Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 06:00

Officiers

Des classes en lutte sous l'uniforme

Christel Coton

Voilà une étude originale, qui jette un éclairage cru, mais répétitif et parfois biaisé, sur les rapports internes au sein du corps des officiers. En résumé, la thèse est simple : sous une apparente unité, l'institution militaire entretient (voire favorise) une forme de "suprématie" des saint-cyriens sur les autres statuts.

Objectivement, c'est assez exact. Et l'intérêt de livre de Christel Coton est bien de donner de nombreux exemples très concrets, personnellement observés et notés à l'occasion de deux séjours prolongés au sein de l'armée de terre, un régiment des forces et une école. Toutefois, l'auteure semble souvent trop impliquée dans son sujet et manque de distance par rapport aux observations qu'elle souligne. Il est d'abord surprenant que cela puisse apparaître comme une "découverte" et que l'auteure l'assimile à une forme de tension sociale, ou de "lutte des classes". Elle multiplie ainsi les exemples et les citations pour illustrer le fait que les officiers de recrutement semi-direct ou tardif seraient désavantagés, surtout s'ils n'appartiennent pas à une "arme combattante" (si possible prestigieuse) et si, en plus, ils ne commandent pas une unité de combat. On ne peut alors que conseiller la rédaction d'une étude similaire sur les rapports entre professeurs des universités et maîtres de conférences dans l'enseignement supérieur, ou entre médecins chefs et internes dans les hôpitaux. Toute organisation est hiérarchisée, et toute hiérarchie a tendance à entretenir à son sommet un groupe dominant. Dans le cas de l'armée de Terre, le fait d'avoir réussi à 18 ou 19 ans le concours de Saint-Cyr et d'en être sorti officier à 21 ou 22 ans donne un indiscutable avantage, renforcé lorsque les intéressés parviennent à être brevetés de l'école de guerre. C'est vérifié, connu, ... et globalement admis même si à l'occasion des "conversations de popote" tel ou tel se fait régulièrement brocardé car jugé trop jeune ou pas assez expérimenté. Car il y a un paramètre que Christel Coton ne prend pas assez en compte pour avoir limité son étude à un régiment et à l'école d'état-major : l'âge est un facteur essentiel. Celui qui devient lieutenant à 25 ou 30 ans a, dès le premier jour et au-delà de toute autre considération, 5 à 10 ans "de retard" sur ses camarades (saint-cyriens) plus jeunes, alors même que le processus de sélection interne vise entre autres à sélectionner des chefs le moins âgés possible. Sans compter qu'il est peut-être préférable pour commander par exemple une compagnie de soutien (et tenir tête aux chefs de service), il vaut mieux avoir une certaine ancienneté ? Par ailleurs, un corps constitué de plusieurs dizaines de milliers d'hommes et de femmes ne saurait être monolithique : l'armée de Terre ne l'est pas davantage que la préfectorale ou les autres grands corps de l'Etat. Pourrait-on mettre en parallèle les évolutions de carrière ou tout simplement les relations interpersonnelles dans les entreprises entre des ingénieurs des Mines ou des Ponts avec leurs "camarades" issus d'écoles moins prestigieuses ? Qu'en est-il du chemin tracé aux énarques ou aux anciens élèves d'HEC ? Alors, bien sûr, il y a fréquemment sentiment d'injustice pour ceux qui n'ont pas pu, su, ou voulu réussir un concours à 20 ans (et il y a là une spécificité française), et dans certains cas il peut-être avéré. Bien sûr les officiers sous contrat constituent une forme de "marge de gestion" pour les responsables RH : c'est parfois injuste, mais c'est dans la définition même du statut. Bien sûr, un chef de corps peut avoir parfois tendance à "surnoter" le Cyrard aux dépends d'un autre officier subalterne d'une autre origine, ou passer plus facilement sur une "erreur de jeunesse". Bien sûr, les ressources humaines sont parfois gérées de façon peu individualisées et certaines affectations peuvent étonner. La sélection des "hauts potentiels" semble parfois reposer autant sur des données objectives que sur des critères plus subjectifs et la publication du tableau d'avancement comme de la liste d'aptitude en décembre réserve son lot de bonnes et de moins bonnes surprises. Mais le phénomène n'est ni nouveau (cf. les débats dans la presse à la fin du XIXe s. et au début du XXe sur la sélection des futures élites militaires lorsque l'Ecole de guerre est née puis lors de la création du Centre des hautes études militaires), ni systématique, et il n'interdit en aucun cas la reconnaissance des mérites des autres officiers, tandis que les règles de gestion protègent aussi contre les abus injustifiés.

Le discours officiel sur une forme "d'égalité" de traitement entre tous les militaires, au moins à grade égal, est à la fois indispensable (par la nature profonde des missions confiées) et faussé. Que des missions extérieures opérationnelles, surtout lorsqu'elles sont réussies, comptent davantage que des postes plus traditionnels dans l'hexagone n'a rien de surprenant au sein d'une institution dont c'est justement la mission première. Que celui qui a pu, su ou voulu réussir davantage de stages, de formations et de concours que certains de ses camarades en soit récompensé peut paraître normal. Et l'on ne peut oublier ce maudit facteur "chance", cette opportunité qui se présente à l'un qui sait la saisir et pas à l'autre, cette réglementation qui change une année plus tôt ou une année trop tard, cette mutation ou cette désignation qui survient juste au bon moment, ce chef qui poussera l'un de ses subordonnés et pas l'autre, etc. La vie, avec ses risques. Une question qui n'est pas posée dans le livre mériterait d'ailleurs que l'on s'y intéresse : quelles ont été par catégorie de grades et de statuts les conséquences des réductions massives d'effectifs depuis une vingtaine d'années ?

En résumé, un livre très intéressant par les détails précis qu'il donne, mais qui n'apporte aucune nouveauté à qui connaît déjà l'institution militaire d'une part et dont les analyses semblent trop profondément marquées (répétitions systématiques des mêmes conclusions partielles) par la volonté de démontrer une idée pré-conçue sans chercher à comprendre "pourquoi". Oui, l'armée de Terre présente (et doit présenter) une image "égalitaire", mais oui (aussi) comme tous les grands corps constitués elle entretient en son sein une "élite" qui se distingue des autres statuts et en quelque sorte se protège (encore faudrait-il comptabiliser les saint-cyriens qui ne terminent pas pour diverses raisons une carrière au sommet de la hiérarchie). Oui, la cohésion interne est une réalité car la notion de service du pays prime le tout, et pourtant cela n'interdit ni les regrets éventuels ni les états d'âme ponctuels. Finalement, l'armée de Terre est bien une grande institution de l'Etat, avec son discours officiel, et une institution humaine, de son temps, avec ses réalités. Est-ce surprenant ? Il reste alors, à titre individuel, la capacité de vivre sa passion, mais aussi les questions d'ego et d'image de soi...

Agone, Marseille, 2017, 283 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-7489-0329-4.

Sociologie militaire

Partager cet article

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes, unités, services
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile