Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 06:00

Les étrangers dans la Grande Guerre

Laurent Dornel

Une petite brochure peu onéreuse et particulièrement dense au regard de son format limité, qui traite tout à la fois des civils et des militaires, venus dans l'hexagone de l'empire français et des quatre coins du globe, pendant la Première Guerre mondiale.

En moins de 100 pages petit format, Laurent Dornel nous présente en cinq grandes parties les représentants du monde entier qui se pressent en France pendant la Grande Guerre. Dans un premier temps, il s'intéresse aux étrangers au sens juridique du terme, qu'il s'agisse des ressortissants des puissances centrales (dont les Alsaciens-Lorrains), des neutres (Italiens), des civils (travailleurs) comme des militaires (dont environ 450.000 soldats allemands prisonniers en France à la fin de la guerre). Dans la seconde partie, il traite plus largement du recrutement, de l'organisation en unités et de l'emploi aux armées des contingents coloniaux, des volontaires étrangers, et des armées étrangères stationnées sur le front de France. La troisième aborde la question des étrangers au travail dans les usines de guerre et dans l'agriculture, tandis que la quatrième et la cinquième s'interrogent sur les relations entre population autochtone et étrangers (en insistant assez lourdement sur "les violences raciales" et en adoptant parfois une théorie anticapitaliste qui prête à discussion), puis sur les conséquences dans l'après-guerre.

La conclusion (en particulier ses dernières lignes) entraîne le lecteur, au risque de l'anachronisme, dans des considérations sur l'Europe d'aujourd'hui et so rapport à ses étrangers du début du XXIe s., propos qui n'ont plus grand chose à voir avec la situation de la Grande Guerre. Ceci étant, la brochure se distingue par le nombre et la précision des chiffres et des faits et a toute sa place parmi les ouvrages consacrés à la Première Guerre mondiale.

Musée de l'histoire de l'immigration et La Documentation Française, Paris, 2014, 87 pages, 8 euros.

ISBN : 978-2-11-009832-0.

Le monde en France
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 06:20

Gambetta

Le commis-voyageur de la République

Jean-Philippe Dumas

L'importance de la personnalité de Gambetta dans la vie politique française de la deuxième moitié du XIXe siècle justifiait pleinement la parution de cette (petite mais utile) biographie.

Celui qui, à trente ans, a battu aux élections législatives le vénérable Adolphe Thiers et le très célèbre Ferdinand de Lesseps, celui qui fut l'animateur du gouvernement de la Défense nationale et qui devait mourrir à 44 ans alors qu'il envisageait "un ambitieux programme de réforme des institutions" gagne à être connu. Cette biographie destinée au grand public est donc d'autant plus bienvenue que l'on refait aujourd'hui, ici ou là, référence à Gambetta. L'opposant au Second empire, qui pendant "l'année terrible" cumule à Tours les postes de ministre de l'Intérieur et de ministre de la Guerre, connait certes de nombreux échecs (dont militaires), mais est aussi celui qui propose une nouvelle voie politique réaliste, restée dans l'histoire sous le nom "d'opportunisme". Orateur hors pair, il "sent" littéralement les évolutions de l'esprit public et défend l'idée d'une république d'ordre, à la fois soucieuse des questions sociales mais qui évite aussi les excès anti-religieux. Chef du gouvernement en 1881, il inspire une longue lignée d'hommes politiques, tant à gauche qu'à droite de l'arc parlementaire et mérite donc d'être redécouvert.

Un volume facile à lire, maniable. Une bonne synthèse à conserver sur l'étagère "IIIe République" de sa bibliothèque. 

Belin, Paris, 2014, 169 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-7011-5241-7.

Naissance de la IIIe République
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 06:00

Eloge de l'armée française

Dominique Lormier

Nous chroniquons régulièrement les nouveaux livres de Dominique Lormier, et tout en soulignant l'intérêt de certains titres nous avons à plusieurs reprises regretté une tendance marquée à l'hagiographie. Mais avec ce dernier opus, il franchit un pas supplémentaire, ou plutôt effectue un grand bond en arrière de plusieurs dizaines d'années.

Voici, en résumé, une version plus légère et modernisée de l'histoire de l'armée française "à la Weygand", avec encore moins de recul sur les événements. Assénant affirmations sur affirmations sans la moindre mise en contexte ni esprit critique, il passe systématiquement sous silence tout ce qui pourrait être considéré comme une réserve, aussi légère soit-elle. "Le budget de la défense est l'un des dix plus importants du monde" et "l'armée française est à la pointe de la modernité et en avance sur son époque tant au point de vue tactique que matériel" écrit-il en avant-propos. Oui, mais ce budget devient insuffisant pour entretenir les dits matériels, dont les taux de disponibilité réelle sont inquiétants. Et dans l'histoire ? Le FT 17 ? Une réussite à la fin de la Grande Guerre c'est vrai, mais il en reste en service au début de la suivante. Le Somua S 35 est un excellent char en 1940, mais combien d'exemplaires et avec quelle doctrine d'emploi ? Bref, de "La France des chevaliers" (est-elle la seule ?) aux opérations plus récentes du Golfe ou d'Afghanistan, pas le moindre recul : l'armée française est partout et toujours la meilleure et ne remporte que des succès. C'est flatteur, mais étonnant et pour le moins réducteur, donnant envie de rappeler que l'analyse honnête et lucide des échecs est plus utile pour préparer l'avenir que l'extase absolue devant l'icône des victoires. Bien sûr, aucune référence dans ce livre, si ce n'est une vague allusion finale aux "archives militaires françaises, allemandes, etc.", qui pourraient tout aussi bien être tamoules ou bouriates-mongoles sans que cela ne change quoi que ce soit Et si "l'armée française comprend 319.000 militaires de carrière" (dont rappelons-le une majorité de contrats à durée limitée), ce chiffre prend en compte quelques 105.000 gendarmes, ce qui change le ratio, et ne correspond en rien à une capacité de projection. Oui, les armées françaises restent indiscutablement parmi les meilleures au monde et font souvent l'admiration des pays voisins, mais l'armée de terre (celle qui mène le combat au sol et occupe le terrain) n'y figure bientôt plus qu'à la portion congrue. Le maintien d'une capacité opérationnelle digne de ce nom et le renouvellement urgent d'équipements vieillissants sont un combat quotidien. Comme ce fut souvent le cas dans le passé. Un passé dans lequel il n'est pas indispensable de se complaire, mais où il est souhaitable de trouver les ressorts d'un renouveau.

Le style "roman national" a ses limites et l'excès en toute chose n'est jamais bon. En un mot comme en cent, un livre peut-être contre-productif. A trop vouloir chanter les louanges et mettre en exergue l'excellence toujours, tout le temps et partout, quelles leçons en tirer ? "Tout va très bien, madame la marquise", le château est juste détruit par l'incendie...

Editions Pierre de Taillac, Villers-sur-Mer, 2014, 171 pages. 12,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-045-5.

Trop, c'est trop !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes unités services
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 07:00

1914-1918

Le Territoire de Belfort dans la Grande Guerre

Archives départementales du Territoire de Belfort

Cette petite brochure très complète au regard de son format présente en une cinquantaine de pages (fort bien illustrées) la situation particulière de cette ville-département fortifiée si proche du front. Après les premiers incidents de frontière dès les 1er et 2 août et l'éphémère offensive dans le sud de l'Alsace, il faut vivre et s'organiser pour durer, d'autant que de nombreux Belfortains, comme dans tout l'hexagone, sont aux armées et combattent jusque sur le front d'Orient. La ville connaît la guerre aérienne, accueille de nombreux hôpitaux et installations du Service de santé, mais aussi un centre d'espionnage du 2e bureau. La proximité avec la Suisse, restée neutre durant tout le conflit, donn enfin à cette région une importance particulière, d'autant que la présence militaire y reste importante et que les sitesindustriels y sont nombreux.

Un petit volume fort utile qui complète utilement notre connaissance des différentes régions de France pendant la Grande Guerre.

Le volume est directement accessible sur Calaméo : ici.

Belfort
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 07:00

Caroline Bonaparte

Soeur d'empereur, reine de Naples

Florence de Baudus

La soeur cadette de Napoléon, souvent critiquée pour son attitude en 1814-1815, méritait bien cette belle biographie, en partie réalisée à partir d'archives familiales inédites. 

Prénommée Maria-Annunziata à sa naissance en Corse, mais "rebaptisée" Caroline en 1796 alors qu'elle vient de croiser son futur époux, la soeur du général Bonaparte connait jusqu'en 1798 une jeunesse assez mouvementée, entre la France et l'Italie. Ce n'est qu'après la chute du Directoire que, dans le sillage de son frère, elle accède effectivement au 'Tout Paris' et se marie presque aussitôt à Murat. Elle a d'ailleurs croisé ce dernier à plusieurs reprises auprès de son frère et un véritable amour est né entre eux. Désormais, elle partagera sa gloire, et le suivra jusqu'à sa chute. L'ouvrage, écrit dans un style sobre, facile à lire, détaille ensuite les événements successifs, de l'installation du couple à Florence en 1801, puis à Paris en 1804 lorsque Murat devient gouverneur de Paris, en présentant les faits et en nous précisant ce qu'ils inspirent à Caroline. Avec la proclamation de l'empire, la famille bénéficie de titres et charges (moins toutefois que d'autres) et multiplie les réceptions fastueuses. La personnalité de Caroline, sa détermination et sa force de caractère se manifestent de plus en plus nettement. La réorganisation familiale de l'Europe qui suit la victoire d'Austerlitz et le traité avec l'Autriche fait de Caroline en 1806 une grande-duchesse de Berg et de Clèves, nouvelle entité créée par Napoléon Ier, ce qui à la fois la flatte mais la laisse insatisfaite par comparaison avec les titres royaux de ses frères. C'est en Espagne que Murat, malade, apprend de l'empereur qu'il va recevoir le royaume de Naples, Joseph étant quasiment "muté" à Madrid. Mais les conditions posés par Napoléon Ier blessent Joachim et Caroline : elles "instillent un venin mortel dans le coeur de Murat, vis-à-vis de son impérial beau-frère dont il voudrait s'affranchir, mais aussi vis-à-vis de sa femme à qui il refuse de devoir son royaume". Naples, qui est en 1808 "une des trois capitales de l'Europe". Désormais, tandis que le maréchal devenu roi s'efforce de conquérir une légitimité napolitaine, et donc une autonomie que Napoléon ne saurait accepter, Caroline va, entre les deux, jouer son propre jeu. Jusqu'au lendemain de la campagne de Russie, la situation perdure, parfois tendue, marquée par des retrouvailles de circonstances entre Napoléon, sa soeur et son beau-frère, mais aussi par la permanence de rancoeurs rentrées. Les événements s'accélèrent avec la campagne d'Allemagne de 1813 et surtout la campagne de France de 1814. Désormais, Murat et Caroline veulent à tout prix, avant tout, préserver leur trône, et leur chemin s'éloigne donc de celui de l'empereur. L'auteure décrit avec beaucoup de détails, et de finesse, les actions et réflexions des uns et des autres, sur la base en particulier des correspondances échangées entre eux et des témoignages de leur entourage. L'épisode de la tentative par Murat de constituer un royaume d'italie (et les avis assez différents de son épouse) donne lieu à quelques belles pages. Murat mort, le royaume perdu, la reine Caroline devenue comtesse de Lipona reste en Italie où elle dispose de quelques biens et, jusqu'en 1839,conserve une position éminente, une certaine influence et témoigne de son goût pour les arts.

L'ouvrage se termine sur une indication précise des sources et références et par un utile index. On appréciera en ouverture de la biographie les quelques lignes consacrées par Florence de Baudus à l'importance d'un retour aux archives, à la critique des sources et au respect de la chronologie. Un livre qui nous transporte avec bonheur dans le cercle familial (souvent déchiré) de l'empereur et dans ce royaume de Naples dont l'histoire mouvementée est si mal connue en France. 

Perrin, Paris, 2014, 417 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-262-04068-0.

Cadette, mais première des soeurs
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 06:50

Les 'As' du front d'Orient

Avions - n° 203

Au sommaire de ce numéro d'hiver, un article original sur les 'As' du front de Salonique pendant la Grande Guerre, le témoignage d'un ancien pilote de chasse de la Luftwaffe sur FW 190, mais aussi un texte original sur le McDonnell XP-67, "l'avion de Batman", proposé aux autorités américaines en 1941. Un numéro assez complet et varié pour passer un bon moment pendant ces vacances.

Deux guerres mondiales
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 07:15

Les services secrets et la Shoah

David Bankier (Dir.)

Que savaient les dirigeants alliés de la réalité de la politique allemande d'extermination des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, et dans quelle mesure cette connaissance a-t-elle ou non exercé une influence sur la conduite des opérations ? Telle est la question à laquelle veut répondre ce livre, actes d'un colloque tenu à New-York et publié d'abord aux Etats-Unis.

Treize contributions d'historiens essentiellement américains (mais on note la présence de Sébastien Laurent avec une communication sur "Les services secrets militaires français et le génocide, 1940-1945 : omission, aveuglement ou échec ?") labourent en profondeur ce chantier de recherche avec des articles très variés. Après une intervention liminaire de Gerhard L. Weinberg sur "La Shoah et les documents secrets", on relève en particulier parmi les sujet les moins connus "Comment les renseignements Ultra et Magic sur la Shoah furent diffusés aux Etats-Unis pendant la Seconde guerre mondiale ?" (Robert Hanyok), "Istanbul 1942-1945 : les réseaux Kollek-Avriel et Berman-Ofner" (Tuvia Friling), "Le meilleur service de renseignement d'Europe ? Les renseignements du Vatican et la solution finale" (David Alvarez), "Une Rezidentura (résidence) du NKVD dans le ghetto de Varsovie, 1941-1942" (Piotr Wrobel). Au bilan, à Londres comme à Washington, et en dépit des mesures de protection du secret déployées par les Allemands, on a su assez rapidement ce qu'il advenait des juifs d'Europe et, au fur et à mesure des mois, des informations complémentaires sont venues confirmer les premiers éléments encore vagues ou approximatifs. Pourtant, l'ampleur même du crime n'était sans doute pas appréciée dans toutes ses dimensions. Et aucune mesure d'envergure n'a été prise au plan militaire pour tenter de s'y opposer, ou de le faire cesser plus rapidement. Des explications très pragmatiques peuvent être avancées, sans que cela ne puisse satisfaire naturellement les survivants et les ayant-droits des victimes.

Au-delà des réactions émotionnelles et des condamnations morales, un livre qui passionnera tous ceux qui s'intéressent aux rapports entre les mondes du renseignement, de la prise de décision politique et de l'action militaire.

Nouveau Monde éditions Poche, Paris, 2014, 478 pages, 9 euros.
ISBN : 978-2-36583-981-5.

Les Alliés et la Shoah
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 06:30

Joyeuses fêtes de Noël à tous !

Excellente journée dans une chaude ambiance familiale,

et rendez-vous dès demain pour de nouvelles chroniques.

Joyeux Noël !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 06:15

Prisonniers des libérateurs

Les otages alsaciens-lorrains en France pendant la Grande Guerre

Camille Maire

La question a longtemps été tabou, mais le sort des Alsaciens-Lorrains littéralement enlevés comme otages par les Français au début de la Grande Guerre ne fut pas toujours facile. Il faut toutefois se souvenir qu'en août 1914 les Alsaciens-Lorrains (en dehors de tout discours de propagande) sont juridiquement les ressortissants (depuis plus de 40 ans) d'un Etat ennemi, et dans la presse d'avant-guerre les informations relatives aux "provinces perdues" figurent bien sous la rubrique "Etranger". Quel que soit les discours ultérieurs, cette situation initiale ne doit pas être oubliée.

Le livre s'intéresse donc aux Alsaciens-Lorrains arrêtés (et souvent déclarés "otages") dès août 1914 lorsque l'armée française pénètre dans le Reichsland au début de la guerre. L'auteur précise toutefois qu'il s'agissait parfois de personnes d'origine allemande, qui se réinstalleront après 1918 de l'autre côté du Rhin. Situations complexes donc, où s'entremêlent données objectives, éléments juridiques et facteurs psychologiques plus ou moins fantasmés entre ces "futurs Français" potentiels et leurs gardiens. Il note également que les soldats français se comportent de manière parfois indigne, à la différence des gendarmes qui font preuve de davantage de respect. Le livre présente ensuite une longue litanie de situations souvent difficiles d'internement, d'abord immédiatement en arrière des armées, puis très vite à l'autre extrémité de l'hexagone, vers le Sud-est et le Sud-ouest. D'un emplacement à l'autre, en fonction de la nature juridique du lieu, de l'environnement plus ou moins dur et de l'état des locaux, des responsables locaux de la surveillance, les conditions de vie de ces "évacués" (ressortissants des pays de la Triplice) peuvent varier considérablement. Privés de liberté, parfois considérés comme des ennemis, ils sont regroupés dans des locaux peu salubres et connaissent de nombreuses difficultés d'alimentation. Si le sous-préfet d'Espalion, le commandant du camp de l'île du Frioul ou celui du château d'If s'efforcent d'améliorer les conditions de vie dans la mesure de leurs moyens, ce n'est pas le cas partout. Les relations sont surtout souvent délicates avec la population locale, qui assimile facilement Alsaciens-Lorrains et "Boches", d'autant que ces hommes qui ne sont pas au front, à la différences des fils et frères des habitants du secteur, parlent entre eux un "patois" germanique.

Finalement, des situations extrêmement contrastées, dont il ne faut certes pas oublier les mauvais traitements, les fautes, les excès, mais également les nombreux gestes d'humanité, dans une période de grandes difficultés pour tous et de développement d'une propagande sans grande finesse. Un livre sur un sujet tout à fait original, qu'il ne faut pas traiter sur un ton polémique (un "camp de concentration" de 1914 n'a pas grand chose à voir avec son successeur de la Seconde guerre mondiale) et qu'il faut toujours contextualiser dans son époque. Un livre à lire, que l'on s'intéresse à l'histoire régionale, à la vie dans les départements de l'intérieur ou aux reconstructions, pendant la guerre comme après, du discours sur l'Alsace-Lorraine.

Le Polémarque / Editions des Paraiges, Nancy, 2014, 175 pages, 15 euros.

ISBN : 979-10-90185-62-3.

Alsaciens-Lorrains
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 07:30

L'honneur du soldat

Ethique martiale et discipline guerrière dans la France des Lumières

Arnaud Guinier

Issu d'une thèse qui a reçu en 2013 le prix d'histoire militaire du ministère de la Défense, ce livre nous fait plonger au coeur des armées françaises du XVIIIe siècle, des réflexions et des réorganisations militaires de la période.

Arnaud Guinier a divisé son ouvrage en trois grandes parties : la première s'intéresse aux débats tactiques du temps (les marches, les lignes et "l'ordre"), au thème de la "guerre limitée" avec ses conséquences et à la problématique du mouvement (parallèle au développement du système divisionnaire) ; la seconde traite plus directement des soldats eux-mêmes, dans les domaines de la formation individuelle et collective (le "dressage") et de l'instruction, de l'endurcissement non seulement dans l'infanterie mais dans les autres armes, avec la recherche d'un strict automatisme parfois déjà critiqué ; la troisième enfin s'attarde sur la double notion d'obéissance et d'honneur, à leur conséquence en matière disciplinaire (évolution de la législation avec plusieurs tableaux de synthèse) et à la question de la récompense. Ce long débat entre une armée "d'automates" ou une armée de soldats qui adhèrent au projet collectif, annonçant le soldat-citoyen de la fin du siècle. Il en résulte également une évolution quasiment morale de fond pour chaque soldat : "l'honneur reconnu au rang le distingue ainsi du reste des citoyens et même temps qu'il le rapproche de l'officier avec lequel il partage désormais un même mobile d'action : l'honneur considéré comme une qualité militaire et non plus comme une prérogative sociale".

Un texte dense, de nombreuses notes de bas de page, des références précises dans des domaines très différents (technique, droit, éthique, etc.) peuvent donner une première impression un peu rébarbative. Mais, oui, le livre est profond, il faut poursuivre la lecture et aller à son terme. Il est surtout particulièrement riche et instructif.

Champ Vallon, Ceyzérieu, 2014, 414 pages, 28 euros.

ISBN : 978-2-87673-992-5.

Réformes militaires
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XVIe - XVIIIe siècles
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile