Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 00:01

Les logiques de transformation des armées

Sébastien Jakubowski et Emmanuel Cardona Gil (Dir.)

Un volume très riche, mais dont le titre correspond selon nous assez mal au contenu, puisque cet ouvrage collectif s'intéresse à la sociologie militaire sous ses différents aspects.

Les contributions des douze auteurs sont organisées en deux grandes parties : "Le rapport des armées à l'environnement social et politique", "Les adaptations internes des armées aux évolutions de leur environnement". Les textes sont pour la plupart extrêmement académiques, ce qui est positif au point de vue des références, mais peu agréable face à un "jargon" parfois presque incompréhensible du commun du mortel. Comme souvent, tous les articles ne présentent pas le même intérêt pour nous, comme celui titré "Quel est le genre du maintien de la paix ? Les reconfigurations du métier militaire dans le système de guerre contemporain". Un "genre" des opérations ? Ou les limites de l'intellectualisme... Par contre, nous avons apprécié les textes relatifs aux relations avec le politique ("Une subordination de l'institution militaire au politique : la production de confiance par l'indifférence" et "L'influence des militaires dans les processus décisionnels : quelles ressources ?") et ceux liés aux évolutions internes. Par exemple, "La Direction générale de l'armement : un univers professionnel spécifique, vecteur d'engagement pour ses ingénieurs militaires" traite du statut, de la formation et des ambitions/évolutions de carrière des ingénieurs de la DGA ; tandis que "Réussir à Saint-Cyr : le cas des élèves issus de l'exo-recrutement" présente une étude fouillée des profils d'une promotion. Je ne suis pas d'accord (d'expérience et de vécu) avec la démonstration et les conclusions de "Polarisation normatives et valorisation sociale en milieu militaire. L'expérience des officiers diplômés de l'université", mais l'article est néanmoins très intéressant. Basé en grande partie sur des entretiens, il apporte des témoignages utiles.

Au bilan, un volume qui séduira ceux qui s'intéressent aux questions de sociologie militaire, mais qu'il semble difficile de promouvoir au-delà. A connaître pour approfondir certaines données ou certaines pistes.

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2020, 245 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7574-2953-2.

Sociologie militaire

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 00:01

La Lehrgeschwader 1
L'escadre au griffon (vol. 2)

Peter Taghon

Nouveau volume dans la collection des historiques d'unités de l'armée de l'Air (ici allemande) avec la deuxième partie de l'histoire de la LG 1, du printemps 1942 à la fin de la guerre.

Cette unité de la Luftwaffe est essentiellement engagée jusqu'au début de l'année 1944 en Méditerranée, et on la suit au jour le jour en opérations au-dessus de Tobrouk, d'El-Alamein, mais aussi sur Malte, aussi bien en appui des troupes au sol qu'en protection des convois de l'Axe ou en lutte contre les convois alliés. Fortement éprouvée à la fin de la campagne de Tunisie, l'unité va poursuivre ses missions en Sicile, en Italie continentale et en Grèce insulaire avant d'être retirée du front pour être réorganisée et rééquipée à l'automne 1943, tout en restant en partie engagée au prix de lourdes pertes humaines et matérielles. Après l'Italie, jusqu'en juin 1944, elle est transférée en Belgique pour être engagée sur le front Ouest à la suite du débarquement de Normandie. Elle va dès lors suivre la retraite des armées allemandes (bombardements sur Melun fin août par exemple). Repliée sur des aérodromes allemands, elle intervient sur l'est de la France, la Belgique, le Luxembourg. Le 28 décembre, il ne lui reste que 22 appareils en état de voler et 35 équipages opérationnels et la difficulté de ravitaillement en carburant diminue sensiblement son rythme d'activité. De février à avril 1945 enfin, les derniers éléments de l'escadre sont sur l'Oder, en particulier pour bombarder les ponts dans l'espoir de freiner les Soviétiques. Ils sont, comme d'autres, transformés en fantassins dans les derniers jours de la guerre.

Les annexes précisent jusqu'au plus petit détail les pertes, les décorations, etc. On apprécie également la très riche iconographie, provenant pour l'essentiel de sources privées et donc globalement non connue à ce jour. Une histoire d'unité qui, au-delà des "fana" aviation, présente l'intérêt majeur de permettre d'intégrer la 3e dimension dans le récit des opérations et campagnes terrestres. A cet égard, l'extrême précision de ces volumes constitue une indiscutable plus-value. 

LELA Presse, Le Vigen, 2020, 287 pages, 43,- euros.

ISBN :  978-2-37468-030-9.

Luftwaffe

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 00:05

1940

Vérités et légendes

Merci vivement à Benoît Rondeau pour sa belle présentation de mon livre sur son site : "C'est le livre du moment à acheter" et pour conclure "L'auteur est par ailleurs un fin connaisseur et ses orientations bibliographiques, bien choisies, seront fort utiles pour le lecteur qui veut approfondir tel ou tel point".

Pour lire l'intégralité de la chronique : ici.

ECHOS (14)

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 00:01

Dictionnaire renseigné de l'espionnage

De Sun Tzu à James Bond

Michel Guérin

Ni histoire du renseignement, ni analyse des politiques suivies, ce dictionnaire nous permet de (re)découvrir des hommes (et des femmes), des lieux, des objets, des matériels liés à l'histoire du renseignement.

L'auteur remonte jusqu'à la plus haute Antiquité et, de A comme "Otto Abetz" et "Agent" à Z comme "télégramme Zimmermann", Michel Guérin nous entraîne dans le monde de l'espionnage avec des fiches en général d'une page. Nous trouvons bien sûr James Bond et John Le Carré, mais aussi la rue des Saussaies et la Loubianka ou le cabinet noir d'Ancien régime. Nous passons par le pont de Glienicke et arrivons à Bletchley Park. Nous rencontrons Jules César, Constantin XI Paléologue et Cromwell mais aussi un nombre considérable d'agents soviétiques ou américains. Nous y apprenons l'histoire étonnante de Wolfgang Lotz, officier israélien mué en ancien de l'Afrika Korps pour infiltrer l'armée égyptienne, ou celle du russe Czernichev en poste à Paris sous le Ier Empire.

La diversité est donc à l'ordre du jour, avec un style presque léger, en tout cas tout à fait agréable. On utilisera ce volume en complément d'autres études plus académiques ou thématiques, et on pourra, avec plaisir, en poursuivre la lecture tranquillement en "papillonnant" d'une entrée à l'autre.

Mareuil éditions, 2020, 271 pages, 19,- euros.

Promenade dans un univers mal connu

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 00:01
Réédition bienvenue

Les Français de l'an 40

J.-L. Crémieux-Brilhac

Heureuse initiative que la réédition de cette volumineuse étude d'un gaulliste historique qui a su conserver toute sa liberté d'analyse. Ces deux volumes doivent impérativement figurer dans toute bonne bibliothèque sur la Seconde guerre mondiale.

Vol 1

La guerre oui ou non ?

Dans ce premier volume, l'auteur s'intéresse tout particulièrement aux aspects politiques et diplomatiques qui dominent la période. Il revient longuement sur l'état d'esprit en France avant la guerre et s'attache à retrouver les choix politiques dans les arcanes des conversations parlementaires ou les affirmations malheureuses de la propagande. Il s'intéresse ensuite aux opinions des Français eux-mêmes, dans leur diversité, à l'égard de certaines thématiques très discutées, comme celle des affectés spéciaux. Il cherche enfin à décrypter et comprendre les ultimes soubresauts du printemps 1940, avec la personnalité tutélaire du maréchal Pétain et la faiblesse du gouvernement réfugié à Bordeaux.  

Folio Histoire, Paris, 2020, 1002 pages. 13,50 euros.

ISBN : 978-2-07-287963-0.

 

Vol. 2

Ouvriers et soldats

Deux catégories de Français, essentielles dans le cadre du conflit, sont l'objet de ce volume 2 : les ouvriers d'abord, les militaires ensuite. Crémieux-Brilhac revient sur les relations entre l'Etat et le patronat et sur les ratés de la mobilisation industrielle, dont il souligne néanmoins les réalisations, en particulier dans l'aéronautique. La seconde grande partie est consacrée aux militaires, des états-majors (avec "la mécanisation manquée") aux troupes et à la vie quotidienne du soldat pendant la Drôle de guerre. Il traite ensuite des premiers combats du mois de mai puis du sursaut de début juin avant l'effondrement final. Le volume se termine par une impressionnante liste des sources et bibliographie, qui permettront à ceux qui le souhaitent d'aller plus loin. 

Folio Histoire, Paris, 2020, 1147 pages, 14,- euros.

ISBN : 978-2-07-287968-5.

 

Un ensemble absolument indispensable pour un prix modique.

 

Réédition bienvenue

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 00:01

Félix Amiot

Un industriel normand de l'aéronautique

et de la construction navale

Justin Lecarpentier

Issu d'une thèse remarquée, cette biographie d'un grand industriel de l'aéronautique et des constructions navales mérite de figurer dans toute bonne bibliothèque d'histoire militaire.

Chaque amateur de l'histoire militaire française connait le nom d'Amiot, jeune ingénieur essentiellement autodidacte qui fonde en pleine Première Guerre mondiale une société de construction d'avions, la SECM (Société d'emboutissage et de constructions mécaniques) et qui travaille d'abord principalement en sous-traitance des grands constructeurs de l'époque. Mais bien peu savent qu'il se distingue jusqu'au début des années 1970 dans la construction navale pour de nombreuses marines de guerre. Dans l'entre-deux-guerres, il devient rapidement un avionneur reconnu mais, paradoxalement, ses succès et l'accumulation de records n'empêchent pas qu'il se heurte à l'opposition du ministère de l'Air (nationalisation, paiements, volume des commandes, etc.). L'auteur nous propose ensuite quelques belles pages sur les difficultés de la mobilisation industrielle en 1939-1940 (86 Amiot 350 livrés pour 1800 commandés). Ses usines partiellement détruites pendant la campagne de France, il fait la rencontre à Vichy de Loustaunau-Lacau et doit cependant s'engager dans la collaboration industrielle avec l'Allemagne (tout en donnant pour consigne de ralentir au maximum la production). Le chapitre consacré à ce délicat exercice d'équilibriste pendant l'Occupation est tout à fait intéressant. Après la Libération, entre nationalisation et réquisition, Félix Amiot doit finalement se reconvertir et fait le choix de la construction navale à Cherbourg, d'abord dans le domaine de la pêche. Il devient ainsi le premier employeur de la ville et président de sa chambre de commerce. A partir du début des années 1950, il s'engage également dans la construction navale militaire, d'abord pour la France, puis à l'exportation, jusqu'à l'affaire des "vedettes de Cherbourg", sous embargo mais récupérées par les Israéliens.

Mort en 1974, Félix Amiot reste une personnalité incontournable à la fois de l'aéronautique et de la construction navale et, à ces titres, méritait bien cette biographie qui, par bien des côtés, complète notre connaissance des réseaux décisionnels entre monde des affaires, personnel politique et états-majors.

OREP Editions, Bayeux, 2020, 478 pages. 24,50 euros.

ISBN : 978-2-8151-0501-9.

Capitaine d'industrie

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 00:05

1940

Vérités et légendes

Merci au site Bir Hacheim pour ses mots aimables à mon égard et cette présentation de mon livre, avec cette remarque : "L'un des intérêts majeurs de l'ouvrage est de s'appuyer sur une bibliographie récente qui nous est proposée en annexe". C'est vraiment un choix personnel que d'avoir, sur une pagination limitée, consacré vingt pages à une bibliographie aussi complète que possible.

Pour lire l'ensemble de la présentation : ici.

ECHOS (13)

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 00:01

Berthier, Bertrand et Caulaincourt

Des fidèles de Napoléon issus de l'Ancien régime

Jean Etèvenaux

Fin connaisseur de l'histoire napoléonienne, Jean Etèvenaux nous propose dans ce petit volume trois portraits de proches de l'empereur issus de l'ancienne petite noblesse de province, fidèles parmi les fidèles après avoir servi l'Ancien régime mais d'abord serviteur de l'Etat.

Considérant qu'au-delà des bouleversements révolutionnaires il y a aussi une vraie continuité de la France (voilà un sujet qui ne manque pas d'intérêt avec la démagogie ambiante), l'auteur revient d'abord sur Napoléon lui-même, "boursier du roi de France avec un brevet de lieutenant en second en septembre 1785 ... Contrairement à d'autres généraux de l'époque, ce n'est pas la Révolution qui lui a donné tous ses grades : lorsque la monarchie est renversée, il est déjà capitaine et a bénéficié de la formation d'une arme savante, l'artillerie". Il revient sur les influences d'Ancien régime du futur empereur et fait le point des maréchaux et des ministres issus de la monarchie. Il traite ensuite de Berthier, qui était déjà chevalier des ordres de Saint-Lazare et de Saint-Louis avant la Révolution, l'irremplaçable chef d'état-major impérial que Napoléon Ier pouvait réveiller jusqu'à 17 fois en une nuit ! Il s'attache ensuite à la figure de Bertrand, "le plus fidèle", qui accompagne Napoléon de l'armée d'Italie en 1797 à Sainte-Hélène, issu d'une famille de petite noblesse du Berry. Il termine par Caulaincourt, "le plus clairvoyant", descendant par les femmes du grand Sully et dont la famille est d'ancienne noblesse picarde, que Napoléon fera général et ambassadeur. Il est en quelque sorte représentatif de ces élites d'Ancien régime, soucieuses de l'intérêt de la France.

Un petit ouvrage que l'on lit avec plaisir et qui réconcilie (utile en ces temps troublés) "les deux France" et la complexité de son histoire.

Editions Cabédita, Divonne-les-Bains, 2020, 92 pages.

ISBN : 978-2-88295-879-2.

Pour commander en France :

Diffusion DRL : drl-est@orange.fr

Fidèles, à la patrie

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 00:01

Jouer la guerre

Histoire du wargame

Antoine Bourguilleau

Depuis au moins une vingtaine d'années, les "jeux de guerre" bénéficient d'une popularité croissante dans le grand public, succès notamment confirmé grâce au développement des moyens informatiques individuels. Mais il s'agit pourtant initialement d'une activité proprement militaire de formation et non d'un "simple" loisir. Ce livre se propose de nous le démontrer, de nous l'expliquer et de nous en faire comprendre les ressorts.

Au-delà de la formation individuelle et collective du soldat, l'auteur précise la problématique dès son introduction : "Comment entraîner des généraux ... à manoeuvrer des troupes à grande échelle, sur un territoire ? A saisir quelles sont les routes à éviter, les points névralgiques de l'ennemi ? A mesurer leurs lignes de communication tout en menaçant celle de l'adversaire ?". La disponibilité d'une excellente cartographie est bien sûr essentielle, et Antoine Bourguilleau cite plusieurs définitions dont celle-ci : "Un wargame est une tentative de se projeter dans le futur par le biais d'une meilleure compréhension du passé. Le wargame est une combinaison de jeu, d'histoire et de science". Il précise également qu'il ne prend pas en compte dans son étude les jeux vidéos et les études tactiques sur le terrain (staff ride). Tout en reconnaissant que le sujet pourrait permettre de remonter à l'Antiquité, il organise son ouvrage en trois grandes parties. La première, "Le Kriegsspiel (1600-1900)", évoque la naissance du jeu de guerre moderne sous forme de jeux d'échecs, de carte ou "de l'oie" modifiés, la constitution de la collection des plans-reliefs, l'évolution majeure initiée par Johann Christian Hellwig en 1780 et ses adaptations successives avec notamment les Reisswitz père et fils et la prise en compte de l'imprévu, caractéristique des opérations militaires. A partir des années 1820 le Kriegsspiel est progressivement adopté par l'armée prussienne. Jusqu'à la fin du siècle, la France reste en retard : "Certains voient le Kriegsspiel d'un mauvais oeil, comme un invention allemande de peu d'intérêt". La deuxième partie, "Le Wargame (1900-1950)", montre bien le développement mondial des jeux de guerre, en particulier la guerre navale, notamment aux Etats-Unis, mais en souligne aussi les limites comme dans le cas du Japon en 1940/1941 : "Le wargame n'a de pertinence qu'utilisé dans de bonnes conditions, qu'il est cependant difficile de réunir : données fiables, comportements logique pour chaque camp, capacité d'abstraction, honnêteté à défaut d'objectivité. Sans cela, la boussole du wargame, qui n'indique jamais tout à fait le nord, se dérègle". Constatons qu'à nouveau la France ne fait pas partie des "bons élèves". La troisième partie enfin, "La simulation militaire au tournant du XXIe siècle", s'intéresse aux évolutions récentes depuis la fin des années 1970 avec le rôle de Guy Debord mais aussi l'intervention de la Rand Corporation, avec cette réserve : "Un ordinateur aurait probablement conseillé aux Britanniques de faire la paix avec Hitler en 1940"... Comment représenter la volonté et la détermination de Churchill dans le jeu ? Rendant un hommage mérité de promoteur en France à Laurent Henninger, l'auteur constate néanmoins que c'est bien dans le monde anglo-saxon (département des War Studies du King's College de Londres) que les jeux de guerre s'épanouissent aujourd'hui encore. Avec ce bilan : "Au cours de notre étude, nous avons été frappé de constater que le jeu de guerre, en France, et sa pratique au sein de l'armée et de la marine, sont largement passés sous le radar de l'étude historique". Des armées françaises qui seraient "dans un trou noir".

Un livre qui devrait passionner non seulement tous les historiens des questions militaires, mais aussi (surtout ?) les militaires eux-mêmes, car il ouvre des pistes de réflexion multiples sur la formation du commandement de demain et le développement de capacités d'initiative. Une excellente publication.

Passés/Composés, Paris, 2020, 265 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3090-2.

Simuler la guerre pour apprendre

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 00:01

Paris en guerre, 1914-1919

Comment la capitale a géré le conflit et la victoire

Marc Ambroise-Rendu

Après de nombreuses études locales et régionales parues en province pendant les commémorations du centenaire de la Grande Guerre, voici un ouvrage consacré à la capitale. Heureuse initiative.

Notons immédiatement que si l'auteur est "féru d'histoire militaire" selon la quatrième de couverture, il reste assez approximatif pour ce qui concerne les questions proprement militaires (En septembre 1914 "les généraux ramassent le pouvoir" ? ; "Le GQG est une sorte de gouvernement des forces armées" ?), et l'on peut regretter l'absence de référence et de bibliographie. Ceci étant dit, le livre est tout particulièrement intéressant, car il est bien centré sur la capitale et sa population. En dix chapitres chrono-thématiques, Marc Ambroise-Rendu aborde ainsi tous les domaines, de la guerre aux portes de Paris fin août-début septembre 1914 à "Paris capitale du monde" pendant le premier semestre 1919 lors de la préparation du traité de paix. Parmi les thèmes traités : la guerre aérienne et la (difficile) défense contre avions, la mobilisation industrielle et le formidable effort de fabrications de guerre en région parisienne, le service de santé et les soins aux blessés de Marie Curie aux péniches-ambulances en passant par la multiplication des hôpitaux et le sort des blessés, les loisirs, le cinéma, les expositions, le café-concert et les multiples divertissements dans une capitale qui accueille des soldats de tous les continents, la direction de la guerre des hésitations initiales à la détermination de Clemenceau. Il termine par les représentations de la guerre dans les établissements parisiens à travers la peinture, le dessin, les chansons, le théâtre, etc..., et par l'héritage que l'on peut en retenir (motorisation, aviation, question en suspens du suffrage des femmes, etc.). 

Rédigé dans un style vif, dynamique, le livre est facile à lire et l'on ne s'ennuie jamais. Il multiplie sur un rythme rapide les informations parfois très factuelles, mais souvent significatives. Entre récit global sur l'histoire d'une capitale en guerre et recueil classé d'anecdotes, l'ensemble est plutôt équilibré et mérite indiscutablement de prendre sa place dans toute bibliothèque spécialisée sur la Grande Guerre . 

Economica, Paris, 2020, 349 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-7178-7110-4.

CAPITALE EN GUERRE

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile