Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 06:00

Qu'est-ce que la féodalité ?

François L. Ganshof

Réédition d'un ouvrage déjà ancien, mais qui est un véritable classique. Paru pour la première fois en 1944 mais constamment réédité (dans de nombreux pays) depuis, il a été actualisé et mis à jour (pour son édition allemande) jusqu'à la fin des années 1970.

Il s'agit donc pas d'une nouveauté éditoriale, mais bien d'un livre de référence, dont l'intérêt (majeur) est inversement proportionnel au poids (léger). L'auteur ne s'intéresse pas à la vie des seigneurs, princes et chevaliers, à la guerre et aux "cours d'amour" ou à la construction des châteaux-forts, mais à la naissance et au développement juridique et culturel de la féodalité comme organisation de la société, dans ses aspects juridiques (et parfois culturels), dans son fonctionnement, dans les diverses formes de rapports de suzerain à vassal, etc. S'appuyant sur un très large corpus de citations extraites des textes originaux (en bas latin, toutes traduites), il s'intéresse essentiellement, après avoir identifié rapidement les origines du système féodal dans la monarchie franque, à la féodalité carolingienne (deuxième partie), puis à la féodalité classique à partir du Xe siècle. Point tout à fait intéressant, il compare très fréquemment les situations qui existent dans le royaume de France, mais aussi en Angleterre, dans les pays allemands et ce qui deviendra la Belgique, voire ponctuellement en Italie. Quelques points particuliers méritent absolument que l'on s'y attarde : la notion de fidélité dans le lien de vassalité, qui peut déboucher sur une opposition au roi lorsque il y a "sous-vassaux" successifs ; les fiefs remis littéralement "en viager" et les règles de succession qui seront instituées lorsque l'héritier présomptif est un enfant ou une femme, les fiefs particuliers (ecclésiastiques par exemple), etc.

Un texte serré, dense, riche, que chaque amateur du Moyen-Âge doit connaître mais qui au-delà intéressera aussi tous ceux qui se passionnent pour les relations que les (plus ou moins) "grands" entretiennent avec les royaumes modernes naissants et l'émergence des grandes monarchies européennes.

Coll. 'Texto', Tallandier, 2015, 315 pages, 10 euros.

ISBN : 979-10-210-0849-6.

Féodalité
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Moyen-Âge
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 05:50

L'enfer réglementé

Le régime de détention dans les camps de concentration

Nicolas Bertrand

L'horreur au quotidien. La réglementation tatillonne et formaliste de l'esclavage (au mieux) et de l'extermination. La réalité législative et réglementaire des camps.

Ce qui est extraordinaire pour le lecteur non spécialiste tout au long de cet ouvrage est le formalisme pontilleux de l'administration des camps, pour couvrir en fait les débordements et les excès les plus criminels. Au-delà, c'est donc une réflexion par l'exemple (les exemples) sur la place et l'importance du droit dans les sociétés totalitaires et l'universes concentrationnaire. Ces questions font l'objet d'une solide introduction qui pose les termes de l'historiographie et du débat sur le "double Etat", ce juridisme apparent (et parfois appliqué) servant aussi à "apaiser les consciences" et à permettre à "des individus normaux" d'exécuter "srcupuleusement leur tâche au sein de cet enfer". Avec une extrême précision et à l'aide d'innombrables exemples, Nicolas Bertrand organise donc son livre en trois grandes parties : "La correspondance", avec le régime général appliqué aux détenus, les dérogations et la censure ; "Le régime disciplinaire", en suivant la procédure de l'incident à sanctionner et l'application de la peine et à "l'interdiction formelle de toute punition arbitraire" (exemples étonnants) ; "Le travail forcé" enfin, dans son organisation, le régime appliqué aux travailleurs forcés, les "récompenses" éventuelles pour rendement supérieur aux normes et pour finir le sort de la dépouille et des biens du détenu mort. Tout en étant tolérés et souvent couverts, les actes de violence gratuite et meurtrière ne constituent pas pour l'auteur la caractéristique première des camps de concentration. L'ensemble du régime appliqué aux prisonniers, le rythme et le cadre des activités quotidiennes sont bien sûr à prendre en compte au premier chef et c'est ce choc (moral, intellectuel, etc.) entre formalisme juridique et réalité quotidienne qui, finalement, est peut être le plus fort.

Un livre sobre, presque froid, pour expliquer l'encadrement des abus de pouvoir et souvent de la bestialité. Froid, dans le dos.

Perrin, Paris, 2015, 397 pages. 23,90 euros.

ISBN : 978-2-262-04083-3.

Camps de concentration
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 06:15

De la Meuse au Danube

1944-1945

Julien Hottier

Un jeune homme, un petit groupe de camarades, un engagement dans la résistance, puis dans la 1ère Armée française jusqu'à la victoire. Un témoignage simple, assez direct et à bien des égards émouvant.

Alors que des souvenirs personnels de la Seconde guerre mondiale sont régulièrement publiés, Julien Hottier (qui revient dans son introduction sur l'utilisation mémorielle de la mort de Guy Môquet) affirme vouloir parler le langage de la vérité et, à plusieurs reprises, ne mâche pas ses mots. Après avoir entendu un ancien combattant parler de "guerre sans haine", il poursuit : "Je ne sais pas où ni comment il a participé à cette guerre (peut-être parmi les pacifistes de 1939 ou dans un stalag), j'ai quant à moi ressenti, d'un côté comme de l'autre, une haine telle que si les armes nous avaient fait défaut, cette guerre se serait sans doute terminée avec les griffes et les dents comme dans la préhistoire". Le ton est donné. Le livre est organisé en trois parties d'inégales longueur. La première décrit en une quarantaine de pages la vie du jeune homme d'alors sous l'occupation dans son département de la Meuse, de juin 1940 à mars 1944, sa volonté de rejoindre la résistance, ses premiers contacts avec un maquis. La seconde raconte en une centaine de pages sa vie et ses actions dans la résistance, de mars à septembre 1944, entre sabotages, déraillements de trains et attaques des Allemands. La troisième enfin, en 150 pages environ, est consacrée à l'intégration du groupe de jeunes camarades maquisards dans l'armée régulière (et toute la problématique de "l'amalgame"), son engagement en première ligne en Alsace, la formation complémentaire qui leur est donnée, le très symbolique franchissement du Rhin par des Français à nouveau victorieux et la campagne d'Allemagne jusqu'au 7 mai : "Un clairon sonne le 'Cessez-le-feu'. Curieusement il n'y a pas d'explosion de joie, ni de démonstrations exubérantes. L'impression d'un grand vide, le constat de la fin d'une épreuve tellement énorme qu'elle n'a pas fini de nous écraser". Ces combats ont été particulièrement meurtriers : "En huit mois d'opérations de Lorraine, d'Alsace et d'Allemagne tant sous la forme du Groupement tactique de Lorraine, du 1er régiment de Parisque du 15.1, l'unité a perdu plus de huit cents tués sur un effectif d'environ quatre mille cinq cents hommes".

Un nouveau témoignage (sans doute à partir d'une mémoire un peu repensée ou réécrite au fil du temps) qui donne une bonne image de ce que pouvait être, vivre, penser, un jeune homme qui voulait s'engager personnellement contre l'occupation allemande. Un récit qui complète de manière intéressante notre connaissance kaléidoscopique de ces années sombres.

Lavauzelle, Panazol, 2014, 272 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-7025-1619-5.

Résistance et libération
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 06:10

Détruire les Arméniens

Histoire d'un génocide

Mikaël Nichanian

Dès avant la Première Guerre mondiale, la "question" arménienne empoisonne la vie intérieure de l'empire ottoman et, depuis l'entre-deux-guerres, elle pèse sur les relations entre la Turquie et les nations occidentales.

A partir du rappel que les élites 'Jeunes Turques' de la Grande Guerre sont d'abord de culture et de formation européennes, Mikaël Nichanian s'interroge sur les fondements de la haine génocidaire, et pousse ici assez loin la comparaison avec le génocide juif de la Seconde guerre mondiale. Pour ce faire, il reprend dans un plan chronologique l'histoire de la "question arménienne" dans l'empire ottoman depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. Il décrit avec forces précisions (toujours référencées) les revendications et l'action politique des Arméniens, la pollitique (souvent en réaction) des autorités ottomanes, la genèse du mouvement Union et Progrès jusqu'aux guerres balkaniques. Les chapitres 3 et 4 sont consacrés aux années de guerre. Le premier développe longuement la situation entre l'entrée en guerre et avril 1915, avec la montée en puissance des mesures anti-arméniennes à mettre en parallèle avec les déboires militaires. Le second détaille les deux grandes phases du génocide, à partir d'exemples très précis : les massacres dans les villages et la déportation, puis "l'extermination dans le désert" au sud de l'empire l'année suivante. Mikaël Nichanian rappelle aussi que les Arméniens n'ont pas été les seules victimes de cette politique de "turcisation" forcenée et que les autres minorités religieuses et/ou nationales ont eu à en souffrir gravement. Le chapitre 5 enfin s'attache à la période qui suit immédiatement la Première Guerre mondiale jusqu'au début des années 1920, au plan politique avec l'émergence du mouvement national de Mustafa Kemal, mais aussi dans la société musulmane dans son ensemble. La conclusion s'intéresse bien sûr à l'héritage (ou à la trace) de ces événements dans la Turquie de la fin du XXe siècle et du temps présent. Fondamentalement, les peurs parfois irrationnelles qui agitent les élites dirigeantes et une grande partie de la population turque ne sont pas de nature à faire changer la position officielle sur le génocide. 

Un livre très référencé, très complet, qui fait un solide bilan de la question et qui permettra à chacun d'affiner ses connaissances tout en se faisant une idée précise des événements, de leur contexte et de leurs conséquences.

PUF, Paris, 2015, 273 pages, 21,- euros

ISBN : 978-2-13-062617-6.

La "question" arménienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Monde ottoman - turc
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 06:15

La question d'Orient

Jacques Frémeaux

Une somme ! Déjà une référence !

On connait la formule du général de Gaulle s'envolant avec des idées simples vers l'Orient compliqué, et l'on sait que depuis plusieurs siècles la fameuse "question d'Orient" pose à chaque génération de nouvelles difficultés aux dirigeants et aux diplomates. Avec cette magistrale synthèse qui plonge ses racines au plus lointain de notre histoire (Jacques Frémeaux remonte à l'empire aussi éphémère que brillant d'Alexandre le Grand), l'auteur nous donne à comprendre (et à réfléchir) sur cet espace géographique stratégique. Méthodiquement, pédagogiquement, il s'efforce d'abord de définir ce que recouvre le terme "Orient", dans le temps et dans l'espace, des Balkans aux marches de l'Inde (et parfois même au-delà). Dans un deuxième chapitre, Jacques Frémeaux "photographie" littéralement la situation fin XVIIIe - début XIXe siècle, à l'époque où la Grande-Bretagne et la Russie (déjà) s'opposent à travers ces immenses étendues, puis il reprend à fond la question (vitale pour Londres) de la route des Indes, route maritime d'abord, certes, mais qui ne peut ignorer la question de la maîtrise des voies terrestres. Les crises de l'empire ottoman, les guerres afghanes, la guerre de Crimée et le percement du canal de Suez marquent autant de dates-repères durant le XIXe siècle, toutes liées à ce qui devient "le grand jeu" anglo-russe jusqu'en Asie centrale. C'est au tournant des XIXe et XXe siècles que la question se cristallise, malgré un rapprochement formel entre Londres et Saint-Pétersbourg, tandis que la France ne renonce pas à ses amitiés traditionnelles au Moyen-Orient et que l'Allemagne wilhelmienne s'impose comme un partenaire désormais incontournable, le tout sur fond de révolution à Constantinople et d'indépendances puis de guerres balkaniques. Le chapitre 6, judicuesement titré "Orient pensé, Orient représenté", insiste sur les évolutions culturelles et cultuelles propres à ces territoires, mais aussi sur les images et les représentations qu'ils inspirent à l'Occident dans leurs différentes facettes. Les quatre chapitres qui suivent correspondent aux grandes phases chronologiques (chap. 7, la Grande Guerre ; chap. 8, l'entre-deux-guerres ; chap. 9, la Deuxième guerre mondiale ; chap. 10, la guerre froide), qui voient émerger une nouvelle Turquie, des Etats indépendants, les royaume arabes et bientôt les pétro-monarchies tandis que Français et Britanniques s'effacent pour laisser la place aux Soviétiques (remarquable constance !) et aux Américains, de la fin de l'empire des Indes à la révolution iranienne en passant par la campagne de Suez. Le chapitre 11 enfin s'intéresse aux récentes évolutions, de l'implosion de la Yougoslavie aux successives "guerres du Golfe" et à la guerre internationale d'Afghanistan. Le dernier chapitre, amorcé par "l'archéologie du terrorisme" et les échecs occidentaux dans la région, pose la question d'un choc des civilisations, fait le point des évolutions économiques et politiques jusqu'aux printemps arabes, constate bien sûr l'élimination progressive sur maints territoires des non-Musulmans, et accorde une attention particulière à trois pays : la Turquie, l'Iran et le Pakistan.

Il fallait indiscutablement de longues années de fréquentation de ces sujets, de travail, de réflexion et d'analyse pour produire un tel livre, toujours scrupuleusement référencé et qui donne dans ses dernières pages une longue et solide bibliographie internationale sur le sujet. Il se termine sur un constat assez inquiétant : "Cette conclusion ne sera donc pas optimiste. De la représentation longtemps brillante et séduisante d'un Orient rayonnant de lumière, on est passé à celle d'un Orient déversant des flots de nuit. L'Orient va continuer à souffrir, avec les répercussions inévitables que l'on observe déjà chez ses voisins, des frontières de l'Inde et de la Chine à l'Europe occidentale, en passant par la Russie". Indiscutablement à connaître, à lire et à conserver. Il y a des livres qui compte, en voici un.

Fayard, Paris, 2014, 614 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-213-66197-1.

Des Balkans en Afghanistan
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Monde arabe et Moyen-Orient
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 06:00

D'Italie et d'ailleurs

Mélanges en l'honneur de Pierre Milza

(Coll.)

Réalisé en hommage à l'un des grands spécialistes de l'Italie (sans doute le plus grand aujourd'hui), mais aussi des idées politiques, à la bibliographie impressionnante, ce recueil compte plus de vingt contributions sur des sujets extrêmement divers.

En effet, l'introduction, co-signée par les directrices du volume (Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Anne Dulphy et Marie-Anne Matard-Bonucci), rappelle opportunément que Pierre Milza a certes été le grand spécialiste universitaire de l'Italie moderne (et l'un des spécialiste du fascisme mussolinien), mais qu'il a également beaucoup travaillé les questions de relations internationales, en particulier dans leurs dimensions humaines et culturelles, et l'histoire des immigrations, dont il a été l'un des pionniers en France. Ce sont donc ces différents thèmes que l'on retrouve dans ces "Mélanges", organisés en trois parties principales : "Italie", "Exils, migrations et relations internationales", et "Entre politique et culture". Les différentes contributions recouvrent donc un large panel de sujets, de "Felici Orisini et la double victoire politique de Napoléon III et de Cavour" (Gilles Pécout) à "Trois paradoxes de la science-fiction italienne" (Eric Vial), mais aussi une étude sur "Giuseppe Prezzolini, propagandiste conscient du fascisme" (Frédéric Attal), "La Grande Guerre et l'amorce de l'immigration des Portugais en France" (Marie-Christine Volovitch-Tavares), "Quand les vitraux racontent l'histoire de la guerre de 1870" (Jean-Claude Lescure) -très intéressant-, ou un étonnant "Robert Faurisson : genèse d'un idéologue" (Valérie Igounet), pour ne citer que quelques textes qui ont particulièrement retenu notre attention.

Un riche volume, qui traverse essentiellement, à la fois, les XIXe et XXe siècles et les pays d'Europe du Sud, un volume qui multiplie les approches et qui fait dialoguer les disciplines. Agréable à lire et indiscutablement précieux pour les amateurs.

Presses universitaires de Rennes, 2014, 301 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-7535-3547-3.

Historien "des Sud"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe du Sud
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 06:15

1515

L'année des ruptures

Jacky Lorette

Chacun sait répondre : 1515 ? Marignan ! Mais cette année est loin de se résumer à cette seule bataille, victoire franco-vénitienne entrée dans le roman national.

Combien de générations d'élèves ont appris cette date comme l'une des plus marquantes de l'histoire de France ? Et pourtant, "n'allons pas croire cependant notre Europe au centre du monde, comme beaucoup pensaient alors que la Terre occupait le coeur de l'univers". Le livre de Jacky Lorette nous invite donc à un tour du monde des empires et des grands souverains, mais aussi des évolutions techniques et scientifiques, et des ruptures culturelles et économiques de la période : "1515 s'inscrit ainsi dans tout un ensemble de ruptures nées d'une évolution profonde, d'une transformation générale et douloureuse de l'environnement géographique et des mentalités humaines, que ne peut permettre d'appréhender le simple récit des événements". Après avoir décrit dans une première partie l'évolution du royaume de France avant l'avènement de François Ier et au début de son règne, puis la bataille elle-même le 13 septembre 1515, l'auteur consacre la seconde a une large évocation du monde, en commençant par un point de situation général de l'état des techniques, de la production et de la répartition des populations, puis en présentant les différents Etats européens du temps d'Espagne en Pologne et de Scandinavie à la péninsule italienne. Il s'intéresse ensuite à la formation des grands empires dans le monde, arabe, mamelouk, iranien, colonial portugais, d'Afrique ou d'Amérique ;  avant de terminer par les échanges culturels et les croyances. Une petite dizaine d'annexes termine l'ouvrage, dont un amusant "Quel âge ont-ils en 1515 ?", liste dans laquelle on retrouve tous les grands noms du siècle, encore enfants ou déjà âgés. L'année n'est peut-être pas absolument, à toutes forces, celle des "ruptures", mais il est intéressant de jeter un regard aigu au-delà des étroites frontières du royaume de France en direction du vaste monde...

L'histoire "globale" ne date pas nécessairement d'aujourd'hui.

L'Archipel, Paris, 2015, 359 pages, 21 euros.

ISBN : 978-2-8098-1613-6.

Marignan ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XVIe - XVIIIe siècles
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 06:00

Waterloo démythifié

Yves Vander Cruysen

Aucune bataille n'a sans doute suscité ensuite autant de littérature, ni entrainé autant d'affirmations infondées, de mots apocryphes et de propos approximatifs.

Longtemps responsable du champ de bataille, Yves Vander Cruysen démonte plusieurs dizaines (une centaine ?) de certitudes pour le moins douteuses ou d'histoires méconnues autour de Waterloo. Parmi tous les thèmes abordés en brefs chapitres de quelques pages, écrits dans un style alerte, figure bien sûr l'histoire du célèbre mot de Cambronne, que l'intéressé lui-même a toujours nié avoir prononcé et qui serait peut-être le fait d'un capitaine d'un navire français quelques jours plus tôt. Il explique également l'affaire des "fraises de Grouchy", "détail gastronomico-historique (qui) a donc plus contribué à la réputation du maréchal que toute sa carrière militaire qui n'était pourtant pas mince". Il en est de même pour le soi-disant trésor de l'empereur (dont son couvre-chef légendaire et son épée), Nous y apprenons que la bataille donna ensuite lieu aux "premiers dommages de guerre", dont l'organisation revient au roi des Pays-Bas Guillaume Ier. L'auteur nous explique la constitution de la donation faite après sa victoire à Wellington, dont pas un are n'est situé sur les lieux des combats ; revient sur le rôle réel du prince d'Orange ; sur l'origine de la fortune des Rothschild ("le coup de bourse de Waterloo n'a donc jamais eu lieu") ; il décrypte les chiffres (parfois fantaisistes) des pertes ; rappelle "qu'une petite centaine de Polonias combattirent à Waterloo au sein du 1er régiment de cheveau-légers des Lanciers de la Garde ; etc.

Un petit livre très agréable et facile à lire et qui, à partir d'une mulitude de points de vue très ponctuels, donne une autre image de cette bataille devenue très vite quasi-mythique.

Editions Jourdan, Paris, 2014, 351 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-87466-369-7.

Belle-Alliance ou Morne Plaine
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 06:15

Irak

La revanche de l'histoire

Myriam Benraad

Chaque jour ou presque depuis le début du XXIe siècle, la situation en Irak fait la Une de l'actualité. Le livre s'ouvre (utilement) sur deux pages : à gauche la liste des partis politiques irakiens depuis 1928, à droite celle des principaux groupes insurgés depuis 2001. Le ton est donné : une analyse de l'actualité ancrée dans l'histoire.

 Partant (rapidement) du partage des dépouilles de l'empire ottoman par les Français et les Britanniques à la fin de la Première Guerre mondiale (qui pose le problème initial de fond des frontières internationales), Myriam Benraad nous entraîne assez rapidement dans l'histoire de l'Irak indépendant entre islamistes sunnites et militants laïques, jusqu'à l'intervention américaine de 2003 qui impose un bouleversement complet des équilibres confessionnels et politiques. Elle s'attarde au-delà de la page 117 sur "l'engrenage salafiste" et revient sur la place prise par les représentants locaux de la nébuleuse Al Qaïda et leurs réseaux locaux dans les combats acharnés quis se multiplient, sur les divisions qui naissent au sein des tribus sur fond de jeu trouble des Américains, sur les questions kurde et chiite, sur la problématique de la "débaassification" et ses conséquences pour les sunnites. Les deux derniers chapitres ("Une guerre de sécession ?" et "Ondes de choc au Moyen-Orient") ne présentent pas toujours la thèse généralement admise en Occident et rappellent le rôle de l'Iran et des principaux voisins de l'Irak : "Bon nombre de ces régimes ont intérêt à nourrir l'instabilité irakienne, pour mieux agiter l'épouvantail du chaos dans leurs pays et reporter tout horizon de réforme"... Une date  et une réalité aussi : "Le 9 avril 2013, date anniversaire du renversement de Saddam Hussein, l'Etat islamique en Irak et au Levant (Da'ech) se lance à la conquête du Moyen-Orient, comptant bien offrir aux sunnites la revanche qu'ils ont tant attendue". Parlant désormais de "tuerie à grande échelle", en particulier sur les terres où vivaient des minorités, l'auteure termine en soulignant et relais dont disposent les islamistes dans les autres pays arabes et insiste sur le fait que le "califat" nie les frontières régionales héritées de la Grande Guerre et du découpage de l'empire ottoman...

Un livre passionnant pour mieux comprendre les événements les plus actuels (y compris certaines étonnantes réactions occidentales).

Vendémiaire, Paris, 2015, 287 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-36358-053-5.

Irak
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Monde arabe et Moyen-Orient
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 06:00

Le pull-over de Buchenwald

Bertrand Herz

Un nouveau témoignage d'un survivant des camps de la mort, qui était encore un adolescent lorsqu'il a été déporté.

Comm il l'écrit lui-même dans son avant-propos, "je suis un miraculé". Mais aussi "le récit qui va suivre n'est pas celui d'un homme de 84 ans, mais celui d'un garçonnet", car c'est à 14 ans qu'il arrive en camp de concentration. Le livre est même plus que cela, puisque les quatre-vingt premières pages sont consacrées à son enfance d'avant-guerre et à sa vie au début de l'occupation allemande, jusqu'à son arrestation avec les siens le 7 juillet 1944 à Toulouse (170 juifs arrêtés dans la ville en cet été après le débarquement). Transféré en Allemagne à la fin du mois (7 jours et 7 nuits, dans la chaleur et la soif) avec un train de déportés, il arrive dans la nuit du 5 au 6 août à Buchenwald. Le récit qui suit est "simplement" constitué par la mise par écrit de ses souvenirs de survie, jusqu'au printemps 1945. Le style est sobre, pas d'emphase (ce serait inutile), les changements de kommando, la misère quotidienne et la protection de son père jusqu'à la fin de l'année 1944, la détérioration de la santé, le travail obligatoire, les quelques contacts avec les uns et les autres, etc. Régulièrement, il reconnait ne pas avoir de souvenirs personnels précis sur tel ou tel sujet particulier (trajet de Buuchenwald à Niederorschel par exemple), et précise ses sources lorsqu'il fait appel à des conversations ou à des lectures ultérieures pour préciser une situation. Le livre se termine sur son retour en France en avril 1945, les difficultés qu'il observe du haut de ses 15 ans, la recherche des parents et amis, etc. Une cinquantaine de lettres et documents clôturent ce livre de souvenirs qui, dans la production récente, parle à l'esprit aussi bien qu'au coeur. Honnêteté du témoignage, sincérité du propos, simplicité du récit.

Tallandier, Paris, 2015, 252 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0705-5.

Déportation
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile