Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 07:00

Marie Ier, le dernier roi français

La conquête d'un aventurier en Indochine

Antoine Michelland

  Marie-Ier-Le-dernier-roi-francais.jpg

Vous souvenez-vous d'Antoine de Tounens, avoué de Périgueux autoproclamé roi d'Araucanie et de Patagonie, et devenu Orélie-Antoine Ier ? Voici l'histoire de son alter ego oriental, au coeur de l'Indochine. Les philatélistes connaissent le pseudo-royaume des Sédangs par les émissions fantaisistes qui émaillent sa brève histoire, dans des conditions plus proches de l'abus de confiance que de la mise en place des marques extérieures d'une administration.

Le livre d'Antoine Michelland nous transporte dans l'Indochine des années 1880-1890, lorsque Marie Ier tente de faire reconnaître "son royaume" par le gouverneur général d'Indochine et placer "son" pays sous protectorat français. L'intéressé, arrivé en Extrême-Orient en 1863, reste cinq ans sous les drapeaux en Cochinchine et bénéficie grâce à un amiral qui avait été proche de son père d'une recommandation auprès du premier gouverneur, Louis Bonard.  Au terme de son contrat, il regagne l'hexagone, s'installe provisoirement à Toulon, est mobilisé au sein de la Garde nationale du Var en 1870 et sert en partuclier à l'armée de Chanzy. Il y gagnera la Légion d'honneur. En 1872, il s'installe à Paris où il devient inspecteur des eaux de la ville, déménage en Gironde deux ans plus tard à la suite de revers de fortune (en fait, il dilapide l'héritage), tâte de la politique locale. En 1881, il retrouve la capitale, se lance dans la bourse et la banque, mais pour dépenser l'argent avant de le gagner ... Deux ans plus tard, il est à nouveau au bord de la faillite et quitte la France dans l'urgence, poursuivi par ses créanciers. On le croise au Congo, puis aux Indes néerlandaises. Une vie d'aventurier commence mais il revient en France, trouve l'appui du puissant banquier Sellière, parvient à obtenir un mandat du ministre de l'Instruction publique pour la direction d'une exploration scientifique et organise une nouvelle expédition extrême-orientale. Il débarque à Saigon en mai 1885, prêt à toutes les audaces, dispose au début de son aventure de quelques soutiens métropolitains et trouve l'appui de colons et de missionnaires sur place. La haute administration du territoire pourtant, en la personne du gouverneur, ne lui fait pas confiance. Tout en étant surveillé par la Sûreté, il laisse dire qu'il mène des actions d'espionnage à la frontière de l'Annam alors même que les mandarins et les lettrés se sont révoltés contre la tutelle française. Il pénètre en territoire Moï et envisage d'abord d'y fonder une colonie agricole avant de rêver d'en devenir tout simplement le maître ... le roi ! L'époque est plutôt favorable au projet : en 1888, le statut des territoires indochinois est modifié, un nouveau gouverneur général prend ses fonctions, les hauts plateaux et les massifs montagneux en direction du Laos deviennent des objectifs à atteindre et surtout l'Angleterre à partir du Siam tente d'étendre son influence vers l'Est. Au printemps 1888, il se lance dans l'aventure avec "dix-huit fusils, trois carabines, quatre revolvers et deux mille cinq cents cartouches" et semble triompher le 3 juin lorsqu'il est effectivement reconnu roi, doté de pouvoirs "magiques", par les chefs des tribus fédérées. Mais l'administration française décide de ne pas fermer les yeux plus longtemps : "Désavouez ses actes et prenez des mesures de rigueur". Le territoire de "son" royaume étant  théoriquement soumis à l'empire d'Annam, il se trouve naturellement compris dans le traité de protectorat très dur qui vient d'être signé et il n'y a plus aucune utilité pour les autorités à instrumentaliser un aventurier jugé par ailleurs peu fiable. Alors que Marie Ier a quitté son royaume pour chercher à Hong Kong des investisseurs et des appuis, le gouverneur général Richaud n'est pas tendre à son égard et télégraphie en décembre 1888 au consul de France dans la colonie britannique : "Je ne crois pas devoir vous cacher que M. de Mayréna a laissé la plus fâcheuse réputation à Saigon où l'on a gardé le souvenir des procédés peu délicats employés par lui pour se procurer des ressources et où plusieurs colons ont été dupes de leur confiance exagérée".

Pendant des mois, des années, cette affaire va émerger, resurgir, apparaître à nouveau dans les correspondances diplomatiques officielles de Paris, Londres et même Berlin. Pris à son propre rêve, Marie Ier voyage, en Asie, en Europe, séjourne à Paris, tente de faire reconnaître son royaume exotique, plume quelques gogos, vit d'expédients. Le "monarque" déjà privé de royaume survit quelques temps en Belgique, distribue allègrement décorations et titres, vend ses simili-timbres, figure désormais plus souvent dans la rubrique "Polémiques et scandales" de la presse que dans celle de la "Vie mondaine". Poursuivant son mirage, Marie Ier recrute quelques mercenaires belges, cherche à embaucher des recrues malaises à Singapour, prétend vouloir débarquer en Indochine pour reconquérir "son royaume" et annonce même sa conversion à l'Islam. Pour son biographe, "la démence contre quoi son esprit lutte depuis des années rompt les dernières digues, sa raison chavire". Il est surveillé par les consuls de toutes les puissances européennes, abandonné par ses derniers fidèles, s'enfonce dans la folie et meurt le 11 novembre 1890. Le fonctionnaire britannique qui enregistre son décès note : "David de Mayréna, comte de Drey, Marie Ier, roi des Sédangs" et "jusqu'à la fin du protectorat, les résidents britanniques veilleront à entretenir la tombe" !

Le biographe est plutôt favorable à son sujet, certes, et d'autres études montrent Marie Ier sous un jour beaucoup plus critique. Mais voici un récit extra-ordinaire, au sens propre du terme. L'extrême-Orient à la fin du XIXe siècle vu sous l'angle des aventuriers les plus fous. Un excellent livre ouvert sur des horizons lointains pour les vacances qui s'annnoncent.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile