Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 06:00

Carnets secrets du général Patton

Edition présentée et annotée par Boris Laurent

Réédition en format poche d'un livre paru il y a environ deux ans. Rien à enlever à notre présentation mise en ligne en février 2013. Pour la retrouver, avec l'entretien que nous avait accordé Boris Laurent : ici.

Pour moins de 10 euros, un livre que chaque amateur de la Seconde guerre mondiale se doit d'avoir dans sa bibliothèque !

Nouveau Monde éditions poche, Paris, 2015, 479 pages, 9 euros.
ISBN : 978-2-36942-151-1.

Le meilleur général allié ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 06:15

Infanterie, blindés, artillerie de tranchée, train, etc.

GBM - n° 111

Le numéro de janvier-mars 2015 de GBM est particulièrement riche et dense avec, selon l’usage, des articles traitant des matériels de l’armée français lors des deux conflits mondiaux. Pour ce qui concerne la Grande Guerre, on relève toutefois quelques études originales comme celle sur les camions La Buire (sections automobiles), celle sur le mortier de 58 T n° 2 (artillerie de tranchée), la deuxième partie de celle sur la TSF (sapeurs télégraphistes) et les trois pages originales sur le projet de char à deux tourelles du lieutenant de Poix, sans oublier l’article présentant l’évolution des compagnies et bataillons d’infanterie à l’été 1915.

Un numéro toujours aussi efficace et utile.

Organisation, équipements, emploi
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 06:00

Missionnaires en terre barbelée

Des Oblats prisonniers de guerre (1941-1945)

Nathan M. Greenfield et Bill Rawling

En 1941, le navire qui transporte un petit groupe de missionnaires canadiens en route pour le Basutoland (Lesotho) est coulé par un sous-marin allemand. Les survivants recueillis sont désormais prisonniers de guerre. Ce livre présente et analyse les lettres qu'ils adressent à leurs familles.

Débarqués à Bordeaux après avoir été sauvés de la noyade, puis transférés dans un camp français et enfin en Allemagne, ils forment une population tout-à-fait partiulière au sein d'un groupe généralement moins étudié (celui des prisonniers), dont ils constituent de ce fait un petit sous-ensemble particulièrement intéressant, à la fois ressortissant d'une nation alliée et frères missionnaires portés par la foi. La première partie de l'ouvrage reconstitue le quotidien des frères oblats (dont l'ordre avait été créé en Provence au siècle précédent) à partir de leurs correspondances et raconte leur(s) histoire(s) au fil des mois jusqu'en 1942, leur statut de "prêtres" leur permettant de bénéficier d'une situation relativement privilégiée, et même parfois de pouvoir circuler entre différents camps pour exercer leur ministère. La seconde partie, plus thématique dans son discours, poursuit le récit jusqu'à la fin de la guerre suivant des modalités similaires. Enfin, et c'est sans doute là que réside une grande partie de l'intérêt de l'ouvrage, la troisième grande partie (pp. 160-380) est constituée par la retranscription de l'ensemble de la correspondance étudiée. Ces lettres, sous la signature de quatorze religieux différents, forment un tout cohérent et elles rendent comptent dans le même temps de la foi profonde qui les anime, de la diversité de leurs situations, des évolutions des états d'esprit dans le temps et souvent de leur engagement au profit de leurs camarades prisonniers.

Un ensemble rare de témoignages sur un aspect particulier de la vie dans certains camps de militaires prisonniers alliés en Allemagne.

Athéna éditions, Outremont (Québec), 2014, 382 pages.

ISBN : 978-2-924142-17-2.

Le livre peut être commandé auprès de la librairie du Québec à Paris : ici.

 

Prisonniers particuliers
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 07:15

Histoire de la nation Cherokee

Lionel Larré

Les nations indiennes ne sont généralement connues qu'à partir des sources américaines, et cet ouvrage présente l'originalité de traiter son sujet, autant que possible, à partir de la documentation conservée par les Cherokee eux-mêmes, dont on ignore généralement qu'ils s'adaptèrent très tôt à la "civilisation" euro-américaine.

Dans ce beau travail, Lionel Larré nous conte donc l'histoire des Cherokee depuis l'installation des premiers Européens sur le territoire américain. Il commence par présenter, dans les premiers chapitres, le cadre général, la culture et la société cherokee, peuple montagnard du sud-est des actuels Etats-Unis. Au fur et à mesure des chapitres, l'auteur ajoute à son texte des documents en anglais (dont on regrette qu'ils ne soient pas tous traduits en français pour les lecteurs non anglophones) judicieusement choisis. A partir du chapitre 3 et des premiers contacts avec des Européens (des Portugais autour de 1540, mais très vite les Anglais et les Français), l'histoire de la nation Cherokee se développe parallèlement à l'évolution du commerce et des échanges (arrivée des armes à feu, du cheval, des ustensiles du quotidien, etc.), dont l'accroissement justifie la présence de commerçants européens et dès 1721 la signature d'un premier traité avec le gouverneur de Caroline du Sud. L'importance de la propriété du sol ("la notion de propriété terrienne qui fut le catalyseur de tant de conflits") est soulignée dès avant la fin du XVIIIe siècle. Tandis que les tribus s'allient (ou non) avec telle ou telle puissance européenne, la lutte entre Français et Anglais en Europe a des échos dans le Nouveau monde et, sous l'influence d'un aventurier fin politique, les Cherokee acceptent de se placer "sous la protection du roi d'Angleterre" et quelques uns de leurs représentants séjournent à Londres à l'été 1730. Durant la guerre de Sept Ans, la position des Français reste longtemps favorable et les Indiens se divisent avant d'être contraints de se soumettre après avoir subi de lourdes pertes. Le processus qui va durer pendant plus d'un siècle commence dès le milieu des années 1760 : "Des colons européens de plus en plus nombreux s'étaient installés sur le territoire cherokee ... Ces mouvements de populations initièrent une longue série de traités avec les colonies ; chacun d'eux fut une tentative de fixer les frontières une fois pour toutes, mais en obligeant à chaque fois les Cherokees à concéder une partie de leur territoire". Le processus se poursuit après la naissance des Etats-Unis (le premier traité est daté de 1785), plaçant de fait, puis explicitement, les Indiens sous protectorat "civilisateur" américain. Le bilan est extrêmement lourd : "Les Cherokees sortaient du XVIIIe siècle presque décimés : selon McLoughlin, la nation cherokee avait perdu les trois quart du territoire qu'elle revendiquait au début du siècle, et ne comptait plus qu'environ 10.000 membres". Missionnaires et instituteurs oeuvrent de plus en plus massivement parmi la population cherokee, dont une grande partie reste attachée aux Etats-Unis lors de la guerre de 1813-1814 contre l'Angleterre, mais a aussi pour effet de consolider un "gouvernement" de la nation cherokee, qui se dote en 1827 d'une première constitution, "imprimée en anglais et en cherokee" ! (mise au point d'une forme écrite de la langue en 1821). Dans le même temps toutefois, un certain nombre de Cherokee passent à l'ouest du Mississippi, vers l'Arkansas (où ils implantent une seconde république cherokee) et le Texas, progressivement rejoints par ceux que la progression de la colonisation européenne chassent de leurs terres. Après un étonnant conflit avec la Georgie, durant lequel la presse et le lobbying tiennent une vraie place, les déplacements plus ou moins forcés vers l'ouest se multiplient et les nouveaux regroupements de population engendrent de profonds changements dans l'organisation des territoires cherokee, qui connaissent cependant une paix relative jusqu'à la guerre civile américaine. Partagée entre neutralistes et partisans de la Confédération (deux régiments cherokee), le territoire est ravagé par une guerre civile dans la guerre civile, mais Stand Watie est le dernier général sudiste à se rendre, deux mois après Lee. Les destructions causées par la guerre sont progressivement reconstruites et le territoire se relève, mais l'immigration de nombreux Euro-Américains modifie définitivement l'équilibre démographique : "En 1890, le Territoire indien fut inclus pour la première fois dans le recensement décennal des Etats-Unis. Il dénombra dans la nation cherokee 22.015 Indiens et 29.166 Blancs". C'est en 1900, finalement, que les Cherokee "signèrent un accord avec les Etats-Unis pour accepter la citoyenneté états-unienne", accord qui prévoit également la disparition d'un gouvernement autonome, et le Territoire indien est réuni à l'Oklahoma à la fin de l'année 1907. C'est autour de 1914 que ces ultimes mesures aboutissent et la nation cherokee semble disparaître définitivement... Mais un renouveau par étape se dessine, dans les années 1930, puis dans les années 1960-1970 : une nouvelle constitution cherokee est adoptée en 1976, et aujourd'hui "la Nation Cherokee vit toujours, disposant de l'autonomie judiciare sur son territoire, ... avec une économie et une culture en plein essor".

Le récit d'une opposition sur plus de deux siècles, mais aussi la description d'une formidable capacité d'adaptation progressive : un livre d'histoire de plein titre qui se lit comme un roman. Bravo !

Presses universitaires de Bordeaux, 2014, 285 pages, 14 euros.

ISBN : 978-2-86781-929-2.

Nation amérindienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Amériques
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 07:00

Une histoire du IIIe Reich

François Delpla

Bien connu de tous ceux qui s'intéressent à l'Allemagne nazie et à la Seconde guerre mondiale, ayant déjà publié plus d'une quinzaine d'ouvrages sur ces thèmes dont une biographie d'Hitler, François Delpla nous propose une histoire générale du IIIe Reich qui place le Führer au centre et au coeur du dispositif étatique.

A partir des thèmes qui sont les siens depuis longtemps (tout à la fois la folie et l'habileté politique d'Hitler, son espoir d'une entente mondiale avec l'empire britannique après avoir imposé sa domination à l'Europe, etc.), et qui suscitent assez régulièrement des débats dans le microcosme des spécialistes du Führer, l'auteur nous livre ici une histoire complète et détaillée du régime nazi, de la prise du pouvoir en 1933 à sa liquidation en 1945. Les notes et les références sont (très) nombreuses et variées, et ceci constitue une caractéristique des livres de François Delpla, qui sait chercher (et trouver) des documents et témoignages originaux ou passés inaperçus. Le livre est donc extrêmement dense et suit pas à pas la montée en puissance du régime, la mise en oeuvre de sa politique, les évolutions du temps de guerre (il n'est pas de ce point de vue un livre d'histoire militaire). Les lecteurs sauront faire la distinction entre le récit des faits (complet) et les suppositions plus ou moins avérées (le conseiller d'ambassade dont la mort suscite la nuit de cristal aurait été homosexuel et "peut-être" achevé par le médecin d'Hitler ; ou bien Hitler contrôlerait et "manipulerait" la résistance allemande ...). Certaines pages, sur l'industrie de guerre et l'effort de production sous Speer sont tout à fait intéressantes. Si les aspects opérationnels de la Deuxième guerre mondiale sont relativement peu traités, uelques questions plus strictement militaires (comme le fameux débat sur l'arrêt des panzers devant Dunkerque) font néanmoins l'objet de quelques développements et susciteront sans doute des réactions.

Une somme, c'est indiscutable, mais qui restera peut-être difficilement classable. Un gros livre, en tout cas, que tous les amateurs de la période et du sujet se doivent de lire, au regard de la masse d'informations concentrées en quelques centaines de pages. A chacun, ensuite, d'en apprécier certains commentaires ou extrapolations.

Perrin, Paris, 2014, 527 pages. 24,90 euros.

ISBN : 978-2-262-03642-3.

Ambitieuse histoire générale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:15

En mission avec la 2e DB

De la Libération de Paris au nid d'aigle

Pierre Coatpéhen

Voici l'histoire (déjà publiée en auto-édition il y a 10 ans et augmentée de quelques extraits publiés par ailleurs) d'un jeune Breton qui rejoint l'Angleterre dès l'appel du 18 juin et termine la guerre à Berchtesgaden au printemps 1945.

Le récit commence par la description de son départ de la maison familiale, le 18 juin au soir : "Maman me prépare une valise de linge tandis que, naïvement, j'essaie de la rassurer : 'Ne t'en fais pas, je reviens dans quinze jours'. Je reviendrai cinq ans après". Au fur et à mesure des pages, son histoire apporte un éclairage nouveau à l'histoire officielle ou bien confirme ce que l'on a pu lire par ailleurs, qu'il s'agisse du nombre de volontaires qui choisissent de rejoindre de Gaulle, du rythme des combats, de l'équipement et de l'entraînement des Français Libres. D'abord employé comme serveur au mess (et oui, même en Angleterre), il est affecté au début de l'année 1941 à la 2e compagnie de chars de la France Libre et en août doit quitter l'Angleterre (dont il souligne la qualité de l'accueil que les citoyens réservent aux Free French) pour l'Afrique. Passant du Sierra Leone au Congo puis au Tchad. Le manque de matériel est criant et les anecdotes tiennent presque du safari dans la brousse plus que de l'activité guerrière. En mars 1942 enfin, son unité perçoit des chars américains, mais l'heure des engagements actifs n'est pas encore venue et, "à Kano, la vie quotidienne se poursuit sous cette chaleur torride". Ce quotidien est monotone : "instruction sur les chars, apprentissage de la mécanique sur tous les véhicules". Au début de l'année 1943, c'est le transfert pour le Soudan, puis Le Caire, la Tripolitaine enfin, la (re)création d'un régiment organique. Il traverse l'Afrique du Nord avec ses camarades pour rejoindre le Maroc "où la 2e DB doit être constituée". Au début de l'année 1944, la division est contrôlée par les Américains qui la déclarent opérationnelle et autorisent donc le transfert en Grande-Bretagne. Le 2 août, c'est enfin l'embarquement pour la France. C'est alors la traversée des communes normandes ruinées par les combats jusqu'aux premiers engagements à la mi-août, mais c'est surtout la marche sur Paris qui marque l'auteur : son char sera le premier à entrer dans la capitale. Le 8 septembre, après une dernière cérémonie autour de l'Arc de Triomphe et un défilé sur les Champs-Elysées, c'est le départ pour l'est de la France. Ce sont alors les durs combats des Vosges puis d'Alsace. Le 24 novembre : "Enfin, le pont de Kehl se profile. La 2e DB est dans Strasbourg !". Les derniers combats de l'hiver 1944-1945 sont difficiles et après une permission en Bretagne et une période de repos de la division dans l'Indre, c'est en avril, à nouveau, le départ, pour l'Allemagne cette fois, pour atteindre Berchtesgaden le 4 mai en fin d'après-midi : "un train est en partance, chargé de bagages et de marchandises abandonnés. Il paraît que c'est le train de Goering". Au-delà des bonnes bouteilles des caves, chacun se sert : "Dans ce repaire du nazisme, tout le personnel s'octroie un certain nombre de 'souvenirs' qui acquerrontd'autant plusde valeur historique qu'ils auront été 'récupérés' sur place". Le dernier choc sera celui de la découverte du camp de Dachau et de ses cadavres.

Un témoignage honnête et complet, qui "n'en rajoute pas" dans l'héroïsme et la gloriole, et qui traduit simplement ce que fut le parcours d'un jeune homme, qui un matin de juin 1940 décide qu'il quittera son pays occupé le soir même.

Editions Locus Solus, Lopérec, 2014, 143 pages, 19 euros.

ISBN : 978-2-36833-057-9.

Souvenirs de guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:00

Afrique

La guerre en cartes

Bernard Lugan

Dans le droit fil de son ouvrage Les guerres d'Afrique, des origines à nos jours (ici), Bernard Lugan propose aujourd'hui un atlas qui pourrait être (presque) compris comme un "testament" intellectuel tant il est ample, synthétique et porté par une idée qui s'exprime dès le premier article : "Le retour des ethnies", celles-ci étant pour lui aux sources des guerres africaines et les autres facteurs n'intervenant que pour amplifier cette cause initiale.

L'ouvrage se présente sous la forme d'une succession d'articles, ou de fiches de synthèse, d'une à deux pages pratiquement toujours associés à une carte très lisible. La première grande partie, après avoir expliqué le contexte continental (la végétation, l'eau, les langues, les religions, les matières premières, les politiques d'armement, etc.) s'intéresse aux conflits actuels et aux zones de crises en cours, de l'Afrique du Nord au Sahel, à l'Afrique orientale et centrale. Le seconde partie, plus prospective, identifie les "guerres de demain", qu'il s'agisse des conflits ethniques "en sommeil" (Guinée, RDC, Ethiopie, etc.), des conflits frontaliers "potentiels" ou des autres zones fragiles (Egypte, Algérie, Cameroun). Il termine par l'Afrique australe, avec cette interrogation inquiétante : "De l'arc-en-ciel au tsunami"... Considérant en conclusion les partis politiques africains ont dans la quasi-totalité des cas une base ethnique, et que "la démocratie ethno-mathématique tue la démocratie parce que, grâce au système majoritaire, les peuples démographiquement dominants échappent à l'alternance politique" (voir les cartes des pages 156 ou 184 par exemple), il en appelle à "trouver un moyen constitutionnel permettant de répondre à cette question essentielle : comment éviter que les plus nombreux soient automatiquement et définitivement détenteurs d'un pouvoir issu de l'addition des suffrages ?". Une question qu'il est sans doute l'un des rares à poser et qui risque d'être mal accueillies sous nos cieux. Mais qui repose la question des frontières arbitraires héritées de la période coloniale et trouve sa légitimité dans la multiplication et la permanence des crises et des guerres depuis de si nombreuses années.

Exclusivement disponible par correspondance : ici.

Atlas des guerres
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Afrique
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 06:15

Quelle histoire pour la France ?

Dominique Borne

La double question de "l'utilité" et des formes à prendre par l'enseignement de l'histoire de France aujourd'hui continue à alimenter un flux régulier de publications. Dans celle-ci, Dominique Borne affirme qu'elle reste indispensable et propose d'en écrire une nouvelle présentation : "La construction d'un nouveau récit, armé de toutes les avancées des recherches, apparaît pourtant d'autant plus nécessaire que la France n'occupe plus en Europe et dans le monde la place qui fut la sienne"

Dominique Borne propose donc dans une première partie un "Etat des lieux", qui s'intéresse d'abord à l'enseignement de la discipline à l'école ("Les élèves sont davantage invités à déplorer les victimes qu'à célébrer les héros"), puis aux "Usages politiques de l'histoire de France", à  travers les présidents de la Ve République, et aux grands moments traditionnellement soulignés du "roman national" autour desquels s'est construite (et à été reconstruite) l'histoire du pays, des Gaulois aux Francs et de Saint Louis à Napoléon. Il note ainsi, avec des objectifs politiques nettement différenciés, la cohérence dans la durée de l'usage politique de l'histoire nationale, avec deux grands récits (un monarchiste, un républicain), appelés à "prouver" l'existence d'un destin particulier. Constatant finalement qu'il "n'en subsiste que les pièces détachées d'une mémoire déglinguée", l'auteur se demande dans une deuxième partie s'il peut y avoir "De nouvelles histoires de France ?" : "Les guerres franco-françaises se jouent histoire contre histoire ... Comment retrouver des formes d'intrigue historique qui permettent le compromis et acceptent le pluralisme ?". Il propose plusieurs pistes. Tout d'abord se débarasser des grandes divisions chronologiques traditionnelles pour retenir quatre grandes périodes : "La France avant la France", "La France des rois", "La France des révolutions et des républiques" et "La France d'aujourd'hui", avouons que ce rejet d'une "chronologie structurante" nous semble sujette à discussion. Elle permet à l'auteur, de façon impressionniste, ou kaléïdoscopique, d'associer des éléments épars : "L'histoire de France que nous tentons d'imaginer ne met pas bout à bout les travaux des historiens pour dessiner une continuité intelligible. Elle utilise ces travaux pour éclairer des moments et les faire miroiter -jeux de glaces, reflets, transparences, échos". Sans être absolument conservateur, l'historien commence à tiquer. La multiplication des modèles, personnages restés peu connus voire inconnus, témoins ou acteurs des événements, accroît la confusion : le témoignage de l'un étant difficile à comprendre sans contextualisation et appropriation des fondamentaux en amont. Aux environ de la page 170, Dominique Borne commence à développer une série d'exemples, parmi lesquels la fondation de Marseille dans l'Antiquité, le royaume et l'Europe sous Louis XI, le tableau Le voeu de Philippe de Champaigne pour Louis XIII, la Déclaration des droits pour la Révolution, etc. A chaque fois, il s'efforce d'en retirer le ou les point(s) clef(s), les idées fondatrices, les interprétations originales, et ouvre des pistes pour des enseignements ultérieurs. Au final, si le projet ne manque pas d'intérêt, il peut sembler délicat de mise en oeuvre et pour certains peu convaincant. L'auteur consacre donc la dernière partie de son livre à "reconstituer" à titre d'exemple un discours historique en faisant "des habitants de ce pays les acteurs de toutes les intrigues", ce qui donne une curieuse succession de sujets ou citoyens pratiquement choisis par chacun : "Notre Panthéon est ouvert : au lecteur d'y placer les figures qu'il souhaite conserver de l'histoire de France"... Et de conclure : "Une histoire plurielle et libre, où la controverse est féconde puisque s'y affrontent toutes les expressions de la liberté et de l'égalité".

Un ouvrage étonnant, aussi intéressant qu'urticant. De propositions audacieuses, des idées indiscutablement novatrices, mais dont la mise en oeuvre "individuelle" semble pour le moins délicate quand on dispose pas des connaissances de base. Alors revient la question initiale : pourquoi et comment l'histoire de France ?

Gallimard, Paris, 2014, 358 pages. 22,50 euros.

ISBN : 978-2-07-013924-8.

Une (ou des) histoire(s)
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 06:00

Histoire du Front national

Dominique Albertini et David Doucet

Créé en 1973 comme structure fédérant différentes personnalités et organisations de la droite radicale, le Front national fait désormais régulièrement la Une de tous les médias. Au rythme de l'actualité, cette réédition mise à jour d'un livre paru il y a un peu plus d'un an se justifie pleinement.

Dans ce volume solidement référencé (plus de 90 personnes interviewées, amis et adversaires du FN, anciens et membres actuels, dont la liste et les dates d'entretiens figurent en fin de volume), les auteurs racontent l'histoire d'une "fédération électorale" créée par les cadres du mouvement Ordre Nouveau pour les élections législatives de 1973 et dont Jean-Marie Le Pen devient le chef unique par étapes après n'avoir été choisi que par défaut : il fallait un nom connu aux fondateurs du parti. Le récit détaillé des secousses internes (opposition avec le PFN à la fin des années 1970, scissions successives), la description de personnalités étonnantes (Duprat, Stirbois), la pauvreté paradoxale du parti alors que Le Pen a fait un riche héritage avec en contre-point la mobilisation des militants qui payent le matériel de propagande de leurs poches. Le parti végète et ne réalise que des scores marginaux jusqu'au début des années 1980 et c'est lors des cantonnales de 1982 que quelques candidats tangentent ou dépassent les 10%, puis l'année suivante qu'une liste FN dépasse à Dreux les 16% avant de participer à la gestion de la municipalité avec le RPR. Le livre se poursuit par l'alternance des succès (législatives à la proportionnelle, élections européennes) et des échecs (scission de Mégret). Au fil des pages, on croise en particulier différents représentants de la droite parlementaire, de Giscard d'Estaing à Balladur, qui auraient affirmé ne pas avoir rejeté une alliance avec le FN dès cette période. Les auteurs s'intéressent bien sûr aux premiers succès municipaux du parti (Toulon, Marignane et Orange) et à la mise en oeuvre d'une politique de "préférence nationale" dans ces communes. Les années 1995-2000 constituent en quelque sorte le creux de la vague en dépit d'un sucès marqué aux régionales, sur fond de divisions internes, de conflits de personnalités, de départs plus ou moins discrets et de manoeuvres d'appareil où l'on voit apparaître (et parfois disparaître) les noms les plus connus du parti. Au passage, on apprend qu'avant les élections présidentielles de 2002 l'Elysée favorise la collecte des signatures de grands électeurs pour Mégret afin d'affaiblir Le Pen, mais l'on sait ce qu'il en est le soir des résultats, le 21 avril. Emerge alors la fille cadette, Marine, dont la prise de pouvoir progressive se fait au détriment de dirigeants historiques qui parfois s'éloignent d parti (Gollnisch, Bompard) et à partir de 2011 se succèdent les événements que nous connaissons aujourd'hui.

Un livre à lire (en prévisions des prochaines échéances électorales ?), car il éclaire de l'intérieur et par le menu, et sans être systématiquement à charge, l'histoire d'un parti politique passé en quarante ans de 0,5 à 25% des suffrages.

Coll. 'Texto', Tallandier, 2014, 376 pages. 10,50 euros.

ISBN : 979-10-210-0724-6.

Fascination - répulsion
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 06:15

Rescapés d'Auschwitz

Alain Vincenot

Alors que les derniers survivants disparaissent peu-à-peu, Alain Vincenot est allé recueillir leurs témoignages.

Il s'agit pour lui de faire comprendre "la faim, la soif, le froid, l'épuisement, les coups, cette mort différée à laquelle étaient condamnés ceux que les SS avaient recrutés pour un travail d'esclaves, les marquant comme du bétail" en faisant connaître les récits des survivants : "il y a urgence". Après avoir rappelé (sur la base de nombreuses citations) ce que furent "L'usine à tuer", "L'obsession antisémite d'Hitler" et "La Shoah en France", l'auteur raconte ensuite avec des mots simples et touchants les parcours dans les camps de concentration de neuf survivants arrêtés en France, les horribles conditions de survie et la mort toujours présente, mais prend aussi soin de rappeler, en quelques lignes, en conclusion de chaque chapitre les conditions de "reconstruction" personnelle et familiale de chacun après la guerre : une reprise de scolarité, un mariage, la création d'une entreprise, et bien plus tard la naissance de petits-enfants et arrières-petits-enfants : "Ma revanche sur Hitler" conclue Sarah Lichtsztejn-Montard, tatouage A7142.

On peut peut-être regretter l'absence d'une conclusion d'ensemble, de synthèse, mais finalement qu'aurait-elle apporté à cette succession de témoignages ? On apprécie par contre les quelques annexes judicieusement choisies et le glossaire ("Le vocabulaire des camps") qui terminent le livre. Un retour parfois cru sur une réalité. La parole des victimes avant qu'elles ne disparaissent.

Editions de l'Archipel, Paris, 2014, 263 pages. 19,95 euros.

ISBN : 978-2-8098-1611-2.

Derniers témoignages
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile