Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 06:00

Conquête et sociétés coloniales

NRH hors-série n° 9

Pour ce numéro thématique, la NRH propose un tour d'horizon en un peu moins de vingt articles des mondes coloniaux. Assez largement franco-centré sans que cela soit exclusif, il consacre (en proportion) une pagination importante (5 articles) à l'Algérie. Dans les articles initiaux, Raoul Girardet souligne la faible adhésion de la population métropolitaine à l'aventure coloniale. Parmi les autres articles, sont abordés le Congo belge et l'empire colonial allemand (par Bernard Lugan), l'Extrême-Orient (la Chine, l'Indochine et les Indes néerlandaises). Plus original, Julie d'Andurain nous parle des tirailleurs sénégalais, Philippe Conrad de l'Irak britannique et Gérard Hocmard revient sur "L'Angleterre maîtresse des mers". Le ton posé et souvent contrasté de Jean de la Guérivière pour le dernier article ("Une colonisation vue sans repentance") est souvent bien plaisant : où comment savoir (re)contextualiser les événements.

 

Empire colonial
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 05:50

La guerre de Sept Ans (1756-1763)

Guerres & Histoire - n° 21

Il y a des petites choses du quotidien qui font plaisir, comme l'ouverture du dernier numéro de Guerres & Histoire. Ce n° 21 n'échappe pas à la règle.

Outre le dossier en cinq articles sur la guerre de Sept dans ses différents aspects et théâtres d'opérations, ce qui n'est pas rien en termes de pagination, pratiquement tous les articles retiennent l'attention, qu'il s'agisse de nous parler de la "guerre de continuation" entre la Finlande et l'URSS, de la bataille de Teutoburg entre Romains et Germains ("Varus, rend moi mes légions !"), d'un conflit local entre le Honduras et le Salvador en 1969 ("La guerre de cent heures"), de la constitution de groupes armés islamistes dans la Bosnie des années 1990, de l'histoire des célébrissimes épées de Damas et de leur exceptionnel acier, ou de la présentation de l'amiral Aube et de sa doctrine navale de la "Jeune école". Ajoutons les nombreuses et diverses chroniques régulières, et nous avons un vrai cocktail d'histoire militaire.

Vivement (déjà) le prochain numéro !

(Première) guerre mondiale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:00

Félix et Colette Pijeaud

Deux héros oubliés de la France Libre

André Martel

Véritable rénovateur de l'enseignement universitaire de l'histoire militaire à partir des années 1960, le professeur André Martel a publié il y a quelques années ce livre, dont la (re)lecture retient toute l'attention.

Dans cet ouvrage, André Martel revient sur l'engagement d'un couple exceptionnel dans la France Libre, tous les deux ayant finalement payé ce choix du sacrifice de leur vie. Partant d'une phrase du général de Gaulle comparant Pijeaud à Leclerc, bel hommage, il s'interroge également sur les "critères" qui font que le second soit entré vivant dans la légende, alors que le couple Pijeaud est (presque) totalement enfoui dans l'anonymat le plus complet. Pour ce faire, il nous propose une double biographie exemplaire dans le fond comme dans la forme, scandée par de nombreuses citations toujours judicieusement choisies, alternant informations factuelles de détail et considérations plus larges ou plus hautes. Son excellence connaissance de l'institution militaire permet à André Martel de "lire entre les lignes" des rapports et documents officiels sans se laisser entraîner à des interprétations erronées ou à des conclusions anachroniques. Le livre nous permet ainsi de retrouver une page de l'histoire de l'aviation militaire puis de l'armée de l'air jusqu'en 1939, y compris pendant les opérations au Maroc, car l'auteur fait régulièrement l'aller-retour entre la vie de Félix Pijeaud et l'arme aérienne durant cette période. Dès le 24 juin 1940, Pijeaud rejoint Londres via Gibraltar, tandis que son épouse entre en résistance en juillet. Alors que l'immense majorité de la population suit le maréchal Pétain, ce double choix précoce interpelle. Nous suivons ensuite l'un puis l'autre l'autre dans leur engagement patriotique. Le premier comme chef d'état-major des Forces françaises aériennes libres (il en est le seul officier d'active breveté !) qu'il faut totalement organiser, puis au commandement du groupe 'Lorraine', jusqu'à sa mort après avoir été abattu au-dessus de la Libye. La seconde, entrée "en résistance comme on entre en religion", multiplie les activités de renseignement, de recrutement et d'asile jusqu'en mai 1943, date de son arrestation avant de mourir à Ravensbrück à la fin de la même année. Dans le dernier chapitre ("Deux hommages, deux époques, 1945-1992") André Martel évoque deux cérémonies commémoratives à quarante-sept ans de distance l'une de l'autre à Sanary, puis tente d'expliquer pourquoi ce couple est (presque) totalement tombé dans l'oubli et il en identifie différentes causes sociales, culturelles ou objectives.

Une étude qui, à partir d'unexemple particulier significatif, nous replace dans le contexte plus large des combattants de la France Libre et de l'action de la Résistance. Une double biographie qui passionnera les amateurs d'histoire de la Seconde guerre mondiale aussi bien que ceux qui s'intéressent à l'armée de l'air.

Editions Privat, Toulouse, 2006, 17 euros.

ISBN : 2-7089-6867-X.

Héros oubliés
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:00

L’armée allemande

Tranchées hors-série - n° 8

En près de 30 brefs chapitres d’une à deux pages doubles, voici une présentation d’ensemble non seulement de l’armée allemande de 1914 mais aussi de ses évolutions au cours de la guerre. Le fascicule étant largement illustré, il en résulte que la place laissée au rédactionnel pour chaque sujet est parfois limitée, ce qui constitue l’une des difficultés incontournables de cet exercice ambitieux. Les lecteurs trouveront néanmoins au long de ces 80 pages de très nombreuses informations, puisque cette armée impériale est « décortiquée » de son organisation générale du temps de paix à toutes les armes, subdivisions d’armes, directions et services, qu’il s’agisse de la DCA naissante parallèlement au développement de l’arme aérienne, à la bien peu connue division d’infanterie de la Marine, aux services ferroviaire, techniques, sanitaires, etc. Seule l’artillerie, comprise dans sa globalité, bénéficie de plusieurs chapitres (de campagne, lourde, de tranchées, etc.) et une place plus importante aurait peut-être pu être accordée aux Chaque chapitre est fortement référencé, et l’on observe que l’essentiel des sources citées est constitué d’ouvrages allemands parus dans les années 1920 voire 1930, ce qui constitue à la fois une plus-value en terme de bibliographie mais aussi un risque (puisque ces publications sont rarement exemptes de volonté d’auto-justification, voire d’auto-glorification). On note toutefois quelques ouvrages plus récents des années 2000. Les nombreuses photos, régulièrement en double page, qui scandent le texte ne manquent pas d’intérêt. Une bonne synthèse rapide, qui permet également aux amateurs intéressés d’aller plus loin.

Présentation générale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 06:00

Robespierre

Hervé Leuwers

Si les productions relatives à la Grande Guerre sont extrêmement nombreuses, reconnaissons que la période révolutionnaire reste bien représentée, ce qui témoigne de son importance dans notre histoire et des échos qu'elle inspire encore aujourd'hui.

Figure emblématique de la Révolution française, et en particulier de sa phase radicale avec la Convention montagnarde et le Comité de salut public, Robespierre voit souvent son nom associé (assez justement reconnaissons le) à la Terreur et reste l'un des personnges les plus controversés de la période. Lui consacrer une (nouvelle) biographie est donc à la fois un pari et un challenge. Hervé Leuwers, spécialiste des questions juridiques à la même époque, fait le choix d'une méthode de travail intéressante qui accorde toute leur importance aux années qui précèdent la Révolution : "Il ne s'agit donc pas de défendre ou d'accuser. Loin de tout éloge et de toute diatribe, il s'agit d'écarter les légendes noires ou dorées, afin de brosser le portrait d'un homme du XVIIIe siècle aux différents âges de sa vie". Une méthode qui nous plait et qui doit permettre de "lui rendre sa complexité d'homme". En vingt-quatre chapitres relativement brefs, l'auteur revient donc sur l'ensemble de la vie de l'Incorruptible, qui fut l'un des plus brillants élève de Louis-le-Grand avant de s'installer comme avocat à Arras, où il accède très tôt à une notoriété qui dépasse les frontières de la province. Dans un siècle marqué par les progrès des Lumières, il parle (et écrit) de "bonheur" et de "liberté", de "conservation des droits de l'homme", de "la tranquillité des citoyens", mais contrairement à une légende noire ne quitte pas sa ville en avocat déconsidéré, au contraire, et Hervé Leuwers le montre en revenant sur ses nombreuses plaidoiries. Député du Tiers de la province d'Artois en 1789, il n'hésite pas dès les premiers jours à s'opposer à ses pairs pour rester fidèle à ses principes et commence à publier des brochures qui contribuent à forger sa notoriété parisienne. Il a le souci de faire passer ses idées : "Pendant les années 1789 et 1790, il compte avant tout sur la presse, qui se fait l'écho des travaux de l'Assemblée". Il est, dès cette période, convaincu que les changements politiques, institutionnels et sociaux doivent être de très grande ampleur. De la défense de la Constitution à son ralliement à la guerre , de son opposition à La Fayette à la définition de sa conception de la République, de ses explications sur la nécessaire condamnation du roi à la justification de la plus extrême rigueur au nom de la révolution et de la patrie, des décrets de ventose et du sommet de l'Etat à la défense de Danton (et oui, pendant e longues semaines), à la 'Grande Terreur' et aux derniers jours de Thermidor, l'auteur suit ainsi pas à pas Robespierre dans ses efforts, ses envolées lyriques, ses décisions en apparence sans concession : "Dans cette situation, la première maxime de votre politique doit être qu'on conduit le peuple par la raison, et les ennemis du peuple par la terreur". Le mot est lancé. Les événements vont s'accélérer alors même que son étoile commence à pâlir : "Le discours de Robespierre devient ambigu, inaudible ; qui peut comprendre qu'il veut à la fois plus et moins de terreur ?"... Paradoxe final, qu'Hervé Leuwers explique et qui ne correspond pas à l'image d'Epinal généralement répétée. 

S'appuyant sur plus de soixante pages de notes, source et bibliographie, le livre se lit avec plaisir et aisance. Une biographie qui comptera sans aucun doute très rapidement dans les ouvrages de référence sur la période. 

Fayard, Paris, 2014, 458 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-213-67156-7.

L'Incorruptible
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 05:50

Le roman des Russes à Paris

Alexandre Jevakhoff

Si quelques épisodes, en particulier au XIXe siècle, sont relativement connus, ce livre nous fait revivre quelques dix siècles de relations et d'échanges entre la France (et les Français) et la Russie (et les Russes). Ecrit par un homme qui est lui-même l'héritier direct d'une longue généalogie russe, l'ouvrage fait par ailleurs fréquemment référence aux pensées ou souvenirs de l'auteur.

L'histoire commence par le mariage du roi Henri Ier avec Anna, princesse de Kiev, première capitale de la Russie. Elle se termine après la Seconde guerre mondiale avec la journaliste Nina Berberova. Entre temps, nous cotoyons des tsars ou des membres de la famille impériale en visite à Paris à différentes époques, des cosaques occupant la capitale après la chute de Napoléon Ier, des révolutionnaires exilés dont un certain Lénine qui habite un temps du côté du parc Montsouris, des écrivains, artistes, musiciens et maîtres de ballet tout au long du XIXe siècle, des policiers et des agents provocateurs aussi, les Russes blancs des années 1920 bien sûr, qui ne sont pas tous ruinés e qui ne seront pas tous chauffeurs de taxi, le monde de la mode et celui de la danse sans oublier l'assassin de Paul Doumer. Puis vient la dernière génération : Pierre Tchernia, Vladimir Volkoff, Roger Vadim, etc.

Tout autant roman familial que récit historique, ce livre facile à lire, constitué de brefs chapitres, n'a pas d'autre prétention que de rappeler l'ancienneté et la densité des liens entre les deux nations et les deux peuples, et il est heureusement complété par une bibliographie assez importante, qui permettra au lecteur intéressé d'aller plus loin. Un "roman" agréable qui nous permet de retrouver bien des événements historiques.

Ediitions du Rocher, Monaco, 2014, 304 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-268-07623-2.

Une présence millénaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 06:00

Les Demoiselles aux pompons rouges

La résistance héroïque des Fusiliers marins à Dixmude

Benjamin Massieu

Remarqué il y a quelques mois pour sa biographie de Philippe Kiefer, Benjamin Massieu nous propose un récit factuel, très enlevé, en hommage aux combats des fusiliers-marins de l'amiral Ronarc'h à l'automne 1914.

Lorsqu'ils quittent le secteur de Dixmude le 16 novembre 1914 après vingt-six jours sans interruption de combats héroïques et avoir interdit aux Allemands le franchissement de l'Yser, la brigade de fusiliers-marins a perdu l'équivalent de son effectif de départ... En six chapitres, Benjamin Massieu retrace l'ensemble de l'épopée, de l'arrivée de ces marins rapidement extraits au début d'août des dépôts de la Flotte dans la capitale pour contribuer d'abord à l'ordre public puis éventuellement à sa défense, à son transfert début octobre vers Dunkerque, puis leur engagement incessant au feu pendant plus d'un mois. L'héroïsme des défenseurs de Dixmude (la tactique est simple : mourir sur place. Et cet ordre : "Sacrifiez-vous. Tenez au moins quatre jours") sera très vite mis en valeur dans la presse alliée, et ce à très juste titre. Les chapitres 4, 5 et 6 décrivent par le menu cette bataille dantesque face à un adversaire très supérieur en nombre, lourdement équipé en artillerie, dans l'environnement fantasmagorique d'une ville totalement en ruines, sous la pluie quasi-permanente et dans des tranchées noyées. Renforcés par des tirailleurs sénégalais, leurs lignes souvent mélangées à celles des Belges et en liaison étroite avec la célèbre 42e DI du général Grossetti, les fusiliers-marins devront finalement abandonner la ville après avoir perdu presque 50% de leur effectif en une journée, mais parviendront à se rétablir sur la rive occidentale de l'Yser qu'ils transforment en "un bastion infranchissable".

L'iconographie, nombreuse et variée, est exceptionnelle, ce qui renforce encore l'intérêt du volume. De l'histoire-bataille assez classique, mais efficace. 

Editions Pierre de Taillac, Villers-sur-Mer, 2014, 159 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-046-2.

Epopée
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 06:00

L’Ouest dans la Grande Guerre

14-18

Ouest-France hors-série

Voici un album de quelques 125 pages qui raconte l’ensemble de la Première Guerre mondiale sous l’angle de la participation de l’Ouest au conflit et à partir d’une large sélection de lettres privées et carnets personnels. Organisés chronologiquement, année par année, de 1914 à 1919, quelques 45 articles (parfois assez brefs) illustrent toute l’histoire de la guerre, sur le front comme à l’arrière. Le procédé a, certes, l’inconvénient de ses qualités (il polarise l’attention sur un point de vue particulier peu contextualisé au détriment d’une approche plus large), mais il est aussi riche d’émotions et d’enseignements. Par ailleurs, le volume témoigne d’un réel souci de précision (la cartographie des cinq corps d’armée de l’Ouest à la veille de la guerre, pp. 12-13) et, tout en soulignant les fautes, les échecs et les erreurs, évite tout manichéisme caricatural (un regret toutefois avec le peu de critiques portées sur certaines illustrations, comme la photo bien connue du colonel Desgrées du Lou sortant de sa tranchée le drapeau de son régiment à la main, dont l’authenticité "au combat" peut être sérieusement discutée).

Néanmoins, sans doute à ce jour l’un des meilleurs numéros hors-série réalisé par la presse régionale en cette année du centenaire.

Une région en guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 06:00

Cher Leader

Une plongée hallucinante en Corée du Nord

Jang Jin-Sung

Voici un témoignage exceptionnel, au point que l'on en arrive parfois à se demander si tout est bien réel. Un intellectuel nord-coréen ayant appartenu à la haute nomenklatura avant de fuir son pays raconte ce que fut sa vie de privilégié du régime.

Le prologue nous raconte comment l'auteur fu choisi par le maître du pays à l'occasion d'un repas privé au milieu de la nuit sur une île isolée au fond de la province... Mise dans l'ambiance on ne peut plus adaptée. Le livre est ensuite organisé en trois grandes parties chronologiques qui raconte d'abord les doutes qui assaillent peu à peu Jang Jin-Sung ("Guerre psychologique"), puis la fuite via la Chine communiste ("Le fugitif"), enfin la difficile, voire rocambolesque exfiltration vers l'ouest après un long séjour en Chine ("La liberté"). Au fil des chapitres, outre le récit des événements eux-mêmes qui marquent cette longue progression vers le monde libre, l'auteur nous raconte ses souvenirs de Corée du Nord et émaille son propos d'anecdotes aussi sombres qu'ubuesques. Jang Jin-Sung était employé dans les services de propagande du régime, priorité du "Cher Leader" aussi bien à usage interne qu'externe, chargé d'écrire l'histoire officielle du maître : "Chargé de cette glorieuse mission, je travaillais à la section V (littérature), division 19 (poésie), du bureau 101. Malgré une mystérieuse et involontaaire évocation -la salle 101 d'Orwell-, ce bureau était, ironiquement, appelé ainsi afin d'éviter toute allusion à la nature de notre travail". Nous touchons du doigt la misère et la famine qui frappent le peuple : "Ce soir-là, au dîner préparé par la mère de Youg-nam, il me fallut encore ravaler mes larmes quand elle nous expliqua fièrement qu'elle avait pu m'offrir à moi, son invité, un demi-bol de riz -elle en avait mis de côté dix grainsà chaque repas ... Quand je lui demandai depuis combien de temps elle économisait le riz, elle me répondit : 'Trois mois'. Je n'aurais jamais cru que ces gens en aient été réduits à compter leurs grains de riz". Il nous raconte l'équivalent nord-coréen de la Révolution culturelle, décrit l'organisation familiale du pouvoir et ses évolutions paranoïaques, le fils détenant le pouvoir réel là où le père conserve les titres et les fonctions officielles, "ce qui rendait impossible pour les étrangers d'analyser le fonctionnement de la Corée du Nord, dans la mesure où la hiérarchie officielle ne servait qu'à faire taire la vieille garde tandis que le vrai pouvoir était tenu par des personnes de confiance qui échappaient à tout contrôle public. Autrement dit, les partisans de Kil Il-sung pouvaient bien avoir tenu des postes prestigieux, l'autorité reposait entre les seules mains des collaborateurs de Kim Jong-il". Il s'attarde également sur les manoeuvres qui entourent les purges régulières, qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de cadres du parti, tandis que le peuple continue à mourir de faim. On sait que toutes les organisations sont strictement contrôlées par le parti communiste, y compris les structures religieuses officielles, mais l'on apprend même que dans les rares églises de Pyongyang "les assemblées sont composées exclusivement d'agents du DFU et des membres de leurs familles, obligés d'assister à la cérémonie par devoir pour le parti. Aucun Nord-Coréen moyen ne pourrait seulement songer à venir célébrer un quelconque culte dans ces bâtiments, dans la mesure où ceux-ci se trouvent dans des zones opérationnelles dont l'accès est strictement réservé au personnel du DFU". En clair, employé par le parti à faire semblant d'être croyant !!! L'auteur nous explique également en quoi la politique de "réchauffement" (dite "du rayon de soleil") du Sud à l'égard du Nord de la péninsule a contribué à consolider le régime des Kim sur le point de se désintégrer après cinq années de famine généralisée : "Au milieu de 1998, Kim Jong-il avait ordonné au département du Front uni d'exprimer une stratégie d'Exploitation du rayon de soleil qui permettrait au parti de tirer de la Corée du Sud des bénéfices économiques indispensables tout en faisant le moins de concessions possibles". Les exemples pourraient être ainsi multipliés ("A Pyongyang, siège du parti, aucun des rares piétons circulant dans la nuit obscure ne passerait jamais pour un citoyen en goguette. Tous autant qu'ils sont -y compris les enfants, les étudiants et les soldats- ne pourraient être que des citoyens mobilisés pour un événement politique ou pour des exercices"), et pourtant l'auteur termine presque par une pirouette : "Chez nous, il existe deux Corées du Nord : une réelle et une imaginaire, créée par le régime. Ce n'est qu'après ma fuite que j'ai reconnu l'existence d'une troisième Corée du Nord : théorique. Celle construite par le monde extérieur"... 

J'ai parfois du mal à comprendre quels facteurs, quels héritages culturels ou religieux, peuvent expliquer le complet asservissement d'un peuple jusqu'à un tel stade. Car enfin, la peur n'explique pas tout et même dans les pires dictatures des mouvements de résistance s'organisent. Quoi qu'il en soit, voici une lecture absolument indispensable pour quiconque souhaite s'intéresser à l'immense camp de prisonnier "du Matin calme". 

Ixelles éditions, Paris, 2014, 366 pages. 23,90 euros.

ISBN : 978-2-87515-229-9.

Stupéfiant
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Extrême-Orient
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 06:25

Mémoires du chef des services secrets

de la Grande Guerre

Charles Dupont

Préfacé par Michael Bourlet et présenté par Olivier Lahaie, ce livre nous propose de découvrir les mémoires de l'homme qui fut au coeur, avant, pendant et après la Grande Guerre, des services de renseignement militaire français.

Les mémoires à proprement parler du général Dupont font d'abord l'objet d'une profonde mise en contexte d'Olivier Lahaie qui présente en une cinquantaine de pages l'homme et sa carrière. Puis, le texte de l'ancien chef des services de renseignement français commence, et les lecteurs habitués à la lecture de souvenirs de guerre seront sans doute surpris. En effet, Charles Dupont ne raconte pas le détail du quotidien de "sa" guerre, mais multiplie les brefs chapitres thématiques, dans l'ordre chronologique des événements qui le marquèrent. Les cinq premiers chapitres sont consacrés à des situations vécues avant 1914, puis cinq chapitres traitent de questions particulières (unités de réserve allemandes, violation de la neutralité belge, plan de concentration, entrée en campagne des Russes, etc.). Onze chapitres abordent ensuite divers épisodes de la guerre (la Marne, Verdun, la chute de Joffre, etc.), puis Dupont parle de ses missions en Allemagne, en Silésie et en Pologne. Sa conclusion montre bien son excellente connaissance de l'armée allemande, dont il décrit dans les années 1920 ce que peut devenir (et deviendra) la Reichswehr de 100.000 hommes. Au fil du texte courant, Olivier Lahaie précise les annotations et ratures qui figurent sur le document original, ce qui est parfois révélateur. On peut regretter que Charles Dupont ne développe pas davantage certains aspects, car pour de nombreux chapitres il faut en rester à une affirmation rapide et le lecteur reste quelque peu sur sa faim. Il faut le croire sur parole, alors même qu'il est fort peu critique à l'égard de son propre service et ne semble se reconnaître aucune erreur. Cependant, ce texte vif et dense est particulièrement intéressant et rend sans aucun doute bien compte de ce que fut son rôle.

Un livre particulièrement utile pour quiconque s'intéresse non seulement à la Grande Guerre elle-même, mais aussi à ses suites et conséquences en Europe orientale, heureusement complété par plusieurs pages de notes, sources et bibliographie. A inclure sans hésitation dans toute bibliothèque sur la Première Guerre mondiale.

Histoire & Collections, Paris, 2014, 297 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-35250-358-3.

Renseignement
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile