Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 06:15

Nicole Mangin

Une Lorraine au coeur de la Grande Guerre

Jean-Jacques Schneider

L'auteur, qui s'est déjà distingué avec une histoire du Service de santé de l'armée française à Verdun en 1916 (éditions Serpenoise, 2008), nous présente la biographie de Nicole Mangin, seule femme médecin sous l'uniforme dans l'armée française de la Grande Guerre, jusqu'à sa mort par suicide en 1919 à l'âge de 41 ans.

Les sept premiers chapitres s'intéressent à la période qui précède la Première Guerre mondiale, dans un contexte social qui ne favorise pas l'émancipation des femmes, leur accès à l'université et l'exercice d'une profession de "notable". Mariée puis divorcée jeune (25 ans), elle prépare et soutient sa thèse de médecine tout en travaillant sur le cancer et la tuberculose et fonde, peu avant les déclarations de guerre l'Association des infirmières visiteuses de France. C'est donc une personnalité tout à fait exceptionnelle qui, au début du mois d'août 1914, est convoquée par erreur dans le cadre de la mobilisation. Les neuf chapitres qui suivent nous racontent donc son histoire particulière durant la guerre. Sans hésiter, elle rejoint le dépôt qui lui est désigné et refuse de quitter les lieux lorsque l'administration s'aperçoit de son erreur : une femme sous l'uniforme ! La pénurie de médecins est telle qu'elle est finalement conservée, à la surprise du supérieur qui la reçoit. Elle rejoint le secteur de Verdun à l'automne et reste dans la proche région, dans différentes formations sanitaires, pendant deux ans. Elle connait donc les puissantes offensives allemandes du printemps et de l'été, durant lesquelles elle se comporte avec le plus grand courage : "Ne se contentant pas d'opérer les blessés, elle sillonnera, accompagnée d'un infirmier et d'un brancardier, le champ de bataille au volant d'une camionnette sanitaire offerte par l'un de ses anciens malades, voiture sanitaire automobile dont elle bénéficie pour son seul usage. A son bord, elle participe à l'évacuation des blessés dans la zone de l'avant ainsi qu'à leurs premiers soins au plus fort des violentes offensives allemandes des mois de juin et juillet 1916. C'est ainsi qu'un jour, elle se fait remarquer, avec étonnement, par des troupes tenant les caves et les tranchées du village de Fleury, lors d'un de ses passages dans les ruines de la localité. Un petit sourire, un vague bonjour de la main, et l'automobile sanitaire poursuit son chemin en cahotant, sous le regard médusé des poilus et leurs sifflements à la vue d'un visage féminin". Nommée médecin-major (capitaine), elle prend la direction de l'hôpital-école Edith Cavell à Paris, sorte d'école d'application du temps de guerre pour le personnel infirmier. Tout en assurant ses responsabilités de direction, elle s'investit dans la lutte contre l'épidémie de grippe espagnole et s'engage dans l'action sociale et le mouvement "féministe" (derniers chapitres).

Une vie hors-norme dans une époque où la mysoginie était la règle. Une force morale exceptionnelle et un courage aussi bien physique qu'intellectuel qui force le respect. Une biographie au long de laquelle la personnalité de Nicole Mangin est toujours replacée dans son contexte spatial et temporel. Un ouvrage agréable à lire et tout à fait intéressant.

Editions place de Stanislas, Nancy, 2011, 223 pages, 19 euros.
ISBN : 978-2-35578-090-5.

Femme médecin
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 06:00

Communisme

En Europe, l'éternel retour des communistes. 1989-2014

Stéphane Courtois (Dir.)

Dans cet ouvrage collectif (18 auteurs de 16 pays), les textes s'intéressent aux évolutions des partis communistes européens depuis la chute du mur de Berlin. Le résultat est à bien des égards impressionnant.

Aprs une communication introductive de Patrick Moreau, qui présente un point de situation général, à l'échelle continentale, des évolutions doctrinales et des résultats électoraux, les articles qui suivent nous entraînent dans le détail de situations nationales parfois curieuses, de l'orthodoxie marxiste-léniniste maintenue du Parti communiste portugais à la quasi-disparition d'une structure partisane communiste en Estonie où pourtant les anciens dirigeants conservent à titre personnel une influence ; de l'étonnant Parti progressiste des travailleurs chypriotes qui passe un temps par l'alliance avec les nationalistes tout en maintenant un lien fort avec la Russie nouvelle à "la dernière dictature européenne" que constitue la Biélorussie qui "n'a engagé aucun processus de transition". Au passage, même le très respectable grand-duché du Luxembourg, paradis des banques internationales, connaît l'existence d'un Parti communiste dont l'histoire résumée nous est contée et qui (s'il faut rassurer les possédants) "se maintenait à 1,4 % mais restait sans représentation parlementaire" en 2013. Le texte consacré à l'Ukraine, au-delà de la seule question de l'évolution du Parti communiste national, présente aussi sous forme de tableaux les résultats complets des principales élections intervenues depuis l'indépendance, ce qui permet aussi de d'évalue les rapports de forces et l'influence des autres partis aujourd'hui impliqués dans la crise avec la Russie. Enfin, les trois derniers articles s'intéressent à des thématiques croisées : le syndicalisme en Europe du Sud, la captation à des fins privées d'une part importante des entreprises et richesses privatisée,s et la question de l'internationalisme, "utopie perdue" au XXIe siècle, même si des rapprochements existent comme au sein du Parti de la gauche européenne.

Abondamment référencés, très fréquemment accompagnés de tableaux récapitulatifs, les textes offrent un point de situation très complet de l'histoire récente de ces partis, à "l'Ouest" comme à "l'Est" de l'Europe, si tant est que ces appellations conservent une pertinence autre que géographique. Vivement recommandé à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire récente des idées politiques.

Editions Vendémiaire, Paris, 607 pages, 28 euros.
ISBN : 978-2-36358-150-1.

Mutations communistes
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 05:50

Portés disparus

Claude Raoul-Duval, Philippe Béraud, destins croisés

Patrick Collet

Après Itinéraire d’un Français Libre,

(biographie de Jacques Henri Schloesing parue l’année dernière),

Patrick Collet nous propose l'histoire de deux pilotes de chasse

du groupe Alsace des Forces aériennes françaises libres (FAFL).

A paraître dans les prochains jours aux éditions Heimdal

Première présentation officielle le mercredi 17 décembre à 19h30

dans les salons du gouverneur militaire de Paris aux Invalides

Inscription : mp.collet[at]wanadoo.fr

Vous pouvez dès à présent commander l'ouvrage chez votre libraire !

Invitation
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 06:20

Couples dans la Grande Guerre

Le tragique et l'ordinaire du lien conjugal

Clémentine Vidal-Naquet

A partir de sa thèse, Clémentine Vidal-Naquet propose qui nous invite à retrouver, dans la correspondance privée de couples, les traces et les formes du maintien d'un lien intime à distance : aimer pendant la guerre, espérer quand l'avenir est sombre.

Organisé en trois grandes parties, le livre traite successivement de "La désorganisation de l'ordre conjugal" du fait de la séparation imposée par la guerre, et aux conséquences sociales ou juridiques qui en découlent (une forme de "recomposition" des cellules familiales en l'absence du mari, ou l'accroissement -relatif- du nombre de mariages mais aussi de divorces dans les années qui suivent par exemple) ; puis du "Pacte épistolaire", dans ce qu'il représente de facteur de stabilité à laquelle se raccrocher (le rythme des lettres dans le temps, les ruses pour préciser le lieu de stationnement, etc.), mais aussi ses limites et (presque) ses fantasmes ("Quand vous m'écrivez une petite lettre bien tendre, qui est pour moi toute seule, elle me fait penser quand nous déjeunions ou dinions chez votre mère et que, tout en gardant un air innocent, vous me faisiez une petite caresse sous la table") ; enfin des "Impensés de la séparation", qu'il s'agisse de la problématique du retour, espéré ou vécu, ou des conséquences de la mort et de la solitude qui en résultent : "L'annonce -officielle ou officieuse- vient bien souvent confirmer les craintes suscitées au préalable par l'absence de courrier". La boucle est pour ainsi dire bouclée.

Ce volume parle-t-il de la Grande Guerre ? Oui, indirectement au moins, elle figure en fond de tableau même si elle est parfois impalpable. Et l'analyse de ces correspondances permet de saisir la part de celle-ci, même lorsqu'elle est tue ou simplement indirectement évoquée, dans l'intimité des couples. Histoire culturelle, histoire des sentiments, histoire de la vie privée et de la séparation. Un livre important sans nul doute pour ceux qui s'intéressent plus particulièrement à ces thématiques.

Les Belles Lettres, Paris, 2014, 678 pages, 33 euros.

ISBN : 978-2-251-44510-6.

Couples en guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 06:00

La joie pour l'éternité

Correspondance du goulag (1931-1933)

Alexeï et Valentina Lossev

Deux intellectuels russes condamnés au goulag au début des années 1930, sauvés par leur foi et leur amour. Alors que l'intérêt pour le monde russe ne se dément pas dans le domaine de l'édition, cet ouvrage atypique apporte une note originale.

Alexeï Lossev, philosophe, et sa femme Valentina, scientifique, échangent pendant leur captivité (lui dans l'extrême Nord, elle en Sibérie) de longues lettres très personnelles qui leur permettent de se raconter l'un à l'autre, de témoigner de ce qu'ils vivent, de décrire leurs pensées et leurs sentiments, d'exposer leur foi et de confirmer leur amour. Chaque lettre est précédée de quelques lignes (en italiques) qui expliquent la présentation formelle du courrier et (autant que possible) les circonstances de sa rédaction. Le style général est simple et profond : "Si nous allons en relégation pour nos péchés en ce monde-ci, c'est là une grande miséricorde de Dieu envers nous". Mais les conditions de vie quotidiennes sont tout aussi clirementx explicitées : "Partout, une boue infranchissable et un temps pluvieux d'automne. Pendant environ deux semaines, j'ai travaillé dans la forêt, sur la rivière, à flotter le bois. Des rhumatismes que j'ai ainsi contractés ont mis fin à cette activité". Ce n'est toutefois pas un camp de concentration, mais une relégation, un relatif isolement en semi-liberté dans des contrées désolées : "Ecris-moi, s'il te plaît, ce qu'il en est de la nourriture pour toi, ce que tu manges. Il faut manger le plus possible de légumes. Tu es resté sans légumes verts pendant un an et demi. J'ai si peur que tu attrapes le scorbut". Et l'un pense en permanence à l'autre : "Ces jours-ci, je compte présenter une requête à la Commission des amnisties individuelles, mais je ne sais comment faire. Car l'essentiel pour moi, c'est d'être avec toi". Et toujours les références à leur foi, dans laquelle ils puisent aussi la force de tenir : "En théologie, je me suis intéressé presque exclusivement à la dogmatique, dans la mesure où il s'agit d'un domaine qui, pour un chrétien théologien, est à la fois ce qui est le plus élaboré par l'Eglise et le plus concret". Tout au long de cette correspondance, ils se racontent également leurs échanges avec "l'extérieur", leurs relations et amis restés en liberté, et s'informent mutuellement des possibilités de recours et de demandes de rapprochement ou de remise de peine.

En résumé, une correspondace à la fois intime et ouverte, qui plonge au plus profond des deux êtres mais qui brosse également le tableau d'un environnement difficile aux premiers temps de l'archipel, de la petitesse des hommes et de quelques slidarités maintenues. Une correspondance qui parfois dérange nos certitudes, mais qui sonne juste.

Editions des Syrtes, Genève (CH), 2014, 314 pages, 22 euros.
ISBN : 978-2-9405-2312-2.

Exil intérieur
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 06:00

Pétain

Bénédicte Vergez-Chaignon

Une biographie complète d'un personnage dont le nom est immensément connu mais dont la vie est paradoxalement extrêmement oubliée du grand public. Le pari était osé et Bénédicte Vergez-Chaignon le réussit de belle manière.

Tous ceux qui ont travaillé sur les archives des principaux responsables civils et militaires français de la Grande Guerre savent que Pétain est souvent, dès les premiers mois de guerre, très contesté : on lui reconnaît certes des qualités, mais il est régulièrement taxé de pessimiste, d'excès de prudence voir d'esprit défaitiste. Après avoir été porté aux nues durant l'entre-deux-guerres, c'est le même homme qui, en juin 1940, prend la responsabilité du pouvoir et demande l'armistice. Cette simple conjonction interroge. De même, il est l'homme des offensives à objectif limité (en germe dès le printemps 1916 et montées à grande échelle à l'été 1917), celui qui bénéficie de "l'armée des 100.000 hommes" pour lutter contre la rébellion marocaine et dont on dit qu'il "s'associe" à chasser Lyautey du sultanat, puis le ministre et l'ambassadeur de la IIIe République. C'est enfin le vieillard des années 1940, qui semble balloté entre Laval, Darlan et quelques autres (dont son entourage personnel immédiat), et au sujet duquel le général Doumenc note, à l'issue d'un ultime entretien privé en décembre 1941, que sa mémoire est défaillante et qu'il lui semble manipulé par ceux qui l'entourent.

C'est dire si la publication d'une biographie enfin apaisée d'un tel personnage était nécessaire et l'on ne peut que féliciter l'auteure de s'être lancée dans ce véritable challenge. Suivant un plan chronologique, elle nous présente l'ensemble de la vie et de la carrière du futur chef de l'Etat français, de "L'officier, 1878-1914" au "Condamné, 1945-1951". Avec un souci de la mesure qui l'honore, un recours systématique aux archives et aux témoignages, une remise en contexte précieuse, Bénédicte Vergez-Chaignon brosse ainsi un portrait en nuances, auquel on a tendance à adhérer. Concernant son avancement comme officier par exemple, souvent présenté comme lent et besogneux jusqu'au grade de colonel, elle remet les choses en place par rapport aux règles du temps. Bien sûr, ici ou là, telle phrase ou telle affirmation pourront réveiller "l'urticaire" des uns ou des autres, mais une lecture attentive montre qu'elle a pris le soin, généralement dans la présentation de la situation du moment, d'en fixer les limites ou d'en préciser les origines. On n'échappe pas non plus à une forme de sympathie pour le sujet d'étude (et ceux qui ont passé trois ou quatre ans à "fréquenter" un grand personnage pour en décrire la vie comprendront), qui conduit sans doute à évacuer certains aspects de sa personnalité ou à minimiser certaines décisions. Dès 1915, Pétain a ses propres réseaux politiques et journalistiques et, s'il ne leur est pas toujours fidèle dans la durée, du moins sait-il ponctuellement les utiliser : la "construction" de sa propre image et de sa réputation nationale à partir de la fin de la Grande Guerre ne lui est pas totalement étrangère. 

Au-delà de ces débats historiographiques, un livre essentiel dans la production récente, par le nombre, la diversité et la qualité des sources et documents utilisés. Une biographie de référence dont chaque amateur de l'histoire de France sur la première moitié du XXe siècle doit absolument disposer.

Perrin, Paris, 2014, 1038 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-03885-4.

Défaitiste ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 05:50

Le moteur, vecteur de transformations de la cavalerie française

durant l'entre-deux-guerres

GBM Hors-série  -  n° 1

Avec un peu de retard, voici la présentation d'un hors-série de GBM qui mérite que l'on y revienne.

Lorsque est évoqué le courant modernisateur au sein de l'armée française, d'une guerre mondiale à une autre, du général Estienne au lieutenant-colonel de Gaulle -respectivement artilleur et fantassin- c'est généralement le versant infanterie qui est présenté. De nombreux ouvrages, de la littérature militaria aux études plus académiques comme L'arme blindée française du colonel Saint-Martin, expliquent comment le char de combat trouve péniblement sa place au sein des forces. Faisant la part belle aux illustrations, ce hors-série de la revue GBM est centré lui sur les automitrailleuses, matériel prévu pour un emploi assez différent. Celles-ci perpétuent les tâches traditionnelles de la cavalerie qui, fidèle à ses fonctions d'éclaireur, se caractérise par sa rapidité d'intervention. Dans ce contexte, outre le général Weygand, personnalité brillante qui développe dès les lendemains de l'Armistice des intuitions novatrices, est mise en avant la figure injustement oubliée du général Flavigny. Son influence a été déterminante dans la naissance de la Division légère mécanique. De larges extraits de ses très intéressants souvenirs figurent au fil des pages. En plus de nombreuses photos d'époque en noir et blanc, souvent rares et parfois fort esthétiques, un travail très poussé est effectué sur les insignes colorés des véhicules. On trouve par exemple la traduction des acronymes dont la littérature militaire de l'époque est prodigue, et dont le sens est aujourd'hui oublié. Les profils d'Éric Schwartz, merveilles de précision, restituent les engins dans toute leur complexité. Sur une double page est déployé par exemple (p.46-47) l'ample tableau généalogique des principaux blindés de combat de la cavalerie, certains se déplaçant sur chenilles, d'autres sur roues, d'autres ayant un système mixte. Les articles, tous de la plume de François Vauvillier, abordent notamment les luttes d'influence au sein de l'appareil politico-militaire français autour de 1935. À travers une analyse fine du rôle des personnes dans leurs fonctions respectives au sein de l'architecture décisionnelle, sont détaillées les réticences, voire les fins de non-recevoir auxquels se heurtent les modernisateurs. La motorisation s'intègre dans un état d'esprit et des méthodes propres à la cavalerie, une incertaine complémentarité s'instaurant entre le cheval et de la machine. La filiation des unités comportant des automitrailleuses, leur organisation, leur fonctionnement interne sont exposés de manière chronothématique, jusqu'à la veille du second conflit mondial (p.49, situation des matériels blindés de la cavalerie le 2 septembre 1939, par exemple). En résumé, ce hors-série du fait des multiples strates de lecture possibles, s'adresse aussi bien aux amateurs de matériels, aux passionnés des traditions façonnant les forces françaises, qu'à ceux qui s'intéressent à l'évolution des conceptions militaires.Lorsque est évoqué le courant modernisateur au sein de l'armée française, d'une guerre mondiale à une autre, du général Estienne au lieutenant-colonel de Gaulle – respectivement artilleur et fantassin - c'est généralement le versant infanterie qui est présenté. De nombreux ouvrages, de la littérature militariaaux études plus académiques comme L'arme blindée française du colonel Saint-Martin expliquent comment le char de combat trouve péniblement sa place au sein des forces. Faisant la part belle aux illustrations, ce hors-série de la revue GBM est centré lui sur les automitrailleuses, matériel prévu pour un emploi assez différent. Celles-ci perpétuent les tâches traditionnelles de la cavalerie qui, fidèle à ses fonctions d'éclaireur, se caractérise par sa rapidité d'intervention. Dans ce contexte, outre le général Weygand, personnalité brillante qui développe dès les lendemains de l'Armistice des intuitions novatrices, est mise en avant la figure injustement oubliée du général Flavigny. Son influence a été déterminante dans la naissance de la Division légère mécanique. De larges extraits de ses très intéressants souvenirs figurent au fil des pages. En plus de nombreuses photos d'époque en noir et blanc, souvent rares et parfois fort esthétiques, un travail très poussé est effectué sur les insignes colorés des véhicules. On trouve par exemple la traduction des acronymes dont la littérature militaire de l'époque est prodigue, et dont le sens est aujourd'hui oublié. Les profils d'Éric Schwartz, merveilles de précision, restituent les engins dans toute leur complexité. Sur une double page est déployé par exemple (p.46-47) l'ample tableau généalogique des principaux blindés de combat de la cavalerie, certains se déplaçant sur chenilles, d'autres sur roues, d'autres ayant un système mixte. Les articles, tous de la plume de François Vauvillier, abordent notamment les luttes d'influence au sein de l'appareil politico-militaire français autour de 1935. À travers une analyse fine du rôle des personnes dans leurs fonctions respectives au sein de l'architecture décisionnelle, sont détaillées les réticences, voire les fins de non-recevoir auxquels se heurtent les modernisateurs. La motorisation s'intègre dans un état d'esprit et des méthodes propres à la cavalerie, une incertaine complémentarité s'instaurant entre le cheval et de la machine. La filiation des unités comportant des automitrailleuses, leur organisation, leur fonctionnement interne sont exposés de manière chronothématique, jusqu'à la veille du second conflit mondial (p.49, situation des matériels blindés de la cavalerie le 2 septembre 1939, par exemple). En résumé, ce hors-série du fait des multiples strates de lecture possibles, s'adresse aussi bien aux amateurs de matériels, aux passionnés des traditions façonnant les forces françaises, qu'à ceux qui s'intéressent à l'évolution des conceptions militaires.

Candice Ménat

Du lourd !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 06:30

 

Louis XIV

l'image et le mythe

Mathieu Da Vinha, Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (Dir.)

Le siècle de Louis XIV porte son nom, il est devenu le "Grand" siècle, marquant ainsi une forme de supériorité qui tient au monarque. Et si celui marqua son temps, dans tous les domaines, pour la gloire de ses Etats ou le malheur de ses peuples, cela tient d'abord à la personnalité du souverain, à son mode d'exercice du pouvoir et à son souci permanent "de construire une image positive".

En cinq grandes parties, les 25 contributeurs s'intéressent aux différentes facettes de ce "monstre de l'histoire", en traitant successivement de la construction de l'image du roi, puis aux goûts artistiques du monarque, à sa présentation à travers les documents écrits du temps ensuite, à l'émergence d'une "contre-image" et enfin à la persistance de ses représentations (et de ce que l'on en retient) dans les siècles qui suivent. Si la première partie est assez classique (mais tout-à-fait intéressante), la seconde, qui s'intéresse à "l'homme privé" (autant que cette formulation puisse être adaptée), nous semble beaucoup plus originale. La troisième nous présente un portait plus en demi-teinte, car même si les courtisans font leur oeuvre, d'autres témoignages sont plus mesurés, même à demi-mots. La quatrième partie dresse un tableau sans complaisance, à travers les productions les plus critiques, qui se développent surtout après le décès du souverain, tandis que la cinquième présente le mythe tel qu'il s'est construit au XIXe siècle puis au XXe avec le cinéma. Les contributions sur les tentatives de "récupération" orléaniste sous Loui-Philippe sont ici tout à fait intéressantes.

Chaque texte étant accompagné de sa bibliographie de référence, les amateurs pourront aller plus loin s'ils le souhaitent. En complément des ouvrages récents parus sur Louis XIV et son règne, voici donc un ouvrage très complet, qui doit figurer sans hésitation dans toute bibliothèque bien tenue sur le "grand" siècle.

Presses universitaires de Rennes, 2014, 387 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-7535-3369-1.

Le "Grand" siècle
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XVIe - XVIIIe siècles
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 06:20

La chute de l'empire romain

Guerres & Histoire - n° 22

Qualité toujours largement au-dessus de la moyenne pour ce nouveau numéro de Guerres & Histoire, dont le dossier central s'intéresse aux conditions politiques et militaires, intérieures et extérieures, de la chute de l'empire romain en cinq articles. Parmi les différents autres thèmes traités, retenons pour ce n° 22 dans la rubrique "Caméra au poing", les images de la campagne de Malaisie des Britanniques après la Seconde guerre mondiale ; dans les "Batailles oubliées", l'extraordinaire aventure de la "Division belge d'automitrailleuses en Russie" pendant la Grande Guerre ; et la synthèse équilibrée de Julie d'Andurain sur "Les tirailleurs, la 'force noire' de la France".

SPQR
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 06:00

 

1914-1918

La marche vers l'apocalypse

La vie des Français - n° 2

Le magazine, qui semble paraître tous les trois mois, joue à fond sur le volet de la sensibilité et de la victimisation. La guerre est totale, donc totalement inhumaine. Qu'il s'agisse des combattants ou des civils, des travailleurs ou des prisonniers et l'on nous parle de "camp de concentration" sans aucune remise en contexte. Aucun nom d'auteur pour les articles, pas de références bibliographiques, légendes minimalistes des photos : bref, du résumé de résumé à partir de quelques ouvrages très généralistes, pimanté pour relever le tout d'adjectifs forts et de superlatifs. Sans intérêt pour les amateurs d'histoire.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile