Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 07:00

Sun Tzu en France

Yann Couderc

SUN-TZU-COUDERC.jpg

Récemment primé par l'IHEDN pour cette étude et animateur du blog éponyme (ici), Yann Couderc nous invite à découvrir le maître chinois de la stratégie en empruntant une voie peu ordinaire. Le résultat est tout-à-fait intéressant.

Plutôt que de se livrer à une Nième exégèse du célébrissime L'Art de la guerre, l'auteur a choisi en effet de nous en présenter les traductions, les développements, les réceptions et les échos en France. L'ouvrage est organisé en deux grandes parties : "Réception de Sun Tzu en France" et "Sun Tzu en français". Dans la première, il retrace toute l'histoire des éditions successives, depuis la première en 1772, puis, après un très long silence, en 1972. Il observe que le rythme ne cesse de s'accélérer dans la période la plus récente et (chap. 4, "Au-delà des livres papier", pp. 75-103) il en piste et décrypte littéralement les manifestations jusque dans la presse, l'audiovisuel, la bande dessinée (au moins quatre références !), et même la chanson. Dans la deuxième partie, il revient sur le texte lui-même, son origine exacte, sa rédaction, ses traductions successives (et leurs différences parfois étonnantes : "Des préceptes pouvant être totalement opposés d'une traduction à l'autre", p. 129). Ainsi, au fil de ses analyses, Yann Couderc propose au lecteur, de façon très originale, de pénétrer dans la substance même du texte, sans nous asséner d'interminables théories philosophico-stratégiques. Enfin, les amateurs apprécieront tout particulièrement les près de 50 pages de l'impressionnante bibliographie commentée, chaque référence dans tous les domaines (jusqu'à "Sun Tzu : stratégie et séduction" ou "Sun Tzu et la recherche d'emploi" !) faisant l'objet d'une appréciation critique argumentée.

Le livre d'un passionné, d'un excellent spécialiste, qui trouvera naturellement sa place dans toute bonne bibliothèque. 

Nuvis éditions, Paris, 2012, 222 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-36367-044-1.

Yann Couderc a bien voulu répondre à nos questions :

Question : Vous soulignez que depuis 2000-2001 on compte en moyenne deux nouvelles éditions par an. Comment expliquez-vous, après un si long quasi-silence, un tel engouement aujourd'hui ?

Réponse : Les années 2000 se sont en effet caractérisées par une véritable explosion des publications concernant Sun Tzu. Les rééditions, mais aussi les nouvelles traductions, se sont succédées et entassées pour aboutir aujourd’hui à une vingtaine d’éditions toujours disponibles en librairie. Dans le même temps, les articles citant de près ou de loin Sun Tzu ont fleuri. J’y vois une conjonction de plusieurs phénomènes, comme le suivisme des Américains qui avaient, eux, vu cet engouement s’initier dans les années 90, ou la présence de plus en plus forte de la Chine dans notre quotidien, allant de pair avec un courant favorable à l’Asie et aux « sagesses orientales »… Bref, bien que l’année 1999 marque une totale rupture avec le passé dans la diffusion de Sun Tzu en France, aucun élément déclencheur particulier n’est identifiable. Il est possible qu’il y ait eu un terreau favorable sur lequel a brusquement germé cet engouement pour L’art de la guerre. La question est alors de savoir s’il s’agit ou non d’un phénomène de mode qui aura disparu dans 10 ans.

Question : Vous signalez qu'il existe des traductions très variables du texte chinois originel. Quelles sont-elles et pourquoi avoir choisi de prendre pour référence celle de Jean Lévi, parue en 2000 chez Hachette ?

Réponse : Si certaines traductions sont manifestement mauvaises (la plus dévoyée étant aussi malheureusement celle la plus diffusée, car libre de droits…), plusieurs se révèlent en revanche très bonnes. J’ai toutefois tâché de prendre parti en identifiant parmi ces dernières celle qui me paraissait la meilleure. Non seulement du point de vue de la traduction, mais également de tous les compléments contenus dans le livre : notes de bas de page, textes explicatifs, précisions sur les ambiguïtés de traductions, etc. Au final, ma grille de sélection a déterminé la traduction de Jean Lévi comme se détachant du lot (que la grande majorité de militaires qui possèdent l’édition jaune de Samuel Griffith se rassurent : cette traduction est aussi de très bonne qualité…). Pour mener à bien cette étude, j’ai rencontré chacun des traducteurs(vivant, bien sûr) et échangé avec eux sur la façon dont ils avaient abordé leur travail et le pourquoi de tel ou tel choix de traduction. J’ai à cette occasion pris conscience de toute la spécificité du texte de Sun Tzu, écrit en chinois classique, langue que seules quelques dizaines de personnes maîtrisenten France. Et j’ai pu me rendre compte de tous les contre-sens que pouvaient alors générer des traductions de deuxième, voire troisième main. C’est ainsi que l’on en arrive à trouver des maximes réellement opposées entre deux éditions de L’art de la guerre. D’où la nécessité de se référer à une bonne traduction.

SUN-TZU-1.jpg

Question : De la bande dessinée à la culture pop, vous trouvez la trace de Sun Tzu partout. Combien de références avez-vous pu recenser au total ?

Réponse : Pour préparer ce livre, je me suis astreint durant une année complète à suivre chaque jour l’intégralité de la production sur le sujet en langue française, anglaise et espagnole (l’Amérique latine est extrêmement prolixe sur Sun Tzu). Au final, il paraît environ un article par jour ayant directement trait à L’art de la guerre (je ne parle pas de la simple citation). Le rythme est moins effréné en France, avec une production de « seulement » un à deux articles par mois. Idem en espagnol. Des livres paraissent en outre régulièrement pour adapter les préceptes de Sun Tzu aux domaines les plus divers de la vie : médecine, développement personnel féminin, séduction, éducation des enfants, … Dans les domaines plus inattendus, on trouve L’art de la guerre adapté en jeux, en chansons, en peintures corporelles… Quant à Sun Tzu, une boisson énergisante porte même son nom ! Sun Tzu fait donc définitivement partie de notre culture.

Question : Finalement, est-on certain de disposer effectivement de la totalité du texte initial et celui-ci a-t-il bien été rédigé par Sun Tzu ?

Réponse : Bien des détails permettent en effet de douter qu’une personne unique est à l’origine de L’art de la guerre : alternance de styles différents, propos manifestement rajoutés a posteriori, architecture globale du traité chaotique, etc. En outre, le personnage de Sun Tzu demeure une énigme. Les textes racontant sa vie apparaissent aujourd’hui comme des inventions, et aucun document n’atteste de l’existence d’un quelconque grand stratège éponyme à l’époque où nous datons aujourd’hui la composition de L’art de la guerre (au IVe siècle avant J.-C.). A contrario, rien ne permet d’affirmer avec certitude que Sun Tzu n’a pas existé… Quant à savoir si nous disposons de la totalité du texte, la réponse est oui. Cependant, les caractéristiques d’écriture de l’époque nous permettent d’affirmer qu’il n’y a pas eu de traité initial intitulé « L’art de la guerre » ; la réalité est beaucoup plus complexe que cela. Pour schématiser, un magma littéraire ayant trait à la stratégie existait, relevant probablement d’une école – celle de Sun Tzu – duquel s’est progressivement sédimenté au fil des siècles un traité, que nous nommons aujourd’hui « L’art de la guerre ».

SUN-TZU-2.jpg

Question : Est-il vrai que nombre de grands militaires de ce monde, de Napoléon au général Schwarzkopf ont eu Sun Tzu pour référence ?

Réponse : La légende est belle, mais je crains qu’elle ne soit qu’une action de propagande passive venant de la Chine, qui a tout intérêt à laisser dire que les grands de ce monde trouvent leur inspiration dans leur culture millénaire. En effet, ces affirmations sont quasi-systématiques en Chine, et, de fait, sont fréquemment reprises en Occident. Pourtant, l’étude de la diffusion de L’art de la guerre dans nos pays montre qu’il est quasiment impossible que cela s’avère vrai. Le cas du général Schwarzkopf est un peu différent, car il connaissait effectivement L’art de la guerre. Je n’ai cependant jamais trouvé de preuve que, comme on le voit couramment écrit, le traité de Sun Tzuait pu constituer son livre de chevet durant la guerre du Golfe. De nombreuses légendes circulent, comme son ordre de faire distribuer à chaque Marines en Irak un exemplaire du traité de L’art de la guerre. Tout cela est bien sûr faux, mais se base sur un fond de vérité : les Marines ont plus que l’Armyla culture de l’approche indirecte prônée par Sun Tzu.

Merci très vivement pour toutes ces précisions et cette étude originale. A très bientôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie et principes de la guerre
commenter cet article

commentaires

Lucie 26/03/2013 19:08

Merci pour cette présentation et pour le lien qui m'a permis de découvrir un blog très intéressant.
Malheureusement, ce titre est indisponible en Suisse.

guerres-et-conflits 26/03/2013 21:01



N'avez-vous pas la possibilité de vous le faire commander ?



Charlotte 26/03/2013 10:50

Grand fan de Sun Tzu, je vous remercie d'avoir présenté ce livre que je n'avais pas vu passer. Il a l'air très intéressant. Sun Tzu est effectivement un génie dont les préceptes peuvent s'adapter à
tous les domaines.
Je vais lire cet ouvrage avec grand plaisir.

guerres-et-conflits 26/03/2013 11:43



Merci pour ce commentaire sympa.


A bientôt.



Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile