Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:00

Obéir et commander au feu

François Cochet (Dir.)

Experience-combattante.jpg

Voici le deuxième volume d'actes du cycle de séminaires lancé par le professeur François Cochet sur le thème de l'expérience combattante des 19e au 21e siècles. Le volume publié l'an dernier était centré sur la question de la formation des combattants, celui de cette année, Obéïr et commander au feu, est donc parfaitement complémentaire.

Selon le principe adopté depuis le lancement de ce programme de recherche (voir l'entretien ci-dessous), cet ouvrage se distingue par son caractère pluridisciplinaire, tout en restant centré sur les questions militaires, ce qui lui done une grande cohérence. Il est divisé en trois parties principales : "Les éléments de transversalité : lectures des actes d'obéissance et de désobéissance au feu", "Commander et obéïr au combat" et "Adaptations aux ordres reçus et refus d'obéissance". Parmi les thèmes abordés et les intervenants, on remarque le sociologue Claude Weber ("Réflexions sur les formes d'autorité et l'obéissance à un ordre illégal"), le lieutenant-colonel juriste Philippe Frin ("L'environnement juridique du champ de bataille aujourd'hui"), le médecin-chef Yann Andruetan ("L'obéissance en milieu militaire et la psychiatrisation de la désobéissance"), etc. Les exemples historiques traités s'étendent de la conquête coloniale à la fin du XIXe siècle (Rémy Porte, "Les leçons de commandement du capitaine Prokos") à l'Italie des années de plomb (Nicola Labanca, "Le refus de combattre et d'obéïr des objecteurs de conscience italiens dans les années 1970", en passant bien sûr par la Grande Guerre (Michael Bourlet, "Les ordres d'attaque des corps d'armée français en 1915 : permanences et innovations" ; ou Julie d'Andurain, "Les généraux de la Grande Guerre, entre obéissance et désobéissance"), à la Seconde guerre mondiale (Julie Le Gac, "Surveiller et punir : le poids de la discipline dans l'exercice du commandement au feu. L'exemple du Corps expéditionnaire français en Italie (1943-1944)" ; ou Francis Balace, "Commander à quoi, obéir à qui ? Les problèmes franco-belges de subordination et de liaison en mai 1940"), mais aussi à la guerre d'Algérie (Frédéric Médard, "Soldats de métier et conscription : les chefs de section et le rétablissement de l'ordre en Algérie, 1954-1962") ; ou Jean-Charles Jauffret, "Guerre d'Algérie : typologie de la désobéissance"), pour ne prendre que quelques exemples.

C'est dire toute la richesse de ce volume, qui nous parle aussi bien du 1er Corps canadien en 1944 (Yves Tremblay) que de la Légion garibaldienne en 1914 (Hubert Heyriès). Dans la conclusion qu'il m'a été demandé de rédiger, je souligne en particulier "qu'il s'agit ici de verbes d'action, à la fois co-substantiels du métier militaire, et indissolublement liés entre eux puisque, tout au long de sa carrière, un officier, fut-il officier général, ne cesse de commander ET d'obéir, c'est à dire de traduire en ordres pour ses subordonés ceux que lui-même reçoit de son autorité supérieure ... Chacun, à son niveau de responsabilité, est donc quotidiennement en situation de commander et d'obéir".

Notons que les prochaines livraisons aborderons Les environnements du combattant (parution en 2013) et Les blessures des combattants (parution en 2014).

Collection 'Actes académiques', Riveneuve éditions, Paris, 2012, 413 pages, 26 euros.

ISBN : 978-2-36013-112-9

COMBATTANTS 2 

François Cochet nous présente un point de situation sur ce programme de recherche.

Question : Pouvez-vous nous présenter le programme de recherche EXPECOM dans son ensemble ? Quels sont les objectifs poursuivis ?

Réponse : Travaillant depuis une quinzaine d'années sur les comportements des soldats au combat (notamment ceux de la Grande Guerre), j'ai voulu opérer une démarche comparative. EXPECOM 19-21 s'appuie sur une interrogation que j'ai voulu finaliser dans un programme de recherche, labélisé pour les quatre années par la Maison des sciences de l'homme (MSH) - Lorraine. Le constat de départ était simple. Peut-on mesurer des évolutions transversales de l'expérience des soldats au feu depuis le milieu du XIXe siècle ? Certains historiens avancent les thématiques de la "brutalisation" du champ de bataille durant la Grande Guerre, et j'ai voulu suivre sur le long terme les comportements des soldats à l'aune de certaines évolutions techniques. Par-delà les différences technologiques, chronologiques, et les différentes cultures nationales des militaires, les grandes peurs, hantises, fiertés, héroïsmes du champ de bataille évoluent-ils fondamentalement ? En d'autres termes, c'est l'éternelle question des mutations -tant mentales que technologiques- et des permanences, leur équilibre et partage sur les champs de bataille successifs du XIXe siècle à aujourd'hui, qui représentent les enjeux essentiels de ce programme commencé en 2010 et qui s'achèvera en 2014. Il s'agit d'un programme pluridisciplinaire où les historiens -tant civils que militaires- travaillent conjointement avec des juristes, des linguistes, des sociologues ou des médecins.

Question : Que retirez-vous de ce volume 2, consacré à "Obéïr et commander au feu" ? Quelles sont les principales pistes explorées ?

Réponse : Le premier volume avait concerné la formation des soldats, tant d'une point de vue théorique que par "RETEX". Le second volume essaie de suivre les comportement d'obéissance et de commandement, vécus sur le terrain. En aval de la formation initiale des combattants, les réflexes d'obéissance sont intériorisés plus ou moins parfaitement, en fonction de la qualité de la troupe, des circonstances du conflits concerné, de la personnalité du chef. Comment commander au feu quand on est sous-lieutenant ou général ? Ni les modalités, ni les formes du commandement ne sont les mêmes dans cet exemple. De ce point de vue, la communication d'André Martel, consacrée au général Compagnon et à ses différents types de comandement au feu depuis le grade de lieutenant, s'avère tout-à-fait dans la ligne de la démarche.

COMBATTANT-1.jpg

Question : A ce jour, vous êtes à mi-parcours : pouvez-vous établir un bilan intermédiaire ?

Réponse : Malgré les difficultés matérielles (le sciences humaines sont le parent pauvre de la recherche en France) et intellectuelles (dès que l'on touche à la culture militaire, l'université française dans sa grande majorité à tendance à se cabrer), le programme se déroule conformément à mes attentes. Pour les raisons budgétaires évoquées, j'ai été obligé de réduire la voilure en n'invitant pas autant de collègues étrangers que je l'aurais souhaité. Il n'en demeure pas moins que les acquis scientifiques sont très réels et ont déjà permis de faire émerger des invariants comportementaux, mais aussi les différentes cultures nationales des milieux militaires. Les 38 communications des deux premiers volumes de la collection "Expérience combattante 19e-21e siècles" (Riveneuve éditions) commencent à constituer une base-ressource documentaire intéressante, qui va être complétée par la publication du volume du colloque tenu il y a quelques semaines à Metz (consacré aux "Environnements du combattant", tant matériels qu'intellectuels) qui paraitra en 2013, tandis que la dernière session du programme se tiendra fin 2013 et sera consacrée aux "Traumatismes des combattants", physiques, phychiques et mémoriels.

Question : En tant que professeur des universités, comment voyez-vous l'avenir de l'enseignement de l'histoire des conflits ?

Réponse : Nous ne sommes plus très nombreux à travailler sur les conflits en nous intéressant aux combattants et aux dimensions militaires. Les évolutions, en France, ont amené à faire du soldat une "victime", ou un "fusillé pour l'exemple", au mépris de la compréhension des comportements des époques passées. Ces amalgames anachroniques sont le reflet d'une dérive vers le mémoriel et ses fonctionnements propres d'empathie, au détriment de la démarche réellement historienne, construite sur la tentative de compréhension par imprégnation et d'explication du passé. Nous sommes là, vraiment, dans une régression conceptuelle induite aussi, en partie, par la victoire de "l'histoire culturelle", pour laquelle il n'existe plus des faits mais seulement des représentations mentales des faits. La demande de l'institution militaire est plutôt centrée sur la géostratégie, dont les historiens sont de plus en plus évacués par les politologues, ou sur un "RETEX" utilitaire, largement ignorant des expériences historiques. Or, il n'y a souvent de nouveauté qu'ignorance du passé.

Tout cela n'est guère encourageant pour voir se développer une histoire des conflits qui prenne en compte les innovations méthodologiques  d'une histoire des représentations, sans pour autant faire fi de la précision nécessaire à toute histoire du champ de bataille. Entre une "histoire militaire" dépassée consistant à compter le nombre de canons présents dans une bataille et à en rester à un simple procédé descriptif, et une pseudo-anthropologie historique ne maniant que des concepts, il y a de la place pour une histoire des conflits et des hommes sereine et moderne. Fort immodestement, c'est cette histoire que j'essaie de faire avec quelques autres.

Merci François Cochet pour cet état des lieux, à la fois un peu sombre, mais aussi riche de perspectives.

Partager cet article

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire sociale et culturelle
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile