Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:03

L'Histoire fabriquée ?

Ce qu'on ne vous dit pas à l'école...

Vincent Badré

L-HISTOIRE-FABRIQUEE.jpg

Ce livre fait, à notre sens, absolument partie de ceux qu'il faut lire sur la question.

L’auteur, lui-même enseignant d’histoire-géographie en banlieue parisienne depuis plus de dix ans, nous propose ici une analyse de l’enseignement de l’histoire basée sur son expérience personnelle et "l'exploitation" (non pas exhaustive, mais au moins très large) des manuels utilisés par les professeurs. Il insiste en introduction sur l’importance de ces livres (« choisis collectivement par les équipes des professeurs d’histoire-géographie de chaque lycée ou collège »), car « ils utilisent souvent un choix d’exemples orientés par le souci de faire découvrir des valeurs dominantes aujourd’hui ». Il n’y a pas à proprement parler « mensonge », mais plutôt « influence », car « rien n’est faux, ces documents [présentés dans les manuels] existent, mais les questions posées, le nombre de documents choisis, l’insistance sur tel ou tel argument finissent par fabriquer une opinion au lieu d’aboutir à une description juste de la réalité du passé ».

Il faut d’abord insister sur le caractère méthodologique, systématique du travail, sur les nombreuses citations des différents manuels et sur les comparaisons régulières effectuées entre eux. Le corps du livre est découpé suivant les grandes périodes enseignées (« Antiquité », « Moyen Âge », « Renaissance », « Monarchie absolue et révolution », « XIXe siècle », « Guerres mondiales », « Le monde après 1945 ») ; chacune de ces parties est elle-même subdivisée en deux à cinq thèmes particuliers (quatre pour le « XIXe siècle » par exemple : « Romantisme politique », « La question sociale pendant la révolution industrielle », « Troisième république » et « La colonisation »). Chaque thème enfin est lui-même présenté à travers trois à cinq exemples précis ; ce qui donne au final un plan très clair (un peu rigide, mais de fait rigoureux) dans lequel le lecteur se retrouve aisément : « Guerres mondiales » - « Première Guerre mondiale » est ainsi subdivisé en « L’école de la république enseignait un patriotisme ouvert » (classes de 4e et de 1ère), « C’est l’Allemagne qui a déclenché la Première Guerre mondiale » (classes de 3e et de 1ère), « Les poilus n’étaient que des chairs à souffrance » (classes de 3e et de 1ère), « Les troupes coloniales ont servi de chair à canon » (classe de 1ère), et « Des Arméniens ont été massacrés par les Ottomans » (classes de 3e et de 1ère).

Pour entrer dans le détail de son analyse et appuyer son argumentation, Vincent Badré adopte ensuite pour chaque cas particulier, tout au long de son livre, la même présentation. Prenons un exemple : dans « Guerres mondiales » / « Première Guerre mondiale » / « Les poilus n’étaient que des chairs à souffrance », il étudie successivement « La fabrique d’une idée reçue » (Qu’en dit-on ?, Comment le dit-on ? Ce qu’il y a de vrai), puis « L’histoire à redécouvrir » (Ce qu’il faut aussi savoir). Détaillons ces trois pages (pp. 146-148) :

-         Les poilus n’étaient que des ‘chairs à souffrance’

  • La fabrique d’une idée reçue :

Qu’en dit-on ? « Le soldat de 1914 n’est qu’une victime … Les souffrances et les difficultés des soldats occupent 37 à 61 % des documents choisis par les manuels à propos de la Première Guerre mondiale … L’engagement des soldats est présenté comme quelque chose d’absurde ; en effet les motivations des hommes de 1914-1918 sont peu évoquées dans les manuels et de manière déformée »

Comment le dit-on ? « La domination d’une école d’interprétation historique ». Il évoque « l’influence des historiens rassemblés autour de l’école de Péronne » et termine : « La seule histoire des perceptions ne suffit pas pour comprendre cette guerre et les motivations de ceux qui l’ont faite ». Il remarque que Bécassine est seule présentée comme engagée volontaire : « Un exemple peut ridiculiser une cause ou un courant de pensée ».

Ce qu’il y a de vrai : dans l’ensemble des sociétés, en France comme chez les autres belligérants, « le discours ambiant encourage la violence pendant ce conflit … Ces discours portaient [car] tous les soldats n’étaient pas ces instituteurs regrettant de se découvrir d’antiques instincts de cruauté », évoqués dans le manuel Belin de 1ère.

  • L’histoire à découvrir :

Ce qu’il faut aussi savoir : « Beaucoup de soldats ont aussi combattu par patriotisme », chez les intellectuels comme dans les classes populaires,« le refus de la guerre n’est pas seulement né d’un sentiment de lassitude » mais pouvait être la conséquence d’un engagement socialiste et révolutionnaire, enfin « on ne lira pas non plus dans les manuels la lettre encyclique de Benoit XV qui condamne dès le 1 er novembre 1914 une guerre où les nations s’entredétruisent ».

 

Tous les chapitres pourraient être cités sur ce plan, des devoirs du citoyen ou de la situation des esclaves dans l’Antiquité grecque et romaine, à la période la plus récente avec « La croissance économique met la terre en danger ». C'est-à-dire qu’en presque 300 pages Vincent Badré nous présente une véritable analyse de ce que nos enfants apprennent, … et n’apprennent pas. Sa conclusion n’est d’ailleurs pas manichéenne : « Nous avons finalement trouvé dans les livres d’histoire d’aujourd’hui une proportion, encore trop faible, mais réelle, de documents qui donnent une vue plus libre, plus large et plus ouverte à la variété de l’histoire humaine ». Il met certes en relief une orientation générale politique et culturelle (citant l’auteur des manuels chez Belin : « Les manuels diffusent les valeurs que les programmes drainent : ils sont prorépublicains, proeuropéens, pour l’équilibre social et la diversité culturelle »). Mais les directives du ministère ou le contenu des ouvrages ne sont pas seuls en cause, car « les manuels sont difficiles à lire sans la médiation d’un enseignant qui fait le lien entre les documents qu’il choisit d’utiliser et d’expliquer et qui construit pour ses élèves un résumé qui ressemble à celui du livre ». Il doit cependant en conclure qu’il s’agit de « manuels souvent peu ouverts au pluralisme et à l’esprit critique », qu’ils sont « un révélateur de notre âge du renoncement" et qu’ils privilégient « angélisme et dévalorisation de l’action ». Ils traduisent le « déracinement et [le] refus des héritages culturels européens » et favorisent le « progressisme comme école du consentement à ce qui existe ». Bref, le bilan n’est quand même pas brillant, même si l'espoir subsiste : « appel à l’émotion », « manque de réflexion » et « absence de débat ».

On apprécie les annexes, l’appareil de notes et références et l’index. Une analyse raisonnée, « à froid », mais qui ne manque pas de conviction, à lire absolument pour quiconque veut s’intéresser à ce sujet : l’enseignement de l’histoire.

Editions du Rocher, Monaco, 2012, 289 pages, 21 euros.

ISBN : 978-2-268-07436-8

HISTOIRE-1.jpg

Vincent Badré a répondu à quelques questions plus précises :

Question : Vous évoquez le fait que les manuels sont choisis dans les établissements par les professeurs eux-mêmes. Selon votre expérience, comment est effectuée cette sélection ? Qu’est-ce qui est recherché ou privilégié dans un nouveau manuel ?

Réponse : Les manuels sont choisis collégialement par le groupe de professeurs de chaque établissement. Il faut donc qu'ils n'aient dérangé les connaissances ou les idées reçues d'aucun des membres de ce groupe. Cela explique l'apparence de prudente neutralité et le fait qu'ils restent souvent dans des idées reçues majoritaires et datées. Les critères de choix sont essentiellement pratiques. Il faut trouver un manuel qui offre des documents variés, faciles à commenter par le professeur et à utiliser en cours avec des élèves d'aujourd'hui.

Question : Vous insistez en conclusion sur le rôle de l’enseignant, au-delà du manuel retenu. Pensez-vous que la formation en amont des professeurs d’histoire soit suffisante ? Comment expliquez-vous les « glissements » observés dans la transmission de la discipline ?

Réponse : La formation des professeurs d'histoire se fait dans les universités d'aujourd'hui, que je connais mal. Ce qui me semble manquer dans les manuels, c'est le souci de pratiquer régulièrement les règles de la critique historique. On n'y pose que très rarement les questions essentielles qu'un historien se pose devant une de ses sources d'information : savoir si le document est cohérent, se demander qu'elles étaient les motivations de celui qui l'a produit et si ce qu'il apporte rejoint ou s'éloigne des connaissances acquises sur la période qu'il concerne.

Les glissements de l'enseignement de l'histoire procède en partie de l'application excessive et simplificatrice des tendances de la recherche universitaire. La "nouvelle histoire" se détournant de "l'histoire bataille" et de la biographie, on n'en verra pratiquement plus dans les manuels, alors que pendant ce temps là les historiens de ce courant, comme Georges Duby ou Jacques Le Goff publient des récits de batailles et des biographies. L'enseignement de l'histoire a aussi été pris dans les batailles idéologiques françaises. Républicain, patriotique, centralisateur, il a été attaqué par les détracteurs du "roman national", et partiellement remplacé par un "roman inversé" excessivement repentant, alors que l'histoire précédente avait surtout insisté sur "toutes les gloires de la France".

HISTOIRE-2.jpeg

Question : Si vous deviez classer les principaux manuels utilisés sur une échelle de 1 à 10, la plupart se situeraient à quel niveau ? Quelle serait la note du « meilleur » ? Et celle du « pire » ?

Réponse : On pourrait dire, comme certains, que mettre des notes est stigmatisant et traumatisant. En fait, il est difficile de répondre, car la note variera selon les attentes. La plupart des manuels sont techniquement bien faits et adaptés à leur usage actuel. Il n'y a pas entre eux de très grandes différences de qualité. Certains manuels, dirigés par un directeur de collection à forte personnalité, sont meilleurs que les autres (Pour les manuels anciens, disponibles d'occasion, on peut citer les noms de Jacques Marseille dans les années 1980, Serge Bernstein dans les années 1990, Jérôme Grondeux, Jean-Michel Lambin dans les années 2000, et les manuels des classes de STI d'Eric Chaudron chez Belin).

S'il s'agissait de noter le respect du pluralisme, les note seraient généralement bien plus faibles. Beaucoup de manuels choisissent en effet de mettre en valeur des faits généralement considérés comme négatifs sur certains sujets comme le Moyen-Age et des faits considérés comme positifs à propos d'autres époques.

Question : Quand vous parlez « d’âge du renoncement », de « dévalorisation de l’action », de « déracinement », il s’agit de questions graves pour une société. Comment voyez-vous l’avenir ?

Réponse : Les manuels prennent la couleur de l'air du temps. Ils portent les valeurs dominantes de notre époque désabusée, après l'échec sanglant des grandes utopies messianiques du XXe siècle. Les "guides", qui avaient proclamé la capacité des hommes de changer l'histoire ont échoué et les manuels nemettent plus en valeur les grands personnages historiques.

Le livre "L'histoire fabriquée ?" cherche pour sa part à montrer des exemples concrets d'actions qui ont changé l'histoire. Il parle de Catherine de Sienne, qui arrive à convaincre un Pape du Moyen-Age de quitter Avignon pour retourner à Rome ; de jean Corentin Carré, qui s'engage dans la guerre de 14-18 avant l'âge lgal, par patriotisme ; d'Albert de Mun, député minoritaire à la Chambre sous la IIIe République, qui invente bien des lois sociales d'aujourd'hui ; ou encore des paysans bretons qui se sont organisés eux-mêmes pour mener à bien la modernisation de leur agriculture. Ces exemples historiques et mon expérience d'enseignant me remplissent d'espérance. Les jeuns élèves d'aujourd'hui sont tout-à-fait capables de réfléchir et de s'intéresser à l'histoire. Il ne leur manque que des occasions d'agir et des structures qui leur permettent d'engager leur énergie dans l'amélioration de la société.

Question : En tant qu'enseignant, quelle est votre citation préférée ?

Réponse : Ce passage d'un tract du syndicat polonais "Solidarité" des enseignants, lancé le 17 janvier 1982 pour protester contre les interventions du pouvoir politique dans le contenu de l'enseignement de l'histoire : "Ne renoncez pas à chercher la vérité, essayez de toujours distinguer le savoir honnête de la falsification des faits par la propagande ... Essayez de rester des hommes libres, responsables, aspirant à un savoir intègre et profond ... Recherchez les voies qui vous mèneront à un savoir non falsifié. Discutez, nouez des contacts avec des gens qui vous aideront à chercher la vérité, pensez..."

Merci Vincent Badré, pour ces réflexions aussi mesurées qu'argumentées Bon courage et plein succès dans toutes vos initiatives.

Partager cet article

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Réflexions générales
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile