle de l'Arabie saoudite et des émirats pétroliers du Golfe "dans le financement du terrorisme en Syrie, mais aussi au Sahel et en Afrique, (soit) mis sur la table"...

Un livre parfois polémique mais qui rappelle que les déclarations de bonnes intentions officielles cachent souvent soit une effarante naïveté, soit des sentiments moins nobles.

Editions du Rocher, Monaco, 2014, 132 pages. 13,50 euros.
ISBN : 978-2-26907-605-8.

Un entretien avec l'auteur sur ce thème sur RFI : ici.

Terrible analyse
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Monde arabe et Moyen-Orient
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 06:15

Piraterie maritime

L'Afrique à l'abordage

Olivier d'Auzon

Des actes de piraterie par milliers. Des agressions dont le nombre total est en baisse mais qui deviennent de plus en plus meurtrières. Une évolution vers une privatisation croissante de la protection des navires et des cargaisons. Un tel sujet ne pouvait qu'intéresser un spécialiste des questions commerciales et de l'Afrique.

Après être rapidement revenu sur l'histoire de la piraterie et ses formes dans les dernières années, l'auteur s'intéresse successivement aux deux grandes zones géographiques concernées : face à la Somalie (piraterie "historique", en baisse) et dans le Golfe de Guinée (en hausse). Il s'interroge ensuite sur le pourquoi (quels types de navires, que faire des marins, etc.) et sur les réponses de la communauté internationale depuis quatre ans environ, avec ses missions multinationales ou ses renforts nationaux plus ou moins ponctuels (mais qui manifestent aussi une volonté de présence de "grandes" puissances). Il consacre bien sûr un chapitre complet à la délicate question des sociétés privées (qui objectivement trouve ici un juteux marché) et aux questions juridiques dans leurs différentes facettes.Il termine par une proposition de bon sens, mais qui ressemble étrangement à un voeu pieux : la solution est à terre... Certes. Sous réserve qu'un minimum d'ordre public règne à terre...

La bibliographie comporte essentiellement des articles (alors que plusieurs collloques ont été organisés et plusieurs ouvrages publiés sur le sujet ces dernières années), mais l'on apprécie la liste des textes officiels, nationaux et internationaux. Un volume "d'histoire immédiate" que l'on peut conserver utilement dans sa bibliothèque.

Lavauzelle, Panazol, 2014, 173 pages. 18,50 euros.

ISBN : 978-2-7025-1608-9.

Gangrène
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 06:25

La France occupée

1914-1918

Philippe Nivet

Devenu en quelques années un quasi-classique, il était intéressant de rééditer en format (presque) poche ce livre, en cette année du début du centenaire.

Bien connu pour ses travaux sur les départements du Nord et du Nord-est et leurs populations pendant la Grande Guerre, l'auteur propose ici une présentation très complète de ce que fut la vie des individus (quelques 2 millions de personnes) et l'évolution des territoires sous occupation allemande entre 1914 et 1918. L'ouvrage est divisé en quatre grandes parties ("La France occupée, un territoire germanisé", "Vivre sous l'occupation allemande", "L'attitude des occupés : résistance, rapprochement, collaboration", et "Sortir de l'occupation") qui permettent d'aborder tous les thèmes. Par rapport à l'historiographie générale facilement accessible au grand public, on appréciera en particulier les pages consacrées à l'organisation et au fonctionnement de l'occupation militaire allemande, à la "germanisation économique", aux pénuries et à leurs conséquences, à la collaboration avec l'occupant (y compris par la dénonciation, même si ce thème n'est traité qu'en quelques lignes), et aux difficultés de la reconstruction, matérielle (elle n'est pas tout-à-fait terminée lorsque commence la Seconde guerre mondiale) et morale (avec déjà la stigmatisation des "femmes à Boches").

Un volume essentiel sur le sujet, qui a valu lors de sa première parution en 2011 une notoriété méritée à son auteur, et que chaque amateur se doit de connaître.

Armand Colin, Paris, 2014, 480 pages. 15,90 euros.

Utile réédition
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 06:20

La bataille de Normandie

6 juin - 25 août 1944

Jean Quellien

Un travail de synthèse pour le grand public, dans la collection désormais bien connue 'L'histoire en batailles'.

Nouveau volume rappelant l'ensemble des combats de Normandie en 1944, en cette année anniversaire. L'auteur couvre l'ensemble de la période, des prolégomènes du débarquement et le lendemain de la libération de Paris, en s'efforçant de multiplier les aller-retour entre les différents niveaux hiérarchiques, du commandant en chef et des questions stratégiques au soldat qui vit, combat et meurt en passant par les commandements intermédiaires et le niveau tactique. Il n'oublie pas non plus les populations viciles de Normandie, à la fois témoins, actrices et victimes des opérations. Commencé par une présentation du "background" de la campagne, qui campe les deux camps en présence, il divise ensuite le coeur de son livre en trois parties qui correspondent aux grandes phases chronologiques : "Consolidation et extension de la tête de pont alliée" en juin, "le mois le plus noir pour les Alliés" en juillet avec le quasi-blocage, en particulier devant Caen, par rapport à la planification antérieure, et "La percée et la victoire" pour le mois d'août. Au fil des pages, des témoignages "du bas" et des portraits "du haut" ; des chiffres, des anecdotes, des combats locaux mal connus et les grandes opérations de l'été, les modifications dans le commandement allemand et les oppositions plus ou moins feutrées entre généraux alliés, mais aussi la défense passive à Caen ou les cas d'automutilation volontaire et de troubles psychiques de guerre dans les troupes américaines. Bref, un panorama très complet pour une première approche cohérente. Jean Quellien rappelle justement en conclusion que "la libération de la France a été aussi rapide que celle de la Normandie a été longue à se dessiner" et que "trois mois de combats ont laissé derrière eux une province assassinée".

Les références (notes reportées en fin de volume, c'est pénible pour le lecteur !) sont nombreuses, le livre est accompagné de quelques cartes et tableaux, la précision des index est à souligner et la bibliographie est variée. Un volume que, sur certains aspects, vous pouvez mettre en parallèle du récent "Invasion" de Benoit Rondeau que nous chroniquions il y a peu (ici). Une solide introduction, assez complète, à l'étude de la période.

Tallandier, Paris, 2014, 414 pages. 21,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0518-1.

Normandie, 1944
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 06:20

Tout est fichu !

Les coups de blues du général

Christine Clerc

Grande journaliste parfaitement au courant des dessous de notre histoire politique récente, Christine Clerc nous propose ici un de Gaulle atypique, presque "trop humain" parfois.

De la Première Guerre mondiale à Mai 1968, le "Connetable", celui que l'on présente généralement comme hautain, dur, inflexible, connaît des échecs et des doutes qui iront, laissera-t-il entendre, jusqu'à lui faire envisager le suicide. Le livre est donc organisé en huit chapitres chronologiques autour des événements qui scandent la vie de "l'homme du 18 juin", des camps de prisonniers de la Grande Guerre à l'échec de 1969, en passant par la naissance d'une enfant gravement handicapée en 1928, les drames (de l'armistice à Mers el-Kébir et Dakar) de l'été 1940, le renoncement de 1946 et l'exil intérieur à Colombey, l'échec du RPF, etc. Curieusement, pas une ligne sur la période 1958-1962, la guerre d'Algérie et ses conséquences : n'a-t-il pas, durant ces dures années, éprouvé le moindre doute ? Les dernières parties s'intéressent au président de la Ve République, mis en ballotage en 1965 par Mitterrand "l'arsouille", qui manque d'être emporté en 1968 et se voit rejeté en 1969... On connaît la formule, "les chênes qu'on abat". Au final, paradoxalement, derrière ces blessures intimes, se dresse "l'homme du destin", car les qualités sont à la hauteur des failles. Un homme qui, après le premier choc, puise dans l'adversité (et souvent avec l'aide de quelques proches) les ressources nécessaires pour rebondir et poursuivre son combat.

Un petit livre qui nous présente avec forces d'anecdotes et de citations un de Gaulle peu connu, mais finalement plus naturel sans doute que l'inaccessible statue du Commandeur.

Albin Michel, Paris, 2014, 217 pages, 16 euros.

ISBN : 978-2-226-25679-9.

Le Commandeur vulnérable
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 06:15

Sortir de la guerre

Jacques Frémeaux et Michèle Battesti (Dir.)

Voici un ouvrage collectif (24 contributeurs) qui présente, entre la guerre de Cent ans et le génocide rwandais, autant de situations particulières et de cas d'école sur le thème des sorties de guerre.

L'ampleur de la période historique couverte se double également d'un large tour d'horizon géographique, puisque les exemples retenus évoquent tour-à-tour tous les continents, même si le XXe siècle et le monde européen (y compris dans ses extensions coloniale) y tient une place essentielle. Dans cet ensemble extrêmement riche, il est difficile de citer tous les textes (toujours soigneusement référencés) et nous retiendrons, pour l'originalité des sujets traités, pour le XIXe siècle celui de Michel Kerautret sur le redressement de la Prusse après Iéna ; pour la Première Guerre mondiale ceux de François Lagrange ("Les mouvementsd'indiscipline collective de 1917 : les mutineries vues d'en haut" et d'Olivier Forcade ("La sortie de guerre des services spéciaux  militaires français, 1918-1925") ; pour la Seconde guerre mondiale ceux de Corinne Defrance ("Que faire de l'Allemgne ? La France et l'occupation de l'Allemagne après la chute du IIIe Reich") et de Claude d'Abzac-Epezy ("Fin de guerre, épurations et dégagements des cadres : l'exemple de l'armée française à l'issue de la Seconde guerre mondiale") ; et pour la période la plus récente ceux de Frédéric Turpin ("De Gaulle, les gaullistes et la fin de la guerre d'Indochine"), de Caroline Piquet ("La nationalisation de la compagnie universelle du canal de Suez par le colonel Nasser") et de Jean-Jacques Jordi ("A propos des Harkis").

Ces quelques coups de projecteur n'enlève rien à l'intérêt que présente les autres communications rassemblées dans ce volume qui devrait se révéler indispensable, par la diversité des sujets et des angles d'approche, à tous ceux qui s'intéressent à cette question de la fin (provisoire ?) de la guerre.

PUPS, Paris, 2014, 403 pages, 23 euros.
ISBN : 978-2-84050-922-6.

Savoir finir une guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 06:40

La bataille aérienne de Verdun, 1916

Georges Pagé

Une approche originale de la bataille de Verdun, généralement vue comme un affrontement "terro-terrestre" sous le signe de l'artillerie, même si l'on connait la célèbre formule de Pétain demandant à de Rose de lui dégager le ciel.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser son titre, le livre va bien au-delà de la seule description de la bataille aérienne de Verdun. Au fil d'une trentaine d'assez brefs chapitres, se succèdent des personnages parfois hauts en couleurs et des situations collectives opérationnelles ou de soutien. Les renseignements d'environnement ne sont pas oubliés ("Le bureau des cartes", "Ce qu'on voit la nuit", "La vie en escadrille", "Les mécaniciens", "les mascottes", etc.) et les anecdotes sont nombreuses. De même, quelques pages sont consacrées à la prise en compte du point de vue allemand : approche modeste mais qui a le mérite d'exister. Sur le fond, le livre est plus laudateur qu'analytique, parfois presque hagiographique et rarement critique, ce qui interpelle l'historien habitué à une méthodologie rigoureuse : dans telle escadrille à Souilly, "nul de ses membres n'a jamais été vu sans le sourire. Il est de rigueur, il fait partie de la tenue. Tout le monde le porte et en toute occasion, du capitaine aux cuistots. Pour les infirmiers aussi la gaité dans le respect de tous est à l'ordre du jour"... Pratiquement idyllique ! Il faut ainsi faire la part des choses et, pour paraphraser le slogan d'un grand quotidien, distinguer les faits des commentaires.

Le livre laisse donc un sentiment partagé : références minimales dans le texte, bibliographie finale squelettique et très incomplète, raccourcis parfois rapides (affirmations sur lesquelles l'auteur revient d'ailleurs parfois quelques lignes plus loin), mais aussi de nombreuses informations factuelles, une légitime reconnaissance (aux côtés des pilotes les plus célèbres) de nombreux inconnus, des humbles qui permettent aux 'As' de voler, des descriptions utiles sur l'environnement des escadrilles et des terrains d'aviation. Un livre à la gloire de l'aéronautique militaire à Verdun, qui donne de la chair à des études scientifiques plus arides (mais aussi plus rigoureuses).

Editions Grancher, Escalquens, 2014, 295 pages, 19 euros.

ISBN : 978-2-7339-1306-2.

Guerre aérienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 06:30

Napoléon et les Français

Jean-Paul Bertaud

Que pensaient effectivement les Français de l'empereur au temps de son règne ? Comment vivaient-ils et comment fonctionnait la société impériale ? C'est à ces questions, entre autres, que s'efforce de répondre le livre.

S'appuyant sur un très solide corpus archivistique et documentaire, Jean-Paul Bertaud organise son ouvrage en trois grandes parties : "L'ordre sans la liberté", "La dictature de la guerre" et "La société des héritiers". Chacune est divisée quatre grands chapitres qui permettent de balayer de nombreux et importants sujets. La première s'intéresse bien sûr à l'organisation politique, avec un focus particulier sur "La dictature policière", et aux missions des fonctionnaires impériaux. La seconde, après un chapitre sur le rôle des diplomates et un sur les questions financières, propose un parallèle entre l'évolution de la situation militaire et le sentiment d'adhésion des populations, des succès éclatants du début du règne à "l'opposition ouverte" qui suit la campagne d'Allemagne de 1813. La troisième enfin aborde les sujets sociaux : l'éducation et la santé, le droit de propriété et la fiscalité, les bourgeois et les nobles (d'anciennes familles ou de noblesse d'empire), les "Croquants, bras nus et miséreux", car l'empire compte aussi "des millions" de pauvres et de vagabonds.

La guerre, finalement, imprègne et modèle le régime et les peuples. L'auteur, qui écrit sans concession et donne presque l'impression de s'exprimer "à charge" (les titres et sous-titres sont parfois excessifs par rapport à la réalité plus mesurée du texte), rend compte d'une réalité complexe et de sentiments ambigus, dont témoigneront l'ancien empereur en exil aussi bien que ses officiers déchus : "Napoléon, à Saint-Hélène, se prétend le libérateur et l'émencipateur des nations. Il l'est, mais par médiateurs interposés. Des Français, souvent d'anciens soldats de la Grande Armée, ne s'opposent pas seulement dans leur pays à la royauté restaurée, ils luttent aussi dans le reste du monde, au nom des principes de 1789 dont l'empereur se veut l'héritier", mais qu'il aura si peu conforté durant son règne.

Un livre particulièrement intéressant et qui mérite d'être lu, relu, croisé avec d'autres ouvrages et médité.

Armand Colin, Paris, 2014, 544 pages. 24,50 euros.

ISBN : 978-2-200-24975-5.

Une société au microscope
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 06:30

Le général de Galliffet

Un sabreur dans les coulisses du pouvoir, 1830-1909

Georges Gugliotta

Si son nom reste associé à la répression de la Commune ("C'est parce que Paris a fait mourir soixante-quatre otages / Qu'ils ont déchaîné Galliffet, ceux-là c'était des personnages"), épisode auquel l'auteur consacre une quinzaine de pages, le général de Galliffet a été un grand soldat mais aussi un fin politique, dont la carrière mérite mieux que cette réputation sulfureuse. Le premier mérite de cette biographie est ici.

D'une enfance au château du Tholonet, près d'Aix-en-Provence, engagé à 18 ans, accédant à l'épaulette six années plus tard, le futur général de Galliffet, est un officier sorti du rang en dépit de sa noble ascendance : "On ne peut comprendre sa rigueur, sa rudesse, sa brutalité même dans l'exercice de ses commandements ultérieurs sans se souvenir de ces six années à subir, puis à imposer un règlement de fer". Devenu marquis et prince de Martigues à la mort de son père, il vit fastueusement, multiplie les excès et les frasques, mais se distingue aussi sur tous les champs de bataille du Second empire, de Crimée en Italie, d'Algérie au Mexique. Et pourtant, ce "soldat de la France" qui sera à plusieurs reprises protégé par Napoléon III, dans la deuxième partie de sa vie, veille Gambetta dans ses dernières heures, participe au gouvernement Waldeck-Rousseau en 1899-1900 et termine l'affaire Dreyfus : "L'incident est clos" ! Georges Gugliotta organise son ouvrage en 19 chapitres, des origines familiales provençales de son héros aux "Derniers feux", et à sa proclamation de fidélité, devant le parlement, au gouvernement légal : "Il y a eu une époque, je ne la préciserai pas, où, à force de vouloir imposer la religion à l'armée, on l'avait peu être rendue peu croyante. Il est à craindre qu'en voulant lui défendre de croire, vous la rendiez croyante au-delà de ce qui convient pour la tranquillité du pays ... Qu'elles (les erreurs et défaillances) me soient connues et j'y mettrai bon ordre ; mais dormez en paix, messieurs, il n'y a pas de péril de ce côté". Nous suivons ainsi au fil des pages une véritable épopée militaire, jusqu'à la contre-guérilla au Mexique ou à la dernière charge de la cavalerie à Sedan. Celui qui écrit à Gambetta "Je suis le seul général de cavalerie qui ne soit pas clérical" n'en hésite pas moins à défendre ses camarades plus engagés en faveur de l'Eglise ; "maître de la cavalerie", il en modernise l'équipement et réforme l'instruction au tournant des années 1880 : "Du gambettisme à l'anti-boulangisme", il n'a qu'une préoccupation qui est de rendre à la France l'Alsace-Lorraine.

Une très belle biographie qui dépasse les idées reçues et qui, au-delà de la vie d'un homme bien injustement oublié, nous brosse le tableau de lapolitique et de la société de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe. 

Bernard Giovanangeli Editeur, Paris, 2014, 347 pages, 23 euros.

ISBN : 978-2-7587-0117-0.

En poste au mauvais moment ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile